Grève du contrôle aérien: rebelote la semaine prochaine?

aj_aeroport roissy stop

Le syndicat de contrôleurs aériens UNSA-ICNA responsable de la grève de deux jours menace de recommencer la semaine prochaine si les négociations ne débouchent sur rien de concret. Les perturbations dans les aéroports français, et plus largement dans l’espace aérien hexagonal, ont duré jusque tard dans la soirée de lundi.

L’aéroport de Paris-Orly a été encore une fois le plus affecté par la grève le 21 mars 2016, avec un vol sur trois annulé, des retards atteignant encore 80 minutes en début de soirée et de longues files d’attente. Marseille était touchée hier de façon similaire, et des annulations ont été enregistrées à Nice, Lyon, Toulouse, Nantes, Bordeaux, Rennes, Brest… La mobilisation des contrôleurs aurait été « largement sous-estimée par la DGAC malgré les avertissements depuis quatre semaines », affirme l’UNSA-ICNA : le secrétaire national Laurent Bertin expliquait sur France 3 que « Nous sommes exaspérés par la situation, exaspérés de voir nos effectifs baissés et aucune réponse en face ou des réponses inadaptées ». Si les négociations avec la DGAC n’aboutissent pas, le syndicat qui représente 20% des voix chez les 4000 contrôleurs aériens menace de déclencher une nouvelle grève dès la semaine prochaine.

La FNAM, qui représente 95% du secteur du transport aérien français, et l’UAF (Union des Aéroports Français) ont fait le bilan hier des deux jours de grève : plus de 600 vols ont été supprimés dans les aéroports parisiens, dont 450 sur le seul aéroport de Paris-Orly (environ 40% des vols), et plus de 500 vols ont été annulés au départ et à l’arrivée des aéroports régionaux (de 18 à 37% d’annulation). Cette « énième grève inacceptable » porte à 13 le nombre de jours de grève des contrôleurs depuis janvier 2013 selon leur décompte. La FNAM rappelle que lors de la grève de juin 2014, ils avaient « obtenu une hausse de près de 6,5% de la redevance de routes applicable dès 2015, augmentant de manière substantielle les coûts pour les compagnies aériennes basées en France ». Du côté des aéroports, l’UAF précise également que cette nouvelle grève « occasionne une perte financière importante pour les plates-formes et un coup porté à l’économie des territoires qu’elles desservent ainsi qu’une forte dégradation de la qualité de service aux passagers, avec des retards pouvant aller jusqu’à plus de 6h ».

L’association de compagnies aériennes « Airlines for Europe » (A4E), dont font partie Air France-KLM, IAG, Lufthansa, Finnair et les low cost easyJet, Ryanair et Norwegian, a lancé hier une « task force » pour trouver des moyens de limiter l’impact des grèves de contrôleurs aériens, et les transmettre à la Commission européenne. Parmi les possibilités, la gestion par des contrôleurs étrangers des secteurs affectés par les grèves ; selon A4E, plus de 10.000 vols de ses membres ont été perturbés l’année dernière par 28 jours de grève sur le continent.

Ryanair, qui a réitéré hier sa dénonciation du mouvement social « égoïste » des contrôleurs français, a mis en place pour ce mardi vingt vols supplémentaires afin d’acheminer les passagers bloqués, dont une rotation entre Dublin et Nantes et une autre entre Francfort et Nador.

http://www.air-journal.fr/2016-03-22-greve-du-controle-aerien-rebelote-la-semaine-prochaine-5159969.html

Commentaire(s)

  1. THUMETTE
    Publié le 22 mars 2016

    Ils peuvent bien faire toutes les grèves qu’ils veulent, je m’en fous. J’ai boycotté air france depuis bien longtemps et je boycotte maintenant les aéroports francais en partant de Genève. C’est pas beaucoup plus loin que Lyon mais je suis au moins sûre de partir et revenir en temps et en heure, et donc de ne pas voir mes rendez-vous professionnels ou mes vacances gachées.

  2. biz
    Publié le 22 mars 2016

    Il faut les comprendre : avec seulement 6500 euros par mois, 97 jours de vacances et la retraite à 57 ans, les contrôleurs ne peuvent pas s’en sortir !

    • Publié le 22 mars 2016

      Contrôleur moi même, désapprouvant totalement cette grève de l’UNSA qui n’attend pas que les négociations soient finies ! Je ne peux laisser dire des âneries sur mon métier. Le salaire cité est celui d’un contrôleur avec une carrière avancée dans un grand centre, je dispose de 54 à 60 jours de congés, je n’ai aucun jour férié, ni Noël, ni 8 mai, ni 1er mai etc etc (faites vos comptes). Je travaille tous les jours à un horaire différent, nuit, matin etc ce qui engendre une espérance de vie plus faible que la moyenne avec une première cause des décès les accidents cardio vasculaire. Je parts en retraite à 59 ans, parce que si je pars à 57 mon taux de remplacement étant de 40%, mes collègues allemands partent à 50 ans et 80% ….

      Je suis pas malheureux, ni à plaindre. Mon métier a besoin d’évoluer et dans son organisation et surtout dans son matériel, cette grève est débile …. mais pitié arrêtez la casse basée sur des idioties fantasmées

  3. Bien plus de perturbations qu’annonce dimanche et hier, avec un grand nombre de debarquements de passgaers dans des avions embarques. Retard moyen de 2:30 hier a partir de 16:00 et plus de 60 % d’annulations a partir de 14:00. Ce qui est fascinant est qu’il y a des previsions de trafic mais JAMAIS de bilan.

    Refaire greve la semaine prochaine est totalement inconscient et illustre une fois encore la fracture entre des clubs de nantis et la globalite de la population. Tout le monde a des soucis, contraintes et revendications. Mais seuls ceux qui ont le moyen de faire du chantage se constituent, defendent et abusent de rentes de situation.

    Pourquoi ces problemes en France et pas ailleurs? Faisons un tableau comparatif complet : moyens techniques, informatiques, effectifs, salaires au prorata des vols geres. Et ce que nous verrons (si on en croit le rapport de la Cour des Comptes) sera .. edifiant.

  4. brigitte teinturel - 22 mars 2016 à 7 h 23 min
    brigitte teinturel
    Publié le 22 mars 2016

    Juste pour mémoire, récapitulons les « menus »avantages des aiguilleurs du ciel;
    -un statut de fonctionnaire « hors catégories » (dont ils obtiennent la revalorisation en moyenne tous les trois ans) ;
    – la revalorisation régulière de leurs derniers mois de traitement (et donc du montant de la pension, calculée sur les 6 derniers mois) ;
    – la retraite surcomplémentaire de la fonction publique (RAFP) ;
    – une nouvelle bonification indiciaire (NBI), prime ouvrant un droit spécifique à la retraite ;
    – une prime « retraité » (ATC) perçue pendant 13 ans ;
    – une indemnité spéciale de qualification (ISQ) dont la revalorisation compense systématiquement (et parfois mieux !) toute hausse de cotisations, etc.
    Les contrôleurs aériens travaillent moins que le tout-venant des salariés (32 heures par semaine, dont 8 heures de repos et de récupération, soit 24 heures de travail effectif), peuvent légalement partir à la retraite plus tôt (pour certains dès 52 ans) et bénéficient de trimestres gratuits (4 trimestres tous les cinq ans).
    GREVE DE NANTIS!!

  5. Tierceron
    Publié le 22 mars 2016

    Français de l’étranger, je n’utilise plus jamais depuis longtemps les vols qui passent par des hubs français, ni même Air France, pour l’imprévisibilité et la fréquence de ces grèves !
    Je devrais dire même leur prévisibilité dès que nous nous trouvons en période de départ de vacances ou de retour…
    Les Suisses que je fréquente font bien sûr de même. Ils entendent « sécuriser » leurs voyages !

    • aloes
      Publié le 22 mars 2016

      Nous habitons Montpellier… Nous allons prendre l’avion à Barcelone ! pas de grève, pas d’Air France, pas de CGT/SUD ou autre mafia (subventionnée à 80 % par l’Etat/nos impôts) … on se débrouille dans cette France, ce pays qui combine la Corée du Nord (fonctionnariat omnipotent et favorisé) et l’Amérique du sud (délinquance/corruption à tous les étages)

  6. tortilla max
    Publié le 22 mars 2016

    Eh oui, la France, pays mondialement connu pour ses grèves ! Le pays de toutes les merveilles, un système social en ruines, un syndicaliste destructeur pour les entreprises, un système de santé exorbitant, et des privilégiés continuellement en grève afin d’obtenir toujours plus de privilèges ! La France quoi…

  7. daniel63
    Publié le 22 mars 2016

    Parfois il y a des grèves honteuses mais visiblement la CGT veut continuer à détruire AIR FRANCE comme elle a détruit le port de Marseille et bien d’autres sociétés.Continuez à préserver ses avantages au détriment d’une population où le chômage règne est indécent…Pourquoi voulez vous que les français se syndiquent quand ils voient des syndicats si rétrogrades.daniel63

  8. basta
    Publié le 22 mars 2016

    Ces contrôleurs ne travaillent que 20 ou 23 heures par semaine. Faisons les travailler 25 heures et le problème des « sous effectifs » est réglé. En ce qui concerne le matériel, les projets de contrôler l’espace aérien en supprimant les procédures aux frontières apporteraient la solution mais nos contrôleurs aériens n’en veulent évidemment pas.

  9. Flo_dr400
    Publié le 22 mars 2016

    A l’heure de l’Europe a-t-on besoin de fonctionnaires français pour le contrôle aérien (travaillant 30 h par mois) , sachant que l’espace aérien peut-être contrôlé de n’importe où. En Suisse le contrôle est privé et fonctionne parfaitement et……… il n’y a jamais de grèves.
    Nos syndicats de contrôleurs ont pris l’habitude de toujours exiger plus et ne peuvent concevoir qu’on leur dise non.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum