Résultats Air France-KLM : mieux maintenant, pire à venir ?

air-journal_Air France KLM bis

Le groupe aérien Air France-KLM a publié hier des résultats financiers semestriels plutôt bons, avec un chiffre d’affaires en baisse mais un bénéfice opérationnel en hausse, la nette baisse de la recette unitaire dans un contexte de terrorisme en Europe et de surcapacités ne le laisse guère optimiste pour les mois à venir.

Perte nette passée de 638 millions d’euros au premier semestre 2015 à 114 millions d’euros, résultat d’exploitation à 218 millions d’euros contre -238 millions d’euros à la même période l’année dernière (et même amélioration de 580 millions à données comparables, le tout sur un chiffre d’affaires en baisse de -2,6% : le groupe franco-néerlandais a présenté le 27 juillet 2016 un bilan plutôt bon des six premiers mois de l’année. Mais Air France-KLM note aussi un « contexte mondial en 2016 restant fortement incertain au regard de l’environnement géopolitique et économique (…), du prix du carburant, de la poursuite de la situation de surcapacité sur différents marchés, entraînant une pression accrue sur les recettes unitaires », et souligne une « préoccupation particulière sur la destination France ».

Le deuxième trimestre était déjà moins bon que le premier, avec un chiffre d’affaires en baisse de 5,2% (-3,7% à données comparables), même si le résultat d’exploitation a progressé de 138 millions d’euros à 317 millions. Pour le groupe, l’attentat contre l’aéroport de Bruxelles fin mars et les surcapacités sont les principales raisons de la baisse de la recette unitaire (-5,6% au deuxième trimestre) : le directeur financier Pierre-François Riolacci note aussi la désaffection de la clientèle asiatique en général, en particulier celle des Japonais depuis l’attentat de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, puis celle des Chinois ces trois derniers mois (-50% sur les réservations de groupe). Si toute l’Europe est touchée, c’est particulièrement vrai pour la France, ajoute le dirigeant.

De plus, si les coûts unitaires d’Air France-KLM ont baissé de -1,5% hors change et fuel (-2,7% pour le seul personnel avec 2000 EQP supprimés), « en avance sur l’objectif de -1,2% » selon M. Riolacci, et que le groupe continue de profiter des prix bas du carburant, les économies sur ce dernier poste ne sont conservées qu’à hauteur de 15% au deuxième trimestre (55% au premier) : le reste a disparu dans les pressions sur le prix du billet d’avion et les effets négatifs du change. Ces mêmes facteurs devraient au deuxième semestre « plus que compenser » les économies faites sur le carburant, alors que jusque là les prévisions n’étaient que « compenser ».

L’avenir immédiat semble donc un peu plus sombre pour le groupe de l’alliance SkyTeam : les coefficients de réservation en juillet et aout déjà sont inférieurs à ceux de l’année dernière, le premier mois étant en partie compensé par la baisse du prix des billets. Pierre-François Riolacci, qui estime à 10% la baisse des réservations vers la France, rappelle d’ailleurs dans La Tribune qu’il est « facile de remplir des avions en baissant les prix », mais que le but du jeu reste de « le faire en préservant la recette ». De plus, la grève de sept jours des PNC d’Air France qui a débuté hier devrait coûter au groupe « plusieurs dizaines de millions d’euros », plus que les 40 millions perdus pour cause de grève des pilotes.

Interrogé par Le Figaro, le nouveau PDG d’Air France-KLM Jean-Marc Janaillac est revenu sur cette grève de PNC, un mouvement « extrêmement regrettable et agressif ». Des adjectifs mérités par « le choix de cette période de l’année qui est très importante économiquement pour Air France et symboliquement pour les vacances en famille de nos clients », parce qu’il « n’y a pas d’urgence, l’accord collectif des PNC s’achevant le 31 octobre », et enfin par « la disproportion entre les conséquences économiques, financières et d’image pour Air France et le différend autour de la seule durée du texte proposé ». Le dirigeant, qui a pris son poste le 4 juillet, en profite pour présenter aux passagers « les excuses du Groupe, et les assurer de la totale mobilisation des équipes pour limiter les désagréments ». Mais il prévient que la grève aura « un coût financier très élevé », et compliquera donc « le travail qui reste à faire pour placer la compagnie dans un cycle de croissance rentable », d’autant que le second semestre 2016 « s’annonce incertain voire volatile ». Mais Jean-Marc Janaillac avoue aussi qu’il y a « clairement un manque de confiance », les syndicats prêtant selon lui à la direction « des arrière-pensées ». « Pour qu’il y ait dialogue, il faut une confiance réciproque. Je consacrerai toute mon énergie dans les semaines et mois qui viennent à rétablir cette confiance », conclut-il.

http://www.air-journal.fr/2016-07-28-resultats-air-france-klm-mieux-maintenant-pire-a-venir-5166826.html

Commentaire(s)

  1. Diraf85

    AF va moins mal: le résultat net est de – 114 000 000€ les capitaux propres se dégradent encore ( ils sont proche de 0). Six exercices de perte ont rendu le groupe AF-KLM très fragile. Attention, les concurrents européens américains et les autres se portent beaucoup mieux : ils peuvent absorber tout retournement négatif dans le transport aérien mondial.( géopolitique, remontée du prix du pétrole…..)

  2. ladouilleric

    Accepter de signer un accord collectif de 36 mois,au lieu d’en proposer 17,aurait facilement permis d’éviter cette grève et de renouer la confiance entre dirigeants et salariés PNC.

    • Ce que je ne comprends pas , c’est pourquoi, la Direction s’est accrochée à ces 17 mois plutôt que, comme pour les pilotes, accorder quelques mois de répit en raison de l’arrivée de la nouvelle équipe…Il doit y avoir une raison qui inquiète les syndicats PNC…

  3. Le transport aérien dans beaucoup de pays européen va mal. Surcapacités créées par des compagnies dont les résultats financiers n’ont qu’une importance moindre. AF souffrira par son terrorisme, souffrira par ses conflits internes, mais souffrira avant tout car elle est l’une des boites les plus taxees d’Europe et que lorsque l’on autorise certains transporteurs a operer sans restrictions et sans s’acquitter de leur du fiscal, ca ira forcement dans le mur. Quand on voit la difference de traitement des medecins qui se font reformes comme tout le monde au Royaume-Uni alors qu’en France c’est bonus sans malus, etudes gratuites, depassements d’honoraires et maintenant hausse de 10% des honoraires reglementes, on se demande comment cela se financera-t-il. L’état vit très largement au-dessus de son train de vie et le fait payer par les entreprises privees. Air France n’est pas un cas isole, le chomage ne fait qu’augmenter, les taxations sont parmi les plus elevees d’Europe, mais comme le cas des medecins le prouve, la gabegie continue.

  4. Da1

    AF va disparaître à moyen terme, c’est une certitude ! Qui l’ignore encore ? Il est impossible de réformer cette compagnie, et son image est désastreuse. Ils transféreront simplement la marque si elle intéresse quelqu’un… et les salariés seront remerciés.

    • Je parie un billet de 10 000 que à moyen terme (5 ans max ndlr) air FranceKLM ne disparaitra pas , des changements structurels certes mais pas de disparition. Pourquoi ? Car les lignes et le réseaux restes fort, que la France même si temporairement impacté par les islamiste reste une destination relativement sure (et le sera beaucoup plus une fois que nous aurons solutionné nos ennemis sur le territoire ndlr) et agréable pour le touriste, et que les réformes a venir se feront réduisant ainsi le cout de la masse salariale est augmentera la compétitivité et la profitabilité (qui s’est améliorée sur le dernier exercice

    • Pet

      Ha ha ha! Boule de cristal! Vous devriez voys recycler, ça laissera de la place aux autres.
      Si la difficulté devait impliquer la disparition, il n’y aurait pas bcp de sociétés qui resteraient sur le marché.

    • Air France ne disparaitra que si le pouvoir politique au service d’une oligarchie financière parasite le décide. Et ce n’est pas du tout à l’ordre du jour.

      L’image de cette compagnie dans le monde est excellente. Si vous voyagiez dans le monde réel, et pas seulement virtuellement sur des forums fréquentés par des beaufs franchouillards réactionnaires, vous le sauriez. Votre commentaire qui se veut prophétique est juste ridicule.

  5. Vincent 69

    « mieux maintenant, pire à venir ? »

    La réponse est dans la question.

  6. Profitons de l état d urgence pour se débarrasser des terroristes économique du snpl ,sud,cgt ,ect…
    Cela permettrait de sauver af

    • On devrait surtout en profiter pour se débarrasser des perroquets de la propagande des financiers parasites qui, sous prétexte de concurrence globalisée, rêvent de réduire les salariés européens à l’état de quasi-esclaves. Le terrorisme verbal de ces propagandistes, très actifs sur ce forum, n’impressionne que les sots.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum