Turkish Airlines vire 211 employés « politisés »

air-journal_Turkish Airlines pilote

La compagnie aérienne Turkish Airlines a annoncé avoir mis fin à 211 contrats au nom de la lutte contre le mouvement FETO de Fethulla Gülen, accusé par le président Erdogan d’avoir inspiré la tentative de coup d’état en Turquie la semaine dernière.

Dans son communiqué du 25 juillet 2016, la compagnie nationale turque explique que ces licenciements, valables au 22 juillet, sont « en ligne avec les actions nécessaires que nous prenons contre la structure FETÖ, les attitudes et les comportements en conflit avec les intérêts de notre pays et de notre compagnie », les 211 personnes visées n’ayant pas « rempli les critères de performance ». En tant que Turkish Airlines, ajoute le texte, « unie avec tous les Turcs héroïques et honorables dans des efforts extraordinaires », la compagnie reconnait « sa responsabilité pour mettre fin à cette tentative maléfique et illégale ». Et de conclure que quelques soient les circonstances, elle a déjà et « continuera de remplir ses responsabilités pour contribuer à la démocratie ».

L’agence turque Dogan affirme que parmi les 211 licenciés figurent quinze pilotes et sept membres de l’encadrement (parmi lesquels le directeur financier Coskun Kilic), un site d’information financière local parlant de son côté de licenciements beaucoup plus nombreux : 250 navigants, et une centaine d’employés administratifs ou de la direction. Interrogée, Turkish Airlines n’a pas voulu détailler l’impact de cette « purge » sur les opérations. Rappelons que la compagnie de Star Alliance est détenue à 49% par l’état turc.

L’annonce n’a en tout cas pas eu d’impact sur son cours en bourse : son action était en hausse lundi à +2,83%, en gros comme l’ensemble des valeurs à la bourse d’Istanbul. Le nombre de personnes ayant été licenciées, suspendues ou arrêtées en Turquie depuis la tentative de coup d’état a dépassé la barre des 60.000. Menée par une petite partie de l’armée, cette tentative avait fait environ 290 victimes.

air-journal_Turkish Airlines aeroport

http://www.air-journal.fr/2016-07-26-turkish-airlines-vire-211-employes-politises-5166727.html

Commentaire(s)

  1. Une compagnie a la solde du gouvernement / dictature en place. Je prononce volontairement le mot dictature car au vue des actions actuelles, on est plus dans une démocratie mais sous le régime dictatoriale. Le pire dans tout cela est le cours de TK a +2.85% apres la purge comme quoi les boursicoteurs n’en n’ont cure et recherchent uniquement le profit, si ils le pouvaient ils feraient du business avec la Coree du Nord…

  2. Jimmycdg

    Prendre cette compagnie c’est cautionner la dictature. Je l’ai prise une fois et jamais plus je ne la reprendrai…

  3. seb

    Perso je la prends et je la reprendrai, au moins on peut partir serein. C’est un compagnie fiable avec un excellent service. Les employés sont de pauvres gens comme vous et moi. Pas sûr que d’autres compagnies soient mieux. Business is business.

  4. En tant que Français je m’interdis de formuler en public la moindre critique à l’encontre d’un pays étranger. Sans doute par ce que j’ai vécu dans de très nombreux pays étrangers et que j’ai eu l’occasion à plusieurs reprises de constater que les reportages de nos journalistes étaient trop souvent orientés. La France ne cesse de s’impliquer dans les affaires intérieures de pays étrangers alors qu’elle devrait commencer par s’occuper de son propre pays qui s’enfonce de plus en plus vers un modèle que plus personne ne nous envie que ceux qui savent en profiter et en abuser à travers des comportements de plus en plus choquants.
    A moins de connaître très bien un pays, ce qui est rarement le cas, mieux vaut s’abstenir de réagir à chaud. La France a eu le mérite de refuser d’aller faire la guerre à Sadham Hussein et elle a sans doute eu raison car les Irakiens aujourd’hui souffrent beaucoup beaucoup plus que lorsqu’ils étaient dirigés par Sadham Hussein.

  5. Et c’est ce pays qu’on souhaite nous imposer au sein de l’UE contre la majorité des peuples européens qui n’en peuvent littéralement plus…
    La purge du dictateur d’Erdogan – après un pseudo coup d’état fomenté de toutes pièces par ce « malade » pour asseoir encore plus son pouvoir et mener une purge sans précédent – continue au sein de Turkish Airlines… Ca promet…

  6. czl

    On n’a pas le droit d’avoir des opinions politiques quand on est salarié, enseignant, fonctionnaire, ????????????

    La tentative de coup d’état c’est grave
    Mais cette purge qui concerne des dizaines de milliers de personnes dans tous les secteurs c’est grave aussi

  7. Turkish Airlines, une autre compagnie qui va nourrir ma liste des compagnies a écarter a priori!

  8. Bob

    Si en France, on devait virer tous les opposants au gouvernement, ce serait 90% des salariés qui perdraient leur travail…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum