Air France, Transavia : les syndicats patientent

air-journal_Air France 787

La compagnie aérienne Air France devrait continuer à supprimer des postes ces prochaines années, malgré les bons résultats financiers dévoilés hier par Air France-KLM. Et le développement de la low cost Transavia Europe va se poursuivre. Des annonces peu commentées par les syndicats en attendant le Comité central d’entreprise de la semaine prochaine.

Le PDG de la compagnie nationale française Frédéric Gagey s’est félicité le 18 février 2016 du bénéfice opérationnel d’Air France, qui à 462 millions d’euros dépasse pour une rare fois celui de sa sœur KLM (384 millions d’euros). Les deux compagnies « ont retrouvé de l’altitude », a-t-il déclaré, permettant au groupe de « marcher sur ses deux jambes aujourd’hui », et il estime que le pan de restructuration Transform 2015 est en grande partie responsable de cet équilibre retrouvé. Mais le PDG du groupe Alexandre de Juniac a prévenu : « si nous voulons que notre projet de croissance soit soutenable dans la durée, nous n’avons pas d’autre choix que de poursuivre nos efforts de compétitivité ». Les salariés devront donc continuer à faire des efforts pour combler le « fossé » qui sépare toujours Air France-KLM de ses principaux concurrents, qui bénéficient eux aussi de la même conjoncture favorable. Pas de remise en cause donc du plan de relance dévoilé le 15 janvier lors d’un CCE extraordinaire, dans le cadre de Perform 2020 : pas de licenciements secs mais environ 1400 suppressions de postes en deux ans via des départs volontaires selon les syndicats, qui retrouveront la direction lors d’un Comité d’entreprise le 25 février pour en discuter les modalités. Ce plan vise à baisser les coûts tout en conservant les mêmes performances financières, afin selon M. de Juniac « d’investir, ouvrir des lignes, acheter des avions, et embaucher au même niveau et au même rythme » que la concurrence.

Les syndicats sont restés à peu près silencieux après l’annonce des résultats annuels de la compagnie de l’alliance SkyTeam, dont la tendance était déjà annoncée. Un accord avec le personnel au sol a été trouvé fin janvier, excluant tout départ contraint jusqu’à 2018. Les négociations avec les pilotes doivent reprendre en mars, ainsi que celles avec les hôtesses de l’air et stewards dont l’accord collectif arrive à échéance en octobre.

Rappelons que les coûts totaux de personnel (y compris intérimaires) d’Air France-KLM ont augmenté de 2,8% à 7,852 milliards d’euros. Ils incorporent une hausse (non cash) de 139 millions d’euros des charges liées aux retraites enregistrées chez KLM, en raison des nouvelles hypothèses actuarielles (baisse du taux d’actualisation). A charge de retraite et périmètre constants, et ajustés pour la grève, ils étaient en augmentation de 0,7%. Hors intéressement des salariés, les coûts nets de personnel ont baissé de 0,2%.

air-journal_Transavia new 737-800 SeattleLe développement de Transavia Europe, qui avait mis leu feu aux poudres chez les syndicats français de pilotes en 2014, va se poursuivre et même accélérer cette année avec une croissance totale de 15% des capacités, provenant principalement d’une hausse de 20% des capacités de Transavia France et de l’ouverture de la base de Munich le mois prochain (quatre Boeing 737-800, 18 nouvelles routes et plus de 100 vols par semaine cet été). D’autres sont déjà envisagées selon Alexandre de Juniac, et le PDG voudrait bien que les syndicats de Transavia France prennent exemple sur leurs collègues néerlandais, qui ont été « plus rapides » à signer.

Transavia disposait au total de 45 737-800 et huit 737-700 au 31 décembre 2015 ; elle a transporté l’année dernière 10,805 millions de passagers (+9,1%) sur des capacités en hausse de +5,3%, avec un coefficient d’occupation de 89,9% (+0,1 point). Mais sur un chiffre d’affaires en hausse de +3,8% à 1,099 milliard d’euros (passage régulier uniquement), la low cost affiche une perte d’exploitation de 35 millions d’euros (un million de mieux que l’année précédente), tandis que la recette unitaire a reculé de -1,7%. Le retour à l’équilibre est prévu en 2017, le trafic devant alors être de 12 à 13 millions de passagers par an.

http://www.air-journal.fr/2016-02-19-air-france-transavia-les-syndicats-patientent-5158259.html

Commentaire(s)

  1. webby

    Si le personnel Air France avait voulu faire des efforts (au lieu de refuser de devenir low cost pour certains) peut-être qu’il n’y aurait pas eu de suppressions de postes.
    Les pilotes ayant fait l’effort gagnent plus que ceux d’air france et font moins d’heures que ceux de lufthansa.
    Il faut savoir ce que l’on veut (du travail ou du chômage) et également couler l’entreprise.
    La valeur travail a bien baissé dans ce pays, continuons comme cela et prochainement nous serons comme la Grèce.

  2. biz

    AF en déficit depuis des années ! Pourquoi ?? trop de privilèges accordés aux personnels. Et en plus le service est médiocre. Voyagez sur d’autres compagnies…Vous verrez. Mais si vous ne voulez pas payer , il reste les low cost.

  3. Paul Grondin

    Ces jusque « boutistes » sont bien payés et bénéficient d’avantages importants et ils ont l’indécence de réclamer plus !
    Le personnel est arrogant et les hôtesses vous regardent de haut.Le plus souvent possible j’évite cette compagnie trop souvent en grève et trop chère.Cette compagnie était un fleuron Français ,l’intransigeance de son personnel est responsable de sa chute,dommage ,mais je ne pleurerai pas sur le sort de ceux qui utilisent leurs puissants syndicats pour couler leur entreprise.

  4. Brigitte Pinturel - 19 février 2016 à 7 h 54 min
    Brigitte Pinturel

    Il faut licencier sec ces pilotes récalcitrants au changement et réduire drastiquement le pouvoir de tous ces syndicats qui ne sont bons qu’à bloquer l’économie nationale. Que fait le Gouvernement. Où est Hollande si prompt à pérorer et défendre la veuve et l’orphelin ?

  5. jhf44

    Quoi? que 2900 suppressions d’emplois ??
    En fait nous sommes dans le même constat que l’organisation de la France :
    – trop de personnes payées à ne rien faire ou s’occuper de syndicalismes, d’associations et autres !!
    – avantages datant d’un autre siècle
    – Etc.
    Bref tout comme le nombre d’élus en France, de régimes différents avec emploi et retraite garantie à vie, régimes spéciaux, etc.

    • etu13

      Que 2900 suppressions de poste? Non, il y en a eu bien d’autres avec le plan Transform 2015. Vous avez dû oublier…
      Puis, N’oubliez pas que les acquis sociaux sont très protégés par le Droit social et par la jurisprudence. Raison pour laquelle, toutes ces contreparties existent encore. Et par ailleurs, lorsqu’un contrat de travail est signé, lors de la signature, les parties aux contrats échangent leur consentement à la fois sur le numéraire et les avantages en nature… Revenir sur un contrat, en Droit du travail n’est pas aisée… Et ce parce que les juges protègent encore les salariés…
      Bref… Dommage que le système ne soit pas celui de la Suisse ou des US… Tu ne veux pas travailler… Tu dégages!

  6. Fanou35

    Enfin une direction qui tient tête aux syndicats en maintenant ses objectifs et qui met fin à l’hégémonie de ce syndicat SNPL qui accueille des pilotes super protégés et qui travaillent 20 % de moins que dans les autres compagnies européennes.! Dehors les voyous qui ruinent la France!

  7. Mais regardez moi ça. On vous annonce de bonnes nouvelles et pas un commentaire positif. Vous bavez tous de jalousie devant ces personnels et c’est écœurant. Écœurant. Ça vous emmerde bien que air France arrive à sortir la tête de l’eau malgré les événements des dernières années. C’est tout simplement hideux de voir vos commentaires qui ne souhaitent qu’une chose : la perte d’un fleuron français et les emplois associés…

  8. Ce ne sont pas les commentaires qui risquent de causer la perte de ce « Fleuron Francais » mais bien les syndicats ainsi que les mauvaises décisions strategiques successives..
    Voilà le sens des commentaires plus haut.

  9. Daccord avec Lockheed
    Tous ces commentaires puent la jalousie

  10. klm tire les résultats vers le haut, AF vers le bas

  11. Pet

    Sans préjuger du bien fondé des conditions de travail accordées au personnel AF, j’admire le culot de ceux qui éradiquent les droits d’autrui sans tolérer qu’on touche aux leurs.
    Brigitte et Paul, sans doute poussez vous des wagonnets au fonds de la mine 15 heures par jour..
    A la schlague..!

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum