Aéroport de Nice : +3,3% en mars

air-journal_aeroport Nice

L’aéroport de Nice-Côte d’Azur a accueilli le mois dernier 844.809 passagers, une progression de +3,3% par rapport à mars 2015.

Dans ses statistiques publiées le 11 avril 2016, l’aéroport niçois précise que le mois de mars a été marqué par des événements locaux porteurs (MIPIM, IT Meetings, etc.) et par un démarrage des vacances de Pâques européennes en avance (avril pour 2015), ce qui a permis de neutraliser les effets des deux grèves du contrôle aérien (qui ont entrainé la perte de 16.300 passagers), de la fermeture de l’aéroport de Bruxelles-Zaventem suite aux attentats du 22 mars (-1950 passagers), et donc de « dégager une belle progression » par rapport à mars 2015 qui affichait déjà +4,5%. Le coefficient d’occupation des avions commerciaux perd un point (75 %). Les vols intérieurs ont augmenté de +1,5% (356.095 passagers), et ceux vers et depuis l’international ont gagné +4,7% (488.714 passagers).

En France (+1,5% en passagers, +0,3% en sièges), le trafic continue d’être porté par Lille (+6300 passagers, à pondérer par le report des vols à destination de Bruxelles auquel peuvent être attribués 1700 passagers). Les transversales Toulouse et Rennes contribuent aussi à cette croissance (+2500 passagers). Pour l’Europe (+5,0% passagers, +8,4% sièges), le trafic de la région a été boosté par les événements locaux et le démarrage des vacances de Pâques, avec en tête les Pays Bas (+17,7%), la Norvège (+107,3%) et l’Allemagne (+7,7%). L’Afrique (-1,5% passagers, +1,2% sièges) est menée par l’Algérie (+7,7%) et le Maroc (+1,9%), tandis que pour la Tunisie seule l’escale de Monastir reste en croissance à +10,0%. Le Moyen-Orient (-11,5% passagers, -12,7% sièges) s’affiche en retrait ce mois-ci. L’Amérique du Nord (+468,8% passagers, +650,0% sièges) pour son troisième mois d’ouverture sans interruption l’hiver, a « notablement amélioré son coefficient de remplissage ».

CUMUL AU 31 MARS 2016 : +5,4%

Pour ce premier trimestre 2016, l’aéroport de Nice-Côte d’Azur enregistre des capacités en hausse (+5,1%), dues pour partie aux lignes estivales en continuité sur l’hiver, ajoutées à des événements porteurs et au jour de trafic supplémentaire du 29 février ; malgré une augmentation des pertes suites aux perturbations de trafic, la croissance « est au rendez-vous ». En France (+3,2% passagers et +1,1% sièges), le meilleur gain est Lille (+15 500 pax), et les transversales : Toulouse, Rennes, Nantes et Bordeaux affichent chacune des variations supérieures à +2000 passagers. L’Europe (+7,3% passagers et +7,9% sièges) « pourvoyeuse de croissance » est menée par le même trio de tête qui affiche un gain supérieur à 10.000 passagers chacun : les Pays Bas (+18,7%), l’Italie (+22,2%) et l’Espagne (+18,8%). En Afrique (+4,1% passagers et +5,1% sièges), la région est en progression sur les trois pays régulièrement desservis. Au Moyen-Orient (-4,3% passagers et -7,4% sièges),  nonobstant Israël avec l’arrêt de sa desserte en régulier sur le 1er trimestre, les Emirats Arabes Unis sont en progression à +2,3%. L’Amérique du Nord (+414,0% passagers et +981,9% sièges), désormais desservie en régulier, trouve son rythme sur ce premier trimestre. Le coefficient de remplissage des avions commerciaux est stable par rapport à 2015 (74%).

http://www.air-journal.fr/2016-04-12-aeroport-de-nice-33-en-mars-5161314.html

Commentaire(s)

  1. Qui disait récemment « il n’y a pas de marché d’après les Compagnies Américaines, au départ des Aéroports de provinces, pour des vols vers les USA »?
    Réponse : +414% de Mars 2015 à Mars 2016.
    Ah oui, je me souviens maintenant..

    • Il y a évidemment un marché puisque le vol Nice-New-York est très ancien. Mais le pourcentage de progression que vous annoncez est biaisé, il est dû à l’ouverture de la ligne de Delta en hiver alors qu’elle ne fonctionnait que l’été, forcément la progression est spectaculaire.

      • Donc le Marché existe bel et bien..
        Pour ne parler que de celui-ci.

        • De toute facon
          Publié le 12 avril 2016

          il y a toujours quasiment des marchés pour tout et partout….apres les questions essentielles qui se posent sont au nombre de cinq:
          1) qu’elle est la taille de ce marché?
          2) comment le servir au mieux: taille des avions, fréquences, periode d’utilisation..
          3) ai- je les moyens techniques et humains de la faire ou dois je investir explicitement pour ce marché?
          4) que me rapportera ce marché et les moyens que je vais éventuellement y mettre ne me rapporteraient ils pas plus ailleurs?
          5) ce marché rentre t il dans ma stratégie globale de développement aujourd’hui ou non?

          En fonction des réponses, une compagnie décidé d’y aller ou pas…

      • Airbid
        Publié le 12 avril 2016

        Merci à Grace Kelly.

    • Il y a un marche pour les compagnies américaines au départ de la province mais celas restera très très limite et actuellement en dehors de Nice, je ne vois pas pas d’autre aéroports hormis peut être Toulouse ou Bordeaux. Le reste on oubli car meme Lyon et trop près de Geneve donc chevauchement des zones d’attrativite passager et potentiel économique.

      • cm69
        Publié le 12 avril 2016

        @Richiersa, vous avez mis le doigt sur un des handicaps de Lyon saint-Exupéry : Genève ! Outre la puissance économique, financière, la présence de nombreux organismes internationaux, et un meilleur niveau de vie pourvoyeur de plus de voyageurs, la ville suisse exerce un attrait que n’a pas encore Lyon…
        La puissance économique et la notoriété touristique de la capitale de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes s’améliorent, mais bon, il y a encore du chemin à parcourir.
        Dans ce cadre-là, on peut s’interroger sur la pertinence de la candidature de l’aéroport genevois à la privatisation de Saint-Exupéry : étouffement ? alliance équilibrée ? quelle place serait accordée à la création des dessertes internationales qui manquent à Lyon ? Genève vanterait-il d’abord son « produit » ?
        On peut penser que les Suisses (associés à d’autres investisseurs, bien sûr) n’achèteraient pas un aéroport pour l’éteindre, mais bon, cela reste un souci pour les responsables Lyonnais : quel investisseur va vraiment prendre en compte le potentiel de cet aéroport ? ADP a renoncé, et c’est très bien. Le « gagnant » sera connu en juillet prochain.
        Souhaitons que dans cette affaire, tout le monde soit gagnant : l’aéroport avec un trafic (et le chiffre d’affaires qui va avec) en hausse, les nouvelles compagnies aériennes qui s’intéresseraient à Lyon et trouveraient intérêt à la desservir, les chefs d’entreprise et les touristes (à l’import comme à l’export)… Cela fait du monde . Celui qui contentera toutes ces catégories aura droit à leur gratitude !

  2. Publié le 19 avril 2016

    Bonjour,
    J’ai pris le vol Nice-Dubaï avec prolongation pour Capetown le 5 janvier dernier et retour le 27.
    La livraison des bagages au retour était assuré sur un tapis digne d’un ATR42 avec un B777 !
    Je vous dis pas la foule autour du petit tapis pour prendre ses bagages en plus des familles venues retrouver leur proche.
    Je crois que NCE devrait investir sur des tapis dignes d’un aéroport qui ne cesse de se développer à vitesse grand V…

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter