Crash Egyptair : des restes humains récupérés

air-journal_Egyptair MS804 crash debris

Tous les restes humains qui avaient été localisés après le crash d’un Airbus A320 de la compagnie aérienne Egyptair en Méditerranée ont été récupérés, annonce la Commission d’enquête. Les premières données de l’enregistreur des voix du cockpit (CVR) indiqueraient qu’un des pilotes a tenté d’éteindre un incendie.

L’enquête sur la disparation du vol MS804 de la compagnie nationale égyptienne, qui reliait Paris-CDG à l’aéroport du Caire le 19 mai avec 66 personnes à bord, se poursuit en mer Méditerranée. Selon un communiqué de la Commission d’enquête le 3 juillet 2016, le John Lethbridge, navire de recherches de la société française Deep Ocean Search (DOS), « a recueilli tous les restes humains qui avaient été repérés sur le site du crash ». Il a pris la direction d’Alexandrie, où ces restes seront analysés par des médecins légistes afin de les identifier ; le navire retournera ensuite sur zone pour poursuivre les recherches.

Les deux boîtes noires de l’A320 avaient été remontées à la surface à la mi-juin, et leurs cartes mémoire ont été réparées dans les locaux du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA) en France. Si les analyses initiales semblent accréditer la thèse d’un accident suite à une panne, aucune hypothèse n’est écartée par les enquêteurs. Selon Le Figaro de lundi, l’enregistreur des voix du cockpit (CVR) indiquerait que l’un des deux pilotes a essayé d’éteindre un incendie dans le cockpit avant que l’avion ne disparaisse. L’autre boîte noire enregistrant les données de vol (FDR) a déjà confirmé un dégagement de fumée, dans les toilettes et à l’avant de la cabine de l’A320, comme l’indiquaient les messages ACARS (système automatisé de communication de l’appareil) avant sa disparition.

Rappelons que le Parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour homicides involontaires et non pour terrorisme. Le vol MS804 d’Egyptair avait décollé le 18 mai à 23h09 de l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle à destination du Caire, avec à son bord deux pilotes, cinq PNC, trois agents de sécurité et parmi les passagers trente Egyptiens, quinze Français, deux Iraquiens, deux Canadiens et des ressortissants de Belgique, d’Algérie, de Grande-Bretagne, du Tchad, du Portugal, d’Arabie Saoudite et du Soudan.

Immatriculé SU-GCC et livré neuf à Egyptair en novembre 2003, l’appareil avait à ses commandes le commandant de bord Mohamed Said Shoukair ayant accumulé 6275 heures de vol, dont 2101 sur A320, tandis que son copilote Mohamed Mamdouh Ahmed Assem avait 2766 heures de vol à son actif. La météo était bonne, et la compagnie assure que les visites de maintenance n’ont décelé aucun problème ; aucune matière dangereuse ne figurait dans la liste du fret embarqué. La commission d’enquête égyptienne a confirmé mi-juin que l’appareil avait effectué un virage brutal à 90 degrés sur sa gauche, puis une vrille de 360 degrés à droite, avant d’entamer sa chute.

http://www.air-journal.fr/2016-07-05-crash-egyptair-des-restes-humains-recuperes-5165861.html

Commentaire(s)

  1. Ci-dessus: « l’un des deux pilotes a essayé d’éteindre un incendie dans le cockpit… »
    Ce n’est pas exactement ce que dit l’article du Figaro. Le journal ne précise pas que l’incendie était dans le cockpit. Les pilotes ont pu lancer une procédure pour un feu en soute électronique, par exemple.

    « INFO LE FIGARO – Plus de sept semaines après la catastrophe, les enquêteurs égyptiens n’ont toujours pas tranché entre l’accident ou l’acte terroriste.

    Selon nos informations, la deuxième boîte noire à avoir parlé, le CVR (cockpit voice recorder), indique que l’un des deux pilotes présents dans le cockpit du vol MS 804 d’Egyptair, tombé en mer le 19 mai dernier, a essayé d’éteindre un incendie avant la catastrophe. D’où venait le feu? Quelle en était la cause? Pas de réponse pour l’instant. Ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas cet incendie qui a soudainement coupé, à 37.000 pieds, l’autre boîte noire, le flight recorder (FDR), situé à l’arrière de l’avion. On sait que le FDR a cessé de fonctionner mais que l’appareil a continué à voler pendant trois … »

  2. Des spéculuations sur la cause de l’incendie
    – Défaut majeure de Batterie?
    – acte de malveillance ? (Objet incendiaire? nséré dans la avionique bay qui à été fermé puis scéllé par le PS)
    -Maintenance mal/non suivie (potential batterie non/mal suivie–> emballement thermique)
    -oublie d’un objet dans la soute avionique entrant en reaction

    Qu’en pensez vous?

    • – Pb, emballement thermique batterie ? Oui, mais les messages ACARS auraient été probablement différents.ELEC BAT FAULT ou BCL FAULT.
      – acte de malveillance? Quand même pas facile d’entrer dans la soute avionique durant une escale sans que personne ne le remarque…
      -objet incendiaire, objet oublié entrant en réaction? Les calculateurs en défaut du message ACARS sont répartis en des points éloignés dans la soute avionique et n’ont en commun que leur alimentation. Et aucun d’eux n’est vital.
      Pour l’instant, il n’y a que les messages ACARS pour étayer une hypothèse…

  3. FlySSC
    Publié le 5 juillet 2016

    Un feu de batterie lithium dans un bagage soute n’est pas à exclure. Ce n’est pas la première fois que cela se produit et et ce ne serait malheureusement pas la dernière. En cas d’écrasement ou de compression, ces batterie s’enflamment avec une violence inouie et dégagent une chaleur extrême. Ce problème est pris très au sérieux par les compagnies aériennes dans le monde entier depuis que des incidents de ce type se multiplient, en cabine jusque là, sur American Airlines, Air France, et bien d’autres (teléphones portables qui glissent sous les sièges et sont boryés lorsque le siège est redressé en mode électrique. Air France a mis à bord de tous ses avions des équipements spéciaux ai si que des procédures bien précises pour le PNC et les Pilotes afin d’isoler et de refroidir les appareils électroniques en cas d’incident de ce type mais quid si ça se produit dans un bagage soute ?

    • C’est en effet un problème qui a déjà eu lieu…
      Si feu batterie lithium en soute , il devrait y avoir une alarme CARGO SMOKE (les soutes FWD et AFT sont équipées de détecteurs de fumées et d’extincteurs) AVANT l’alarme AVNCS SMOKE dont la détection est sur le circuit d’extraction du système de ventilation de la soute avionique, donc indépendants l’un de l’autre en fonctionnement normal. Et je ne vois pas, non plus, pourquoi les alarmes sur les 3 calculateurs du message ACARS, seulement ceux-là et surtout en premier (ils ne sont pas prioritaires sur une alarme feu/fumées).
      Il va sûrement y avoir une explication, il suffit d’être patient.

      • FlySSC
        Publié le 8 juillet 2016

        Vous savez comme moi un qu’un accident est toujours dû à une succession d’évènements, un enchainement de situations qui mène à la catastrophe. Vous retirez un seul de ces évènements de la chaine et l’accident n’a pas lieu… Un feu de soute associé à une panne des détecteurs ou des calculateurs ou une mauvaise réaction des pilotes qui à ce moment là devaient être occupés à préparer la descente… L’interprétation de cette alarme comme une alarme intempestive (celà arrive très souvent sur Airbus)… Tout ceci est à envisager. Enfin, je vois rappelle que dans un avion, la logique est quelques fois très étrange : souvenez vous il y a quelques années, un B777 d’Air France sur un vol CDG-LAX avait dû se poser en urgence à Churchill dans le grand nord canadien suite à un début de feu au cockpit (un court circuit dans le système de dégivrage du pare brise, suite à un défaut de conception) et bien lors de cet évènement, les premiers « signaux » d’une combustion (forte odeur de brûlé) ont été sentis… par les PNC de l’office arrière en porte 5 ! Un des pilotes s’est même déplacé tout à l’arrière de l’avion pour constater l’odeur avant d’être rappelé par le CDB dans le poste de pilotage…

  4. Clo2B
    Publié le 6 juillet 2016

    Tiens, mais ou sont donc passé les censeurs de service, qui se permettent habituellement d’attaquer les intervenants, dès qu’ils évoquent la moindre hypothèse sur les raisons d’un accident, même lorsqu’il n’y a pas de victimes à déplorer?
    Peut être sont ils partis sous d’autres cieux….dans ce cas, bon débarras !!!!!

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter