Air cocaïne : procès en appel le 11 février

air-journal_Air Cocaine pilotes

Le procès en appel de l’affaire Air Cocaïne débutera le 11 février en République Dominicaine, avec deux des quatre Français encore présents dans l’île – les pilotes s’étant échappés de manière rocambolesque en octobre dernier.

Condamnés à 20 ans de prison en aout 2015 pour leur implication dans la tentative de convoyage de 680 kg de cocaïne à bord d’un jet privé, les quatre Français arrêtés deux ans plus tôt passeront en appel le 11 février devant le tribunal de Punta Cana. Si le passager Nicolas Pisapia et l’homme d’affaires Alain Castany étaient représentés hier par leurs avocats et seront présents, ce n’est pas le cas pour le pilote Pascal Fauret et son copilote Bruno Odos, qui avaient été exfiltrés en octobre et sont toujours en détention provisoire en France. Le parquet dominicain a du coup demandé la confirmation de leur peine en appel.

Rappelons que les quatre hommes avaient été arrêtés le 19 mars 2013 à l’aéroport de Punta Cana où les autorités du pays avaient trouvé 26 valises pleines de drogue à l’intérieur d’un Falcon 50. Ils avaient passé quinze mois en détention provisoire, avant d’obtenir une liberté provisoire en juin 2014 avec impossibilité de quitter le territoire ; les deux pilotes ont toujours clamé leur innocence, niant avoir eu connaissance de la nature de la cargaison, mais ont été reconnus « coupables du crime d’association en vue de […] posséder des drogues illicites ». Dix Dominicains étaient également jugés : six d’entre eux ont été acquittés, quatre autres condamnés avec des peines allant de 5 à 10 ans de prison.

Fin octobre, l’expert de la sûreté aérienne Christophe Naudin avait revendiqué l’organisation de l’évasion de Pascal Fauret et Bruno Odos, expliquant qu’il se trouvait à bord du bateau qui a accueilli les deux pilotes partis en « excursion touristique », et les avait emmenés à Saint Martin. De là, ils avaient embraqué à bord d’un vol de la compagnie aérienne Air Caraïbes à l’aéroport de Saint Martin-Grand Case en direction de Fort-de France, puis utilisé Corsair International ou Air France selon les sources pour rentrer vers Paris. Une « dizaine de personnes » ont participé à l’opération, parmi lesquelles « beaucoup d’anciens marins et quelques militaires (…) du corps de l’aéronautique », l’ensemble de l’opération ayant coûté « un peu moins de 100 000 euros », un financement géré par « d’autres personnes ». Les deux pilotes sont aujourd’hui détenus à Marseille; ils ne sont pas extradables.

Rappelons que Pascal Fauret et Bruno Odos ont systématiquement reçu le soutien du syndicat de pilotes SNPL France ALPA, puisqu’en vertu des conventions internationales, la fouille des bagages des passagers est de la responsabilité exclusive des États et qu’en aucun cas les pilotes d’un vol commercial ne peuvent être tenus pour responsables du contenu des bagages de leurs passagers.

http://www.air-journal.fr/2016-01-21-air-cocaine-proces-en-appel-le-11-fevrier-5156873.html

Commentaire(s)

  1. Peut-être que le SNPL, dans un accès de corporatisme, soutient là l’indéfendable.
    Bien sûr qu’en vertu des conventions internationales, la fouille des bagages des passagers est de la responsabilité exclusive des États et que les pilotes d’un vol commercial ne peuvent être tenus pour responsables du contenu des bagages. Lorsque les pilotes ont derrière eux 100, 200 ou 500 passagers, il est évident qu’ils ne peuvent être tenus responsables du contenu des bagages des passagers.
    Mais dans ce cas précis : un AR express en jet d’affaire avec un seul passager sans bagage à l’aller et après une escale de quelques heures en République Dominicaine le même passager avec 680 kg de bagages au retour, il faut raison garder et éviter de tomber dans l’abus de droit caractérisé.
    Pascal Fauret et Bruno Odos ont l’air d’être normalement constitué et doté d’une intelligence plutôt supérieure à la moyenne, pouvaient-ils vraiment ne pas imaginer ce qui se passait dans leur avion ?

    • Franckie V

      Pour le SNPL ces pilotes sont innocents parce qu’ils sont français et que ce sont des pilotes. Le corporatisme jusqu’au-boutiste au mépris de tout principe , de toute éthique , de toute morale , de toute objectivité du SNPL est tout simplement indécent.

    • Donc pour vous, les pilotes auraient du, alors qu’ils sont de simple employés, appeler la police dominicaine la qu’elle a permis aux bagages d’atteindre l’avion sans passer par le circuit normal.
      En outre, qu’est ce qui interdit un passager ou client de prendre un vol avec une valise et de revenir avec plusieurs valises. De quel droit les PNT aurait pu dire ont ne veut pas de vos valises cher client, je suis employé pour piloter mais je ne vaux pas de vos valises!!!
      Arrêtez d’écrire tout et n’importe quoi juste parce que vous jouirez de voir ces pilotes employés en prison pour soulagez votre sentiment personnel! J’ai posté un commentaire en rappelant des points qui ne sont trop repris car l’information journalistique va au plus simple!!!

  2. Fred

    Selon la police française, les 2 pilotes et les 2 autres personnes qui devaient prendre ce vol, étaient suivis depuis plusieurs mois, apparemment sur écoute, pour trafic et transport de drogue. Il y a eu « une fuite » à la toute dernière minute alertant les autorités dominicaines que le quatuor indélicat était attendu à son arrivée en France à l’aéroport de St Tropez par la Police; précipitant l’interception de l’aéronef et de ses occupants, du même coup empêchant les douanes françaises de battre un nouveau record de saisie

    • Il ne me semble pas que le PNT était suivi puisque le client (l’ex-pompier de Marseille) n’avait jamais fait d’autres vols avec eux.
      Le client lui était bien suivis ainsi que son associer lequel au vol retour portait une chemise pour faire croire qu’il était mécanicien!!!

  3. Matt

    Il y a quand m^me de quoi se demander quand même comment on peut en arriver là : 4 gus assis d’évidence sur 700 kg de drogue dans l’espace confiné d’un avion de 10 places, et personne n’est coupable au dires des intéressés…
    le comité de défense et de soutien des deux frères d’armes de l’aéronavale ne cesse de clamer la grandeur des bonhommes en question, avec moult arguments sur leur moralité inattaquable , leur probité absolue, et leurs brillants états de services aux commandes d’avions d’armes aptes à promener la bombe sous les ailes.
    la vivacité d’esprit, l’intelligence du pilote de chasse de l’aéronavale, serait-elle cependant compatible avec une naïveté, une candeur infantile qui fait que jamais, au grand jamais, il ne soupçonne le gus passager unique pas référencé VIP qui vient d’arriver par la ligne »publique » et qui repart en falcon »privé » avec 25 ou 26 valises minables de chez monoprix bourrés de quelque chose de lourd vu le bilan sur la balance qui équivaut presque à 10 pax de 70 kg…dans un pays plus connu pour ses exportations de drogue que d’œuvres d’art.
    jamais il ne se dit »ça pue! qu’est ce c’est que ce bordel » ?
    jamais il se dit »vol privé ou vol commercial, peu importe que j’ai le droit ou pas d’ouvrir quelques valises au hasard, je veux pas être mêlé à un putain de trafic, je vais vérifier ça! »
    jamais il se dit, compte tenu de la grandeur de sa moralité de marin-pilote, »je ne peux pas être ne serait-ce que complice passif d’une logistique de mafia parce que j’ai fermé les yeux, je dois m’assurer de la régularité de la cargaison… »
    jamais il se dit »moi, j’ai volé avec la bombe sous les ailes, je suis pas une cagole, alors je vais m’assurer de vérifier deux-trois trucs quoi qu’en dise, et j’en rien à foutre vu la gravité potentielle, le client, la compagnie, le ceci ou le cela … »
    alors, si jamais il ne dit cela, soit il est tellement naïf qu’il va falloir envisager de revoir les critères de sélection chez les gars qui se promènent avec des bombes sous les ailes chez les marins…
    soit il n’est pas si grand que certains l’ont rêvé en matière de probité et de morale.
    on parle quand même de drogue, le truc qui fait crever des gamins de familles que l’on a pu connaitre, en espérant que cela n’arrive jamais chez soi…le truc qui, avant de les faire crever, les transforme en délinquants, les filles en puttes…Mais bon sang, si un jour, que je sois captain de falcon, de bateau, chauffeur de car, de camion, si un jour j’ai un bon gros- gros doute, je m’en fout de savoir si la réglementation m’autorise à pas savoir, si je vais avoir un souci avec mon client, mon boss…je poursuit pas le voyage avant d’avoir tiré au clair le contenu des valoches!!!! sinon, je suis un complice passif?!!!!! non?!!
    pourtant, j’ai pas été marin de l’aéronavale, mais j’ai de la morale!…alors, les gars du falcon, je pige pas…
    et tout ces soutiens, PL, qui nous expliquent comme si on étaient des benêts, que eux aussi, quand ils charge 295 pax dans leur airbus ils ne contrôlent pas les valises parce que c’est pas leur job et c’est pas possible…d’accord, mais quand leur môme se sera shooté avec de la came livrée en voilier on leur enverra copie de la lettre de soutien au skippeur rédigée par le captain du costa croisière qui dit que lui aussi il ne vérifie pas les bagages des passagers…non mais, de qui se moque t’on, un falcon ça fait la longueur de 3 dr400, et en plus ce jour là il embarque UN pax!…
    voila, j’ai un peu du mal avec les soutiens INCONDITIONNELS.
    je dit pas qu’ils sont coupables, entre le doute et la certitude il y’ a des nuances, je dis qu’ils sont pas faciles à défendre, tellement de manière factuelle leur absence de réaction face à l’incongruité de ce vol qui aurait du les interpeller interroge…
    du coup , les soutiens qui ont réponse à tout avec des arguments du style : leur CV aéronautique, leur moralité de marin imprescriptible, le règlement qui fait qu’on a pas à se soucier du contenu des valises, les habitudes de la profession qui font que l’on ne doit pas poser de questions…bref, tout cela devient indigeste !
    j’avais juste envie de le dire, je ne suis pas pilote d’avion d’affaire, ni PL, mon aviation à moi est plutôt champêtre avec deux ailes et des haubans…
    mais je suis père de famille, la drogue dans l’entourage de mes mômes j’en entend parler, même à la campagne…alors les dealers, mafieux, et autres organisateurs de trafic, comme tous les pères de famille je les hais, mais pour autant je ne suis pas indulgent avec ceux qui ont »juste » une complicité passive dans la logistique, les intervenants non-organisateurs mais qui ferment les yeux, parceque l’on veut garder son job ou je ne sais quel avantage….
    alors, tous les soutiens inconditionnels, j’espère que vous avez raison, mais saurez vous au moins une fois admettre que l’on peux aussi avoir du mal à y croire….

    • Ouvrir des valises en Rép. Dominicaine pour faire appelle aux policiers de l’aéroport qui ont permis l’entrée par circuit illégale des bagages dans l’aéroport !!!
      Posez vous la question et ne jouer pas les héros moi j’aurai su quoi faire!!!!

  4. jailemanche

    à MATT

    laisse faire la justice , et garde tes commentaires .

  5. Justin Fair

    « tous les soutiens inconditionnels, j’espère que vous avez raison, mais saurez vous au moins une fois admettre que l’on peux aussi avoir du mal à y croire… »

    Je vous rassure,Matt, les pilotes sont aussi très partagés sur cette affaire, même au sein du SNPL…Comme soutiens inconditionnels vous trouverez surtout les anciens pilotes militaires, les pilotes d’aviation d’affaire (qui savent très bien de quoi ils parlent…) et ceux qui les ont rencontrés…
    Ce que j’aimerais savoir, c’est que faisaient et où étaient les pilotes lors du chargement des valises, que faisait le broker, est-ce lui qui s’est chargé de l’embarquement et des formalités, est-ce qu’ils se sont assurés que les bagages étaient bien passés par le circuit normal…(ça c’était leur droit, à défaut de de pouvoir demander l’ouverture des valises!)
    Ne pas oublier non plus que ce sont deux anciens militaires peu habitués à poser des questions sur les missions (c’est le terme souvent employé en aviation d’affaire …) et qu’il y a en effet « les habitudes de la profession qui font que l’on ne doit pas poser de questions »( la discrétion est de mise vis-à-vis des passagers et/ou des apporteurs d’affaires). Mon expérience de quelques années comme pilote d’affaire m’inciterait à leur accorder la présomption d’innocence (jusqu’à plus ample informé!), bien que ces deux dernières remarques ne peuvent tenir lieu d’excuses.

  6. Je ferai part de mon sentiment! Beaucoup veulent absolument que le PNT soit coupable. Dans ce cas, il faudrait responsabilisé aussi tout PNT de vol régulier lorsque de la marchandise prohibée (drogue, contrefaçon ou autre) est découverte.
    Je pensai être sur un site ou les intervenants aurait un peu plus d’analyse. Je n’en voit jamais demandé l’arrestation de PNT AF, ou LH lorsque des kilos de cocaïne sont découvert. Qui a écrit pour l’arrestation PNT AF du vol CCS/CDG : 40 valises bourrées de cocaïne.

    Pour moi, et vu les éléments matériels apportés au procès de Saint-Domingue, la responsabilité des PNT ne peut être engagée :
    1) l’avion n’appartient pas aux 02 PNT;
    2) ce PNT travaille pour une entreprise qui est le propriétaire pour ce vol de l’avion lequel est mis à disposition par Alain AFFLELOU pour être louée via cette entreprise;
    3) le vol Saint-Domingue/Saint-Tropez est une commande d’un client, lequel était abord de l’appareil en tant que passager puisque client ayant organisé ce vol;
    4) ce client est un ancien pompier de Marseille devenu homme d’affaire en Roumanie où il aurait fait fortune, mais en Roumanie le siège de sa société est une boîte à lettre dans un immeuble de type HLM;
    5) ce client a un associé lequel était dans le vol;
    6) cet associé lors du vol a porté une tenue de PNT type mécanicien : bizarre;
    7) le PNT n’est pas encore dans l’avion lorsque les valises sont chargées mais le client et son associé sont déjà la !!!
    8) ces valises entre dans l’enceinte sécurisé de l’aéroport par un circuit non habilité échappant au contrôle des différents agents de sécurités, douaniers et policiers : le PNT aurait alors réussit à faire tout cela, je ne pense pas!!!
    9) de plus l’enquête montre que des policiers ont bel et bien participé à l’entrée illégale dans la zone sécurisée des valises et organisé le chargement de l’avion puis le client et son associé ont rejoint l’avion bien avant l’arrivée du PNT : pourquoi le client était là avant l’arrivée du PNT alors qu’il s’agit d’un vol privée commerciale si ce n’est pour s’assurer du bon chargement de leur sale marchandise;
    10) même s’il s’agit d’un vol privée, le PNT n’a en aucun cas à se préoccuper des bagages et du nombreux de bagages; il doit faire attention au poids pour le décollage et le vol;
    11) sur ce type de vol le PNT a les mêmes responsabilités que le PNT de vol régulier dans les compagnies régulières même les compagnies charters!!!
    12) si les bagages avaient suivies un parcours normale, il y aurait un un ou plusieurs responsables qui auraient présenté les bagages;
    13) la police française attendait l’arrivée du vol à Saint-Tropez mais bizarrement elle a été prise de court par l’arrestation à Saint-Domingue : d’où vient la fuite et a qui bénéficie une arrestation à Saint-Domingue lorsqu’on voit le nombres impressionnant de policiers dominicains mis en cause!!!
    14) lors de l’arrestation, l’associé du client feint d’être membre du PNT ce qu’il n’a jamais été;
    15) le client ne peut apporté d’explication sur sa réussite professionnelle en Roumanie mais est capable d’organiser un vol long courrier sur jet privée
    Falcon : sa fortune doit être alors cachée car provenant très probablement d’activités illégales;
    16) Bizarrement l’arrestation se fait devant les caméras de journalistes : mais que vont-elles déjà là???
    17) dans un premier temps le directeur de la lutte contre le trafic de drogue de la République Dominicaine déclarait qu’il était seul avec le ministre de l’intérieur à connaître cette opération car le service était corrompus à tous les niveaux (d’où l’aide de policiers sus-cité) mais en France certains veulent absolue que le PNT soit mis dans la boucle des trafiquants;
    18) lors du verdict les policiers corrompus ne sont pas tous condamnés et ceux qui le sont ont des peines bien légères par contre le PNT en prends plein car la justice dominicaine leur reproche de n’avoir pas vérifier les bagages : attention aux PNT de AF, IB,AA ou UA lorsque vous êtes en Rép.Dominicaine vérifier les bagages de vos passagers, il y a maintenant jurisprudence en Rép. Dominicaine!!!

    Le procès en Rép. Dominicaine est une vrai mascarade et je suis abasourdie de lire que nombreux sont ceux qui acquiesce devant ce procès digne véritablement d’une Rép. « bananière » comme dirait certains !!!
    19)

  7. Ce PNT peut être coupable mais que sait la police ou douane française car un service en France était sur l’affaire !!!

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum