Alaska Airlines rachète Virgin America

air-journal_Alaska Airlines Virgin America

La compagnie aérienne Alaska Airlines a annoncé hier le rachat de sa rivale Virgin America pour un total de 4 milliards de dollars dette comprise, une fusion qui la porte au rang de cinquième transporteur des Etats-Unis.

La fusion des deux compagnies annoncée le 4 avril 2016 va coûter à Alaska Airlines 2,7 milliards de dollars en rachat d’actions, soit 50% au-dessus du cours de Virgin America vendredi, plus la dette et le leasing d’avions. Une fois approuvée par les autorités, cette transaction permettra au groupe de proposer 1200 vols quotidiens avec des hubs dans sa base de Seattle et dans les aéroports de San Francisco, Los Angeles, Anchorage et Portland, et une flotte d’environ 280 avions d’une moyenne d’âge de 8,5 ans (Boeing 737 tous modèles pour Alaska Airlines, Bombardier Q400 pour sa sœur Horizon Air, Airbus A319/A320 pour Virgin America, CRJ700 et E175 opérés par SkyWest Airlines pour le compte d’Alaska). Le communiqué d’Alaska Airlines insiste particulièrement sur la complémentarité de leurs réseaux respectifs, sur le renforcement de sa présence en Californie où elle vise 175.000 passagers par jour, mais aussi sur un meilleur accès à des créneaux de vols sur la Côte Est, à New York-JFK ou LaGuardia et à Washington-National Ronald Reagan.

« Ensemble nous allons continuer à fournir aux clients ce qu’ils veulent : des prix bas, une fiabilité sans égale et un excellent service », a déclaré le PDG Brad Tilden, « et avec une présence étendue en Californie des options de voyage non-stop plus attractives ». Pour son homologue chez Virgin America David Cush, « notre mission a toujours été de créer une compagnie aimée des passagers, ce que nous avons accompli tout en améliorant l’industrie. Rejoindre Alaska Airlines signifie que cette mission va se poursuivre ». Le syndicat de pilotes d’Alaska Airlines s’est également félicité de cette fusion, tout comme celui des PNC selon qui les deux compagnies sont célèbres pour leur « exceptionnelle qualité de service » – en partie grâce à leurs hôtesses de l’air et stewards.

La nouvelle Alaska Airlines, qui restera basée à Seattle, fusionnera également les programmes de fidélité des deux compagnies une fois la transition achevée. Elle conservera bien sûr sa nouvelle livrée, et « étudiera ces prochains mois » avec le groupe Virgin » comment intégrer au mieux la marque Virgin America. La compagnie espère un feu vert des autorités d’ici la fin de l’année.

Survenant après celles entre American Airlines et US Airways, entre United Airlines et Continental, entre Delta Air Lines et Northwest Airlines ou entre la low cost Southwest Airlines et AirTran, cette nouvelle fusion dans le ciel américain place Alaska Airlines en cinquième position – devant JetBlue Airways qui était elle aussi candidate au rachat de Virgin America. Et comme les précédentes, elle fait redouter une hausse des prix du billet d’avion, déjà constatées dans la plupart des moyens et petits aéroports où la concurrence est moindre (malgré des profits records).

http://www.air-journal.fr/2016-04-05-alaska-airlines-rachete-virgin-america-5160876.html

Commentaire(s)

  1. Attention, coquille, vous avec indiqué la date du 4 avril 2017…c’est une erreur monumentale, inacceptable et impardonnable ! Vous allez encore vous faire démonter ! (à juste titre…vous manquez de rigueur..:))

  2. Tous les fainéants et syndicalistes véreux d’air France qui refusent des trucs pour un rien.. eh bien mes chers collègues.. prenez de la graine de cet article.. PNT et PNC et PS aussi.. vous vous croyez tous au dessus des autres pour faire régner votre dictat.. et même le nouveau DRH socialo.. est comme le président.. rien dans le pantalon.. continuer profiter..

  3. Realvision
    Publié le 5 avril 2016

    Cette fusion semble logique en terme de complémentarité. mais Alaska a payé cher pour des avions en leasing et des dettes…Je me demande quel marque va disparaître en premier (Alaska ou Virgin ). Vu l’historique des fusion, je doute qu’elle garde les 2 marques longtemps. Et surtout va -t-elle garder les A320 ou s’en débarrasser ? À choisir entre l’expérience de voyage entre les 2 compagnies, Virgin est de loin supérieur à Alaska. Là encore, que vont-ils la conserver ?

    Jetblue a bien fait de ne pas surenchérir. Elle pourra réserver cette argent à agrandir son réseau avec pourquoi pas des vols vers l’Europe.

  4. bonne nouvelle pour le secteur, moins pour le passager
    petit florilège de chiffres selon les échos:
    depuis 2004 passage de 11 à 6 compagnies aériennes majeures
    en 7 ans :
    – baisse du nombre de siège de 10% (essentiellement sur les petits aéroports)
    – hausse de 16% des prix hors inflation

    Les profits de compagnies US n’ont pas fini de tutoyer les sommets.

  5. Reik
    Publié le 5 avril 2016

    Vous êtes relou avec Air France.. ce sont des compagnies aéricaines ici..

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter