Six nouvelles routes depuis Rennes en 2016

air-journal_volotea 717

Après une année 2015 sur les chapeaux de roues (+7,5 % de trafic passagers), l’aéroport de Rennes poursuit son développement sur un rythme similaire avec six nouvelles routes ouvertes dans les prochaines semaines et deux nouvelles compagnies low cost (Iberia Express et Volotea).

A l’international, le réseau des vols va très largement s’étendre grâce à la connexion aux deux nouveaux hubs d’Amsterdam (Air France/KLM) et de Madrid (Iberia). La compagnie britannique Flybe, qui dessert déjà  depuis Rennes, Southampton, Manchester, Exeter et Londres Southend, y ouvrira une nouvelle ligne à l’été 2016 vers Londres City  et une ligne vers Birmingham à partir du 21 mai prochain. Les vols seront opérés six fois par semaine vers Londres City et quatre fois par semaine vers Birmingham.

Air France y ouvrira de son côté une nouvelle desserte quotidienne vers ou depuis Amsterdam-Schiphol à compter du 27 mars 2016. La compagnie espagnole Iberia Express, filiale low cost d’Iberia, a décidé de s’implanter à Rennes et desservira Madrid deux fois par semaine, à partir du 1er mai prochain.

Enfin, la compagnie low cost Volotea ouvrira deux nouvelles lignes domestiques : Rennes/Nice (deux vols par semaine, à partir du 25 mars) et Rennes/Marseille (deux vols par semaine, à partir du 2 mai).

Au total, la plateforme rennaise a planifié en 2016, 12 lignes aériennes intérieures: Paris-CDG, trois fois par jour par Air France ; Marseille et Nice, deux fois par semaine par Volotea ; Marseille deux fois par jour,  Nice, une fois par jour, Lyon, trois fois par jour, Toulouse, trois fois par jour, Bastia et Figari une fois par semaine, Ajaccio deux fois par semaine, à chaque fois par Hop! Air France ; Bordeaux, deux fois par jour par Chalair, Bastia, deux fois par semaine par Vueling.

Sans oublier 13 lignes qui desserviront l’Europe : Amsterdam, un vol par jour par Air France, Madrid, deux vols par semaine par Iberia Express, Rome, deux vols par semaine par Vueling, Barcelone, trois à sept vols par semaine par Vueling, Palma de Majorque, deux vols par semaine par Vueling, Londres Southend, un à deux vols par jour par Flybe, Londres City, un vol par jour par Flybe, Birmingham, quatre vols par semaine par Flybe, Exeter, une vol par semaine par Flybe, Manchester, un vol par semaine par Flybe, Southampton, quatre à sept vols par semaine par Flybe, Cork, deux vols par semaine par Aer Lingus, Dublin, deux à trois vols par semaine par Aer Lingus.

Plus de 120 destinations seront accessibles au départ de Rennes en direct ou via les hubs de Paris-CDG, Lyon, Amsterdam, Madrid, Barcelone et Southampton, précise le communiqué de la plateforme rennaise.

http://www.air-journal.fr/2016-02-28-six-nouvelles-routes-depuis-rennes-en-2016-5158714.html

Commentaire(s)

  1. Markus

    Bravo Rennes, des routes intéressantes pour les étudiants et une clientèle affaires.

  2. La petite compagnie qui monte, qui monte..

  3. Ca serait bien aussi un vol en fin de journée vers CDG (18H30 / 19H) car le dernier quitte actuellement Rennes à 14H25, trop tôt pour les LC et autres correspondances de fin de journée.

  4. cm69

    C’est pas ça qui va renforcer la pertinence du nouvel aéroport de Nantes… Rennes, Brest, et dans une moindre mesure Lorient, Quimper… Sans préjuger ici de la logique économique ou écologique de la nouvelle plate-forme aéroportuaire, il faut admettre que tant que les régions attacheront autant d’intérêt à « leur » aéroport, il sera difficile de faire émerger en France quelques grands aéroports vraiment internationaux, rentables, attractifs…

    • C’est bien de faire de gros aéroports pour mutualiser les couts … en théorie! Il faudra juste m’expliquer l’intérêt d’un nouvel aéroport dans le secteur. Il n’y en aurait pas à Rennes je comprendrais mais là mettre autant d’argents pour construire un nouvel aéroport alors qu’il y en a à Rennes et Nantes qui sont tout à fait satisfaisants (et je ne parle pas d’Angers).
      Par ailleurs un aéroport dessert principalement une ville. Il existe plusieurs exemples de projets d’aéroports qui sont devenus des fiasco car trop éloignés des villes principales pour lesquels ils ont été construits. Si à celà j’ajoute les aéroports qui devaient remplacer certains aéroports soit disant trop proches de la ville mais que ces derniers sont toujours opérationnels voir se sont développés …
      « il faut admettre que tant que les régions attacheront autant d’intérêt à « leur » aéroport » Que Rennes ait son aéroport ne me parait pas incohérent (surtout qu’il existe et qu’il serait remplacé par un nouvel aéroport). Que Lannion, Angers ou St Brieuc aient leur aéroport me parait + surprenant (surtout que ce dernier est récent)

    • Vincent

      Les projets pharaoniques sont en France toujours le fait d’élus mégalomanes.

      Ce doit être ce que l’on appelle les « valeurs républicaines » !

  5. Flagoo

    L’aéroport de NDDL est à 17 km du centre-ville, soit autant que Orly du centre-de Paris et bien moins que Marseille-Provence du vieux port.
    Les compagnies sont obligées de se développer à Rennes car elles sont refusées à Nantes, faute de créneaux (Iberia Express), les deux étant concédés à Vinci Airport. Lorient et Quimper sont plutôt en perte de vitesse faute d’un marché suffisant (lignes en DSP). Brest est un cas à part et subsistera à terme pour désenclaver la pointe bretonne. L’aéroport d’Angers est une aberration.
    Il ne faut pas oublier que La LGV arrivera à Rennes au printemps 2017 donc pour ne pas « sombrer », l’aéroport doit développer son offre.

  6. Des vols vers Vilnius ? http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/aeroport-six-nouvelles-lignes-au-depart-rennes-27-02-2016-257026

    « Une rencontre est prévue prochainement à Vilnius, capitale de la Lituanie. Peut-être des opportunités vers les pays baltes, avec Air Baltic. »

  7. Publié le 4 mars 2016

    Si NDDL se réalise selon la volonté de Président PDL, VINCI et l’exécutif quel est l’avenir de cet aéroport ? NDDL à 93kms de Rennes, sans liaison ferroviaire, ANGERS, QUIMPER, LORIENT sont à plus entre 120 et 250kms sans liaison quelquelles soient ne seront-ils pas aussi impacté par la perte des dessertes internationales avec une concentration des vols sur NDDL qui se veut être l’aéroport du Grand Ouest ?

    Est-ce que ces aéroports ne seront-ils pas contraints à mettre la clé sous le paillaisson ou n’avoir que des vols DSP ou franco-français ? Pourront-ils survivre ? Peut-être que oui mais sous perfusion des collectivités locales.

    Juste une réflexion et des questions auxquelles personne ne peut répondre pour le moment. Qui vivra verra.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter