Aéroport Marseille-Provence engage un plan d’investissement de 500 millions d’euros

air-journal-Aeroport-de-Marseille-Provence-Marignane

Anticipant une augmentation de son trafic passager, l’Aéroport Marseille-Provence engage un plan d’investissement de 500 millions d’euros, avec au centre du projet d’agrandissement la construction d’un nouveau terminal baptisé « coeur d’aéroport« .

«Grâce au travail que nous menons en collaboration avec les acteurs du territoire, nous avons l’ambition d’accueillir 2 millions de passagers supplémentaires d’ici 2022. Afin d’accompagner cette croissance et de moderniser nos infrastructures nous avons décidé en 2015 d’engager le plus grand plan d’investissement de notre histoire d’un montant de 500 millions d’euros », a annoncé Pierre Régis, président du directoire de l’Aéroport Marseille-Provence (AMP). Il s’agira dans un premier temps pour la plateforme de corriger les points d’insatisfaction de ses clients sur les services basiques : fluidifier les accès aux parcs de stationnement et aérogares, créer une nouvelle gare routière avec un meilleur maillage en transports collectifs, renforcer la propreté des installations…

Viendront ensuite les grands projets structurants pour 200 millions d’euros : extension des aérogares, notamment celle dédiée aux compagnies low cost, création d’un vaste « coeur d’aéroport » et d’une jetée d’embarquement internationale. Construit entre les halls 1 et 4, ce futur « coeur d’aéroport » aura une surface de 15 000 m2 sur deux étages. Le premier servira d’espace d’accueil général, et le second proposera une grande salle d’embarquement. Les travaux devraient démarrer en 2019 pour une livraison en 2022, l’année du centenaire de l’aéroport marseillais.

Ces dix dernières années, le trafic à Marseille-Provence a crû de plus de 2 millions de passagers passant de 6,1millions à 8,3 millions aujourd’hui. 100 destinations sont désormais offertes en vol direct contre 58 en 2006. Le trafic international s’est renforcé progressivement pour passer de 45% du trafic à 59% aujourd’hui. Cette croissance devrait s’accentuer dans les années à venir avec une progression attendue du trafic international de 4% par an en moyenne avec le développement de long-courriers.

http://www.air-journal.fr/2016-06-06-aeroport-marseille-provence-engage-un-plan-dinvestissement-de-500-millions-deuros-5164085.html

Commentaire(s)

  1. Pour rebondir sur l’article précédant, le SHOGUN de Service à encore une fois perdu l’occasion de se taire…mais non, il préfère nous abreuver de son « baratin » quotidien de contre vérité:
    « Air France n’à jamais rien coûté aux contribuable » :
    En 1993, l’état Français à injecté (sous la Présidence de Christian Blanc) la somme de 20 Milliards de francs (soit 4,2 milliard d’euros) en 3 ans pour récapitaliser Air France.
    En 1993, l’entreprise qui était publique avait un endettement de 36 milliards de francs (7,5 milliards d’euros) ce qui plaçait la compagnie nationale en position de faillite financière.
    L’état Français (donc le contribuable) à payé..
    La privatisation de la Compagnie n’est intervenue qu’en 1999 sous la présidence de Jean-Cyril Spinetta.
    (Source le Figaro Economie).
    Alors envoyer balader les autres quand on est juste capable de raconter une fois encore n’importe quoi (avec le précieux soutien de Fils de…on peut comprendre..), en se faisant passer pour « l’Expert du coin », c’est juste pathétique.
    Bon vol..

    • Quelques rappels historiques..... - 6 juin 2016 à 16 h 06 min
      Quelques rappels historiques.....
      Publié le 6 juin 2016

      Je pense qu’une clarification salutaire s’impose à tous pour que chacun parle des mêmes choses…avec des convictions parfois divergentes:

      Prétendre que AF n’a jamais rien coûté au budget de l’Etat est une escroquerie intellectuelle que les faits démontrent facilement.
      Mais à l’inverse, prétendre que AF a toujours été une sorte de tonneau des Danaïdes ( sans fond ) dans lequel l’Etat a toujours déversé des milliards sans rechigner, ni rien en retour est tout autant malhonnête intellectuellement.
      Exemple avec les fameux et réels 20 milliards de francs versés à la recapitalisation d’AF en 1993:
      L’Union Europeenne a donné son accord ,apres étude du dossier, moyennant des contreparties. Je précise ce point car deja, a l’épique, les gouvernements ne pouvaient plus agir à leur guise en ces sujets.
      Or que contenait entre autre cette étude:
      Les détails de ces fameux 20 milliards de Frcs…L’UE pur alors avoir accès à tout un tas de choses explicatives, dont: le fait que quasiment 9 milliards etaient un remboursement de la dette accumulée au fil des années par l’Etat en pers AF…( quelle dette??? Principalement le montant des milliers de billets gratuits une fois tous les 3 ans à l’époque pour chacun des agents ultramarins recrutés la bas mais  » obligés » de subir une mutation en Métropole ..or ces agents etaient des milliers dans la Poste, les Douanes, la Police, l’Armee, les Hôpitaux de Paris…et j’oublie certainement encore quelques corps de métier…).. Puis l’UE admit que 4 autres milliards n’étaient que du dédommagement de l’Etat envers AF pour compenser l’obligation qui lui avait été date de conserver des lignes économiquement ruineuses mais diplomatiquement nécessaires.( Nord + Sud Yemen, Karachi, Karthoum, plusieurs escales du Golfe, Kigali et Bujumbura,….et j’en oublie…) .Puis encore, l’UE reconnut que Concorde ( oui, Concorde des les Annees 1990, bien avant l’accident !!!) etait impose à AF pour des raisons politico–prestigo–diplomatiques, que AF subissait dans ces comptes, puis enfin, il fut admis que AF avait été contrainte de sortir de sa poche une somme sur-evaluee pour le rachat impose par décision gouvernementale de UTA et sa la participation de 30% de cette dernière dans Air Inter et que donc, là aussi une partie des 20 milliards fut considérée par l’UE comme un remboursement….Au final, l’UE admit que sur les 20 milliards, seuls environ 5 pouvait être considéré comme une aide gouvernementale, qu’elle accepta en contrepartie d’un plan sévère de réorganisation et l’accepation d’une  » ouverture du capital  » à la fin du plan ( on ne parlait pas encore de privatisation à ce moment là..mais on en prenait le chemin!) Le plan avait gelé toute ouverture de lignes nouvelles pendant 4 ans, ainsi que toute augmentation de fréquences sur les lignes existantes…mais aussi aucun nouvel achat d’avion et report de toutes les livraisons d’avions déjà achetés et prévus d’être livrés pendant le plan…La flotte devait par ailleurs être réduite de +10% en capacité totale…question social, ce fut un blocage des salaires ,avancements et promotion pendant 4 ans.et l’effectif total devait baisser de 10% en 4 ans…
      En 1998 , fin du plan: AF etait redevenue bénéficiaire et le restera chaque année jusqu’en 2008, malgré la crise suite au WorldTradeCenter à News Yors et la guerre de Bush & Co en Irak, malgré la crise du SARS en Asie et les divers soubresauts habituels en différents pays d’Afrique..on rappellera que AF et QANTAS etaient les deux premières compagnies mondiales en terme de bénéfices de 2003 à 2005, en un temps où British Airways était en 102 j’émets sous-sol financier et LH n’arrivait pas à passer dans le rouge..Durant ces 10 Annees de profits annuels ( 1998/2008) AF en impôt de société et en dividendes d’actionnariat, a plus que largement rembourse à l’Etat les 5 milliards que ce dernier avait mis dans son augmentation de capital…les 15 autres versés ayant été considérés comme des sommes dues par l’Etat à AF …

      Certains ici pour des raisons opposées, vont sûrement vouloir ne pas voir ce que fut cette époque, mais ce serait plus salutaire pour tous de tendre vers la vérité …

      • Quelques rappels historiques..... - 6 juin 2016 à 16 h 13 min
        Quelques rappels historiques.....
        Publié le 6 juin 2016

        Ah, j’ai oublié un truc: de grâce, les anciens d’UTA, ne me ressortez pas que  » c’est UTA qui a de fait racheté AF et non l’inverse » car je connais comme vous le truc: si c’est bien là scop UTA qui fut transformée ,il n’empêche que les milliards de la transaction sont sortis des caisses d’AF vers les poches des Seydoux & Co ..Or quand il y a un rachat c’est bien l’acheteur qui paye, non? Et quel que soit le montage juridique là dessus!!!!

    • Publié le 6 juin 2016

      Ce que je trouve pathétique, pour ma part c’est de ne pas pouvoir s’empêcher de mentir et de faire du hors-sujet intégral juste par volonté d’exprimer son agressivité envers tout contributeur ne partageant pas son obsession anti-Air France.

      1- Je n’ai pas écrit « Air France n’à jamais rien coûté aux contribuable », mais « Air France ne coûte rien au contribuable ». Ceci, tout lecteur peut le vérifier, et en conclure que celui qui raconte des contre-vérités, c’est ERIK DE NICE et non point votre serviteur.

      2- Capitaliser une entreprise, lorsqu’il s’agit de la rendre viable et rentable sur la durée, cela ne signifie pas gaspiller de l’argent mais investir. Ce qui aurait réellement coûté une fortune au contribuable, c’est de laisser couler une entreprise de plusieurs milliers de salariés, potentiellement rentable, utile à l’économie nationale et source de recettes budgétaires sous forme d’impôts, de taxes payées, de cotisations diverses.

      3- Je répondais à un intervenant qui racontait n’importe quoi à propos d’un fait d’actualité immédiate, vous contestez mon propos en évoquant un investissement public datant de 1993, c’est-à-dire d’il y a 23 ans, et sans rapport avec le sujet. Chacun pourra apprécier l’honnêteté intellectuelle de la démarche.

      4- Participer à un débat sans agressivité inutile, vous devriez apprendre. Réduisez le café, prenez de la camomille, et des vacances de temps en temps, vous verrez, ça fait du bien.

      Salutations de Gyeongju, Corée du Sud.
      Merci cette année encore à Air France pour la qualité du vol entre Nice et Ôsaka, via CDG. Service souriant et professionnel, tarif hyper-compétitif : bravo !

      Asiana pour l’escapade de 8 jours en Corée (KIX-GMP): pas mal non plus. A321 plutôt confortable, et service traditionnel pas encore déshumanisé par le tout automatisé en self-service.

  2. Alors sous-entendre qu’Air France ne coûte et n’à jamais rien couté aux contribuable est une imposture….de plus!!!
    Ça s’est compté en milliards d’euros..

    • Même si ça n’a aucun rapport avec le sujet de cet article, l’intervention ci-dessus de Eric de Nice devrait bien être gravée dans l’esprit de tous les yakafokon. A commencer par Flo qui pense qu’il a contribué au budget de la France à coup de grèves de fond de galley, ou le troll qui se fait passer pour fils de … .
      C’est parce que le contribuable qui a pendant des mois et des mois payé en direct les salaires alors qu’AF était de facto en faillite (il n’y avait même plus assez de liquidités pour payer les salaires, alors que l’entreprise était dispensée de certaines charges que ses concurrentes devaient acquitter -URSSAF entre autres), donc que ce contribuable attend encore que ces dettes soient remboursées qu’il est plus qu’irrité de voir ces grèves d’enfants gâtés.
      De mon côté, mes besoins sont correctement couverts: pour la France et l’Europe j’ai EZY, Vueling, Volotea et pour le long courrier j’ai Star Alliance.
      Pour le reste j’attends patiemment la faillite. A mon grand regret en temps que défenseur de l’emploi en France, mais il est un moment où il faut savoir arrêter la plaisanterie.
      Les gréviculteurs vont nous planter une grève pendant la coupe de foot (dont je ne suis pas du tout amateur, mais c’est des touristes étrangers donc des devises donc de l’emploi en France), les autres pendant les départs en vacances. Allez, encore un effort, vous allez y arriver à la couler cette belle boîte. Mais comme la nature a horreur du vide, quelqu’un prendra rapidement sa place. Mais pensez-y: une fois à Pôle Emploi, un cv AF a le statut d’inemployable! Alors vous irez cégétiser et essenpéeliser en Chine ou au Qatar. Ça va être le fun!

      • Publié le 6 juin 2016

        Ce genre de commentaires souhaitant la faillite d’une entreprise qui emploie des dizaine de milliers de salariés dans le monde ne mérite que le mépris le plus total.

        En outre, il ne faut pas avoir peur du ridicule quand on parle d’une entreprise bénéficiaire.

        Pour ce qui est de la « gréviculture », c’est vrai que vanter Star Alliance, entendez pour l’Europe Lufthansa, il fallait oser. En matière de jours de grève, pour rattraper le retard par rapport à leurs collègues allemands, les pilotes du SNPL ont encore du pain sur la planche. LOL.

    • Publié le 6 juin 2016

      L’imposture, c’est de déformer sciemment les propos de ses interlocuteurs, et de remonter plus de vingt ans en arrière pour masquer le fait qu’on n’a aucun argument actuel et factuel pour justifier ses animosités obsessionnelles.

  3. Ne pas oublier de réserver une emprise sol pour une (éventuelle) arrivée d’un tramway en… 2045?

    • Publié le 6 juin 2016

      Ils leur a déjà fallu + de 50 ans pour se rendre compte qu’il y avait une voie ferrée qui y passé à proximité et qu’en plus il y avait une gare à env. 2km de l’aérogare, alors pour l’éventuel Tramway il faudra patienter.
      M’enfin, quand on connait le niveau de sécurité qu’il y a sur la ligne en provenance de Marseille ou depuis Miramas (syndrome du RER B), on s’abstient de le prendre d’autant qu’avec l’ouverture récente d’un fast food en zone landside, cela a ramené une faune locale fort peu recommandable.

    • Gaston
      Publié le 6 juin 2016

      Ils ont déjà découvert récemment l’existence d’une voie ferrée avec une gare à proximité, c’est déjà un grand pas!! Mais bon la fréquentation de la ligne (depuis Miramas ou Marseille) ne donne pas vraiment envie de prendre le train + navette pour se rendre à l’aéroport.

  4. Publié le 6 juin 2016

    Qui sait pourquoi la privatisation de l’aéroport de Marseille n’est pas d’actualité?

    • Publié le 6 juin 2016

      Parce que la CGT et Sud ont trop de pouvoir sur cette plate-forme et que Marseille reste un aéroport loisir tourné vers le Maghreb (transhumance) et low cost (FR et quelques vols U2 et VY).
      Même si des efforts ont été tenté ces dernières années au niveau des destinations internationales, l’aéroport stagne comparé à NCE, LYS et TLS.

      Sur un dossier de presse, j’ai vu le chiffre de 700000 voyageurs long courrier d’ici 2025, j’avoue que ça prête à rire peut-être comptent ils les voyageurs à destination de DKR dans leur chiffre, car actuellement le LC se limite à quelques vols XL vers St Denis et Punta Cana ainsi que Mada et TS vers Montreal et Toronto de manière saisonnière et si la région Marseillaise veut attirer plus de monde, il faudra mettre un grand coup dans la fourmilière pour faire bouger tout ça.

  5. Bob
    Publié le 6 juin 2016

    Et alors ?

    Est-ce qu’Air France va laisser Marseille à la concurrence ?

    Air France a abandonné Mulhouse et Nice à EasyJet qui y prospère, Air France a abandonné Nantes et Bordeaux à Volotea…

    Ryanair revient à Clermont Ferrand délaissé par Air France.

    Alors ?????

  6. @QUELQUES RAPPELS HISTORIQUES

    +1000000000!

    Mais des grincheux chercheront toujours à y redire !

  7. @QUELQUES RAPPELS HISTORIQUES :
    Racheter avec l’argent des « autres » (du contribuable en l’occurrence) n’est pas vraiment une performance économique..

  8. Nom
    Publié le 6 juin 2016

    Mais qui va payer les 500milions d’euros pour les travaux????? C’est nous lol

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum