Allemagne: l’aéroport de Lübeck perd ses dernières routes

air-journal_Wizzair_A320_ 50th

La dernière occupante régulière de l’aéroport de Lübeck, la compagnie aérienne low cost Wizz Air, a décidé de jeter l’éponge : ses cinq routes auront disparu d’ici la mi-avril.

Alors que Ryanair avait quitté Lübeck en juillet 2014 pour s’installer à Hambourg, 70 kilomètres plus loin, la spécialiste hongroise du vol pas cher y propose encore des vols au départ de Gdansk, Kiev-Zhuliany, Riga, Skopje et Sofia (cette dernière route doit être inaugurée dimanche prochain). L’aéroport de Riga sera le premier à disparaître du programme de vol le 13 avril, les autres suivant deux jours plus tard. Le site internet de l’aéroport de Lübeck affiche également ce matin une liaison vers Naples assurée par Germania, mais elle ne figure pas dans son programme de vol régulier.

Les administrateurs gérant la plateforme ont confirmé la nouvelle « avec regret » à aerograph.de. Créé il y a 99 ans, l’aéroport s’était mis en faillite en avril 2014 après n’avoir pu payer les salaires de ses cent employés, annonçant alors qu’il cherchait de nouveaux investisseurs ; il avait accueilli 270.000 passagers l’année précédente, et était alors classé par Skytrax « 9eme meilleur aéroport low cost au monde » (il ne figure pas dans le Top 100 2016).

Wizz Air a déjà prévu de relancer depuis Hambourg trois des cinq liaisons supprimées : quatre vols par semaine vers Gdansk à partir du 17 Avril, et dès le lendemain deux vers Kiev et deux autres vers Skopje – sans concurrence dans les trois cas.

air-journal_aeroport Lubeck Ryanair

http://www.air-journal.fr/2016-03-21-allemagne-laeroport-de-lubeck-perd-ses-dernieres-routes-5159944.html

Commentaire(s)

  1. Donduciel
    Publié le 21 mars 2016

    Une leçon pour nos innombrables aéroports trop proches les uns des autres et de ce qui les attend demain. Messieurs nos élites (!)régionales, à méditer.

    • Publié le 21 mars 2016

      Je suis de votre avis, d’ici que Nîmes et Béziers subissent la même mésaventure, du fait de leur trop grande proximité de Montpellier, respectivement 50 et 60 kilomètres.

    • Surtout aussi une lecon - 21 mars 2016 à 18 h 09 min
      Surtout aussi une lecon
      Publié le 21 mars 2016

      Pour tout ceux qui s’imaginent qu’accueillir des low cost c’est la panacée, quitte à rabattre et rabattre encore ce qu’on leur demande de payer pour le traitement de leurs avions et passagers….si ces compagnies ( et au delà leurs propres clients) ne couvrent pas le coût de leur escale, ce que quelqu’un d’autre paye pour eux ( sur facturation a d’autres usagers de la plateforme ,subventions…..) mais une chose est sûre: faut bien que quelqu’un paie..,sauf à aller à la faillite….

  2. Publié le 21 mars 2016

    Il y a aussi Pau et Tarbes/Lourdes qui sont étonnamment très proche.
    Et bientôt Notre Dame des Landes et Nantes Atlantique (puisque Nantes Atlantique ne pourra jamais fermer à cause des usines Airbus qui sont sur le site).

  3. AEROPOSTALE
    Publié le 22 mars 2016

    44 aéroports en France, là où 20 suffiraient à couvrir le pays. C’est le modèle français !

    • Flagoo
      Publié le 22 mars 2016

      Encore un qui ne connaît rien à l’affaire mais qui donne son avis inintéressant et hors-sujet… Il s’agit de déménager l’aéroport de Nantes. La piste restant sera raccourcie et à usage restreint, pour Airbus effectivement (une poignée de Beluga par semaine maximum), comme le fut Montaudran à Toulouse pour Air France, jusqu’à il y a une quinzaine d’années environ. Tout le reste ne sont que des mensonges.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter