Air France : pilotes en conseil de discipline, intersyndicale en vue

air-journal_equipage_air-france

Deux pilotes de la compagnie aérienne Air France passeront jeudi en conseil de discipline, pour leur implication dans les violences du CCE d’octobre. Les syndicats se réuniront le lendemain pour discuter des grèves prévues plus tard ce mois-ci.

Les deux pilotes de la compagnie nationale française, accusés d’avoir facilité l’entrée des manifestants lors du Comité central d’entreprise (CCE) qui avait dégénéré le 5 octobre dernier, sont convoqués le 7 janvier 2016 devant un conseil de discipline. Ils sont mis à pied avec solde depuis les incidents, mais Air France a confirmé qu’ils encouraient une sanction maximum de quatre ans de blocage de carrière. Selon le syndicat de pilotes non représentatif Alter, ils écoperont d’une mise à pied sans solde de quinze jours si les deux conseils de discipline de jeudi ne tombent pas d’accord sur les sanctions.

Alter a lancé un appel à la grève du 10 au 13 janvier justement pour protester contre ces sanctions disciplinaires ; les deux principaux syndicats de pilotes, le SNPL (65%) et le SPAF (21%), ne se sont pas joints au mouvement. Cet appel à la grève et celui lancé par l’UGICT-CGT Air France pour le 28 janvier pour les mêmes motifs, seront l’objet vendredi matin d’une réunion de l’intersyndicale. Regroupant également les syndicats CFTC, FO, SNGAF, SNPNAC, SNPNC, Sud, UNAC et UNSA, elle doit décider de la suite à donner aux deux mouvements ; leur décision sera bien sûr influencée par le verdict de la veille contre les deux pilotes. Tous ces mouvements sociaux visent à protester contre les sanctions touchant les employés impliqués dans les violences, ainsi que contre le Plan B de Perform 2020. Air France a prévu de supprimer 2987 postes ces deux prochaines années si aucun accord n’est trouvé avec les syndicats du sol et des navigants, dont un millier déjà actés pour 2016 via un plan de départ volontaires (PDV).

Rappelons que cinq salariés d’Air France seront jugés le 27 mai prochain devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour violences en réunion, et dix autres pour dégradations. Quatre employés au sol ont été licenciés pour violence, et un cinquième est en voie de l’être ; onze autres ont été mis à pied pour 15 jours pour leur participation dans les violences du CCE.

http://www.air-journal.fr/2016-01-06-air-france-pilotes-en-conseil-de-discipline-intersyndicale-en-vue-5156121.html

Commentaire(s)

  1. Quelques heures après le CCE mouvementé du 5octobre 2015 (chemises arrachées), BFM diffusait en boucle des images issues du système vidéo des locaux AF sur lesquelles on voit distinctement 2 pilotes en uniforme ouvrir les portiques de sécurité avec leurs badges pour laisser entrer les manifestants. Les images sont suffisamment nettes pour identifier les 2 pilotes sans aucune ambiguïté.
    Dans n’importe quelle entreprise « normale » un cadre supérieur ayant ce type de comportement est immédiatement mis à pied puis licencié pour faute lourde sans aucune indemnité.
    Les syndicats AF qui soutiennent l’indéfendable donnent une image de corporatisme exacerbé.
    Les syndicats AF qui prétextent de ces incidents pour refuser de négocier les mesures de restructuration nécessaires pour sauver AF sont des irresponsables qui oublient totalement que le Groupe AF-KLM a perdu 6,2 milliards d’euro entre 2008 et 2014 (et beaucoup plus pour la seule AF puisque KLM affirme qu’elle n’a jamais perdu d’argent sur cette période).

    • Serpico
      Publié le 6 janvier 2016

      @DOMTOM, un point de détail, le salaire ne définit pas le statut ! Certes, les brillants et intelligents PNT AF ont des salaires de cadres dirigeantset non pas supérieurs, mais en réalité sauf les CADRES PNT, ils ne sont justement même pas cadre…..A méditer !

      • Publié le 6 janvier 2016

        Tous les pilotes de l’entreprise sont cadres qu’ils soient cadres PNT ou simple pilote, vous confondez les pilotes qui ont des fonctions d’encadrement dit « cadre PNT » avec le statut de cadre, mais vous n’êtes pas à une approximation près dès qu’il s’agit de dénigrer les pilotes et particulièrement ceux d’AF. Pour info en cas de perte de licence cause médicale c’est un reclassement cadre sol qui est prévu.
        Après les pilotes se moquent bien de ce statut qui n’est qu’une conséquence de leur fonction et responsabilités dans l’entreprise.

  2. Publié le 6 janvier 2016

    Bientôt les pilotes parleront !

  3. mat
    Publié le 6 janvier 2016

    Je ne suis absoluement pas choqué de ce conseil de discipline : c’est une procédure normale compte tenu des faits rapprochés. S’ils s’avérent coupables de ce qui leur est repproché il me semble normal qu’ils soient licenciés. Ils verront alors s’ils retrouvent des conditions de travail aussi favorables que chez AF en allant voir chez easyjet, Ryanair. Pourquoi pas d’ailleurs un poste dans uen compagnie du golfe ? ah c’ets vrai qu’il faudar expliquer le motif de leur licenciement.

  4. Vincent
    Publié le 6 janvier 2016

    En France, c’est très simple : dès qu’un syndicaliste est mis en cause, son syndicat appelle à une grève générale.

    Les accusations pesant ici sur ces syndicalistes étant gravissimes, il est tout aussi logique que les sanctions soient sévères.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum