Air France-KLM : chute du chiffre d’affaires au 1er semestre mais…

air-journal_Air France KLM bis

Le groupe aérien Air France-KLM a annoncé mercredi un recul de son chiffre d’affaires au premier semestre, avec une nette dégradation pendant le deuxième trimestre. Mais y compris entre entre avril et juin, son résultat d’exploitation est en amélioration par rapport à l’année dernière.

Le Conseil d’administration du groupe franco-néerlandais, désormais présidé par Jean-Marc Janaillac, s’est réuni le 26 juillet 2016 pour approuver les comptes du premier semestre 2016, en précisant que les états financiers consolidés du groupe ont été révisés à partir du 1er janvier 2016 afin de refléter le retraitement de Servair en activité non poursuivie. Le chiffre d’affaires total s’est établi à 11,8 milliards d’euros contre 12,1 milliards d’euros au premier semestre 2015, en recul de -2,6% en nominal et à données comparables. La facture carburant a atteint un montant de 2 263 millions d’euros, une baisse reportée de 28,0% et une baisse de 29,1% sur la base de données comparables. Au cours des six derniers mois, les économies réalisées par Air France-KLM sur la facture carburant (858 millions d’euros hors change) ont été partiellement compensées par la pression sur les recettes unitaires (impact négatif de 419 millions d’euros hors change) et un effet change négatif (impact négatif de 125 millions d’euros), 37% des économies de la facture carburant étant ainsi conservées.

Au premier semestre 2016, l’EBITDA s’est élevé à 994 millions d’euros, en augmentation de 463 millions d’euros. A données comparables, l’EBITDA a augmenté de 582 millions d’euros. L’activité Passage réseaux, avec un EBITDA de 952 millions d’euros, a été le principal contributeur à l’EBITDA avec une progression de 541 millions d’euros à données comparables. Malgré un contexte difficile pour le fret, marqué par la surcapacité structurelle de l’industrie, l’EBITDA de l’activité Cargo s’est amélioré de 37 millions d’euros à données comparables principalement grâce aux efforts de restructuration.

Le résultat d’exploitation d’Air France-KLM s’est élevé à 218 millions d’euros contre un résultat négatif de 238 millions d’euros au premier semestre 2015, soit une amélioration de 456 millions d’euros. A données comparables, le résultat d’exploitation a augmenté de 580 millions d’euros. Le résultat net part du groupe s’est établi à -114 millions d’euros contre -638 millions d’euros il y a un an. Au 30 juin 2016, le retour sur capitaux employés (ROCE) sur 12 mois était de 11,7%, en hausse de 6,3 points par rapport au 30 juin 2015.

Au premier semestre 2016, le chiffre d’affaires de l’activité Passage réseaux s’est élevé à 9413 millions d’euros, en retrait de -2,6%, et en baisse de 2,4% à données comparables. Le résultat d’exploitation de l’activité passage réseaux s’est établi à 319 millions d’euros, contre un résultat négatif de 112 millions d’euros au premier semestre 2015, en amélioration de 431 millions d’euros et de 531 millions d’euros à données comparables. La recette unitaire au SKO est en recul de -3,0% à 6,69 centimes d’euro (-2,8% à données comparables). Les perspectives de capacités restent inchangées avec une augmentation de l’ordre de 1% des Sièges Kilomètres Offerts (SKO) sur l’année 2016.

air-journal_KLM Air France Chili 2Le groupe de l’alliance SkyTeam précise aussi les résultats du deuxième trimestre 2016 : le chiffre d’affaires s’est établi à 6,22 milliards d’euros contre 6,56 milliards d’euros au deuxième trimestre 2015, en baisse de -5,2% en raison d’une pression croissante sur les recettes unitaires, et en retrait de 3,7% à données comparables. L’effet de change a eu un impact négatif sur le chiffre d’affaires de 104 millions d’euros, en raison principalement de l’affaiblissement contre l’euro de devises autres que le dollar américain, notamment le real brésilien, la livre sterling, le yuan chinois, le dollar canadien et le rand sud africain. L’effet négatif sur les revenus a été en partie compensé par un effet change positif sur les coûts qui s’est élevé à 58 millions d’euros. L’impact net de l’effet change sur le résultat d’exploitation a donc été négatif de 46 millions d’euros. Le total des charges d’exploitation a été inférieur de 7,5% à l’année précédente, et en baisse de 6,7% à données comparables. Hors carburant, les charges d’exploitation ont augmenté de 0,3%, et de 0,5% à données comparables. Le coût unitaire par ESKO a baissé de 1,5% (à change, prix du carburant et charges liées aux retraites constants), pour une capacité stable en ESKO (+0,3%).

La facture carburant s’est élevée à 1167 millions d’euros, en baisse de 29,7%, et en recul de 27,6% à données comparables. Sur la base des courbes à terme au 15 juillet 2016, la facture carburant de l’année 2016 devrait atteindre 4,6 milliards d’euros, et la facture carburant de l’année 2017 pourrait s’élever à 4,4 milliards d’euros. Les coûts totaux de personnel (y compris intérimaires) ont baissé de -2,7% à 1862 millions d’euros. A périmètre et charges de retraites constants, les coûts salariaux ont diminué de 2,9%, et de 3,6% hors augmentation du profit sharing

L’EBITDA s’est élevé à 728 millions d’euros au deuxième trimestre, en augmentation de 171 millions d’euros. A données comparables, l’EBITDA a progressé de 211 millions d’euros, principalement grâce au résultat de la performance du réseau passage qui s’est amélioré de 186 millions d’euros à données comparables. Le groupe précise que l’EBITDA d’Air France a augmenté de 60 millions d’euros à données comparables et l’EBITDA de KLM a augmenté de 151 millions d’euros à données comparables ; les marges EBITDA ont augmenté pour les deux compagnies, atteignant 10,0% pour Air France et 13,8% pour KLM.

Toujours au deuxième trimestre, le chiffre d’affaires de l’activité Passage réseaux s’est élevé à 4940 millions d’euros, en baisse de -5,8% et en recul de 4,3% à données comparables. La grève des pilotes « a impacté négativement le résultat d’exploitation pour un montant estimé de 40 millions d’euros ». Le résultat d’exploitation de l’activité Passage réseaux s’élève à 337 millions d’euros, contre 210 millions d’euros durant le second trimestre 2015 ; à données comparables, le résultat d’exploitation était en hausse de 156 millions d’euros.

On relèvera enfin que la dette nette s’est élevée à 4,0 milliards d’euros au 30 juin 2016, contre 4,3 milliards d’euros au 31 décembre 2015, soit une amélioration de 265 millions d’euros. Les devises ont eu un impact négatif significatif de 142 millions d’euros sur la dette nette.

 Perspectives 

Selon le communiqué d’Air France-KLM, le contexte mondial en 2016 reste fortement incertain au regard de l’environnement géopolitique et économique dans lequel nous opérons, du prix du carburant, de la poursuite de la situation de surcapacité sur différents marchés, entraînant une pression accrue sur les recettes unitaires avec une préoccupation particulière sur la destination France. Dans ces conditions, le groupe prévoit pour 2016 un objectif de cash flow libre d’exploitation après cessions restant compris entre 0,6 milliard d’euros et 1,0 milliard d’euros. Le plan 2016 d’investissement (entre 1,8 milliard d’euros et 2,0 milliards d’euros, y compris rachats d’appareils en location opérationnelle) et le programme de cessions (entre 0,3 milliard d’euros et 0,6 milliard d’euros) seront ajustés en fonction de la génération de cash flow d’exploitation. Les économies attendues sur la facture carburant devraient être plus que compensées dans les trimestres à venir par une pression à la baisse sur les recettes unitaires et un effet de change négatif. L’objectif de réduction des coûts unitaires reste autour de 1% en 2016 à carburant et change constants. Enfin le groupe va poursuivre une réduction significative de la dette nette.

http://www.air-journal.fr/2016-07-27-air-france-klm-chute-du-chiffre-daffaires-au-1er-semestre-mais-5166790.html

Commentaire(s)

  1. Alain

    Allez,une petite grève et lé dépôt de bilan est annoncé!!!

  2. Oui oui, dépôt de bilan, Air France rachetée par Etihad, Elvis Presley comme ambassadeur, des Bordeaux-Tokyo en A380, etc…

  3. Jimmycdg

    Vous avez rien compris à l’article. Ya rien d’alarmant du tout!

  4. un plus de 3000 h de vol - 27 juillet 2016 à 12 h 50 min
    un plus de 3000 h de vol

    Un résultat de 220 Millions d’euros sur le premier semestre principalement lié à une diminution de 30% de la facture carburant ne doit pas masquer la diminution de 3% de la recette unitaire …et la baisse du chiffre d’affaires …L’avenir et la pérennité d’ Air France/KLM passe par la poursuite de la mutation d’une société ayant trop longtemps vécue sur son statut de compagnie nationale ( ..personne n’oublie les recapitalisations à coup de milliards pour éponger des pertes ..)vers une entreprise s’adaptant à la mondialisation et à la concurrence …
    Il reste de réelle marge de progrès dans la relation client et le dialogue entre les syndicats et la Direction …chacun restant à sa place …
    Bonne chance et longue vie a groupe Air France/KLM , HOP , TRANSAVIA et filiales ….que je continue à utiliser autant que faire se peut …quand les avions volent!

  5. Titre alarmiste…mais informations positives car meme si le Chiffre d’affaire est en baisse (incomes=les sous sous que tu gagnes), les benefices brut (EBITDA) sont améliorées, sachant que les %d’intérêt n’ont pas changé d’un exercice sur l’autre, les taxes idem, dépréciation et amortisation constantes (voir amélioré car de mémoire AFKLM à revendu des assets entre les 2 exercices tel que Servair) d’un exercice sur l’autre ca nous donne= des bénéfices (les sousoous dans la popoche) en amélioration (pouvant servir à réduire la dettes, ou à l’investissement, l’euros étant à la basse je penche qu’il serait préférable d’investir que de racheter de la dette avec un euros en (légère) faiblesse, après ce n’est que mon avis.

  6. Pet

    Meilleure profitabilité. Demeurent plusieurs points dont la recette unitaire à fixer.
    Bon Ebitda.

  7. On a connu pire comme résultats!!!! - 27 juillet 2016 à 14 h 18 min
    On a connu pire comme résultats!!!!

    Ce semestre n’est somme toute pas si mauvais, même si ce n’est pas « tout bon sur toute la ligne »!
    Il vaut mieux gagner plus de sous avec un CA plus faible que d’augmenter le CA…et les pertes!

    Coté recette unitaire ça baisse encore, mais la position d’AFKLM est plutôt bonne: -3% au semestre ( et -1,5% seulement pour le second trimestre!): AFKLM semble là avoir tiré en partie son épingle du jeu quand on voit les taux de baisse annoncés par d’autres ( souvent de 8à11%) comme Easy, LH,BA..sans évoquer les majors américaines ou JAL…

    L’environnement socio-politico-economique n’est pas si propice aux voyages..et tout particulièrement vers la France ( -28% du nombre de touristes japonais entrés en France entre le 01/01 et le 30/06…exemple parmi d’autres…Pas porteur pour le business donc…Au niveau des résultats pour tout 2016 c’est pas encore gagné: va falloir continuer à jouer serré!!!

  8. Pas de soucis pour Af avec les rentes de situations que sont les DOMTOM et les lignes intérieures qui sont un fond de trésorerie performant et subventionnées par l’Europe!

  9. Vincent 69

    Quand le nombrilisme aveugle de syndicats d’un autre âge mène tout droit à la catastrophe !

    Et plus haut, faites-moi grâce de l’EBITDA, regardez l’endettement global (11 milliards) et les capitaux propres.

    AIR FRANCE est une compagnie en réanimation, sur laquelle les syndicats continuent de mitrailler.

    • Pet

      Grâce?
      L’Ebitda s’est nettement amélioré malgré l’environnement éco etc etc.
      AFKL va mieux.
      Les volumes vous effraient mais sont en regard de la taille de l’entreprise. Il n’y a pas de raison de s’en alarmer ou vider le verre..

  10. julien787

    En tant qu’agent de cette société, et malgré les remarques peut être acerbes qui me seront adressé, je remercie « un peu plus de 3000h heure de vol » et ceux qui malgré les aléas nous disent qu’ils ne sont pas si insatisfait que ça de nos prestations en général.

    Ce que je déplore un peu dans notre groupe, c’est la versatilité du service au client. un Coup c’est excellent, un autre, parfois une catastrophe

    Il est plus que fréquent de lire sur des sites comme flight report ou autres des écarts importants (le mot est faible parfois) dans le traitement passager, selon le vol et le traitement rencontré, aussi bien dans l’assistance en escale que sur le déroulement du vol.

    je ne sais si cela est du a des problèmes propres de management, de personnes, de culture ou autres, mais sûrement dans la plupart des cas à tous ces éléments combinés. Mais bon.

    Reste que ce genre d’article est toujours intéressant car si au début c’est un charabia indescriptible, on commence à y voir un peu plus clair à la faveur des explications fournies et des lectures successives.

    Je pense qu’expliquer tous ces chiffres aux gens sur le terrain permettrait peut être de les remotiver en les associant un peu plus à ce qu’il considère être souvent du seul mérite des cadres et instances dirigeantes, sans y être associé.

    Il y a un véritable problème de communication interne dans cette boîte, cette politique de com révèle parfois plus souvent du crétacé qu’autre chose.

  11. En imaginant un prix du pétrole normale , les résultats seraient beaucoup moins bon,; avec une grève en plus ce sera une grosse perte au S2

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum