KLM en biocarburant à Los Angeles

air-journal_KLM-biocarburant

La compagnie aérienne KLM Royal Dutch Airlines va pendant trois ans effectuer tous ses vols entre Los Angeles en Amsterdam avec des avions en partie alimentés par du biocarburant.

La compagnie nationale néerlandaise a annoncé le 8 septembre 2016 avoir signé un contrat de trois ans pour la fourniture de biocarburant à l’aéroport de Los Angeles. Durant cette période, les deux vols quotidiens en direction d’Amsterdam-Schiphol, opérés actuellement en Boeing 747-400, seront en partie alimentés par un mélange de kérosène conventionnel et de biocarburant produit par la raffinerie AltAir Fuels et fourni par SkyNRG. Fabriqué à base d’huile de cuisson usagée, ce « carburant vert » est injecté directement dans les citernes de l’aéroport, et donc disponible via les pompes ordinaires et non en camion citerne, entrainant une diminution « significative » des coûts associés.

Le PDG de KLM Pieter Elbers rappelle dans son communiqué que « le carburant durable est actuellement l’une des meilleures façons de réduire les émissions de CO2 dans le transport aérien. Et grâce en partie aux entreprises impliquées dans le programme KLM Corporate BioFuel, nous avons pu entamer cette démarche et donner une impulsion supplémentaire à la production régulière de biocarburant ». Ce programme, dans lequel sont associés entre autres l’aéroport d’Amsterdam, ABN AMRO, Accenture ou CBRE Global Investors, voit les participants financer la différence de prix entre les deux types de carburant, de façon à financer la recherche et à ce que l’utilisation du fuel vert soit « indolore » pour les compagnies aériennes – et donc pour les passagers. La compagnie sœur d’Air France a pour ambition de réduire d’ici 2020 ses émissions de CO2 par passager de 20% par rapport à 2011 ; elle avait effectué son premier « vol vert » en septembre 2011 vers Paris.

L’aéroport d’Oslo-Gardemoen avait été le premier au monde à insérer du biocarburant dans la chaine standard de fourniture de carburant, KLM y annonçant un contrat similaire à celui de Los Angeles en janvier dernier.

air-journal_klm-biocarburant-e190

http://www.air-journal.fr/2016-09-09-klm-en-biocarburant-a-los-angeles-5169107.html

Commentaire(s)

  1. un plus de 3000 h de vol - 9 septembre 2016 à 10 h 51 min
    un plus de 3000 h de vol

    Qui peut nous préciser quel pourcentage de Biocarburant est ajouté dans le kérosene traditionnel pour ces vols
    Merci

  2. Puisque on teste le bio carburant sur un quadri-réacteurs, ils pourraient le mettre à 100 % sur l’un ou deux des moteurs pour évaluer la performance de ce type d’énergie écologique et sa fiabilité. Ou bien s’il en est autrement qu’on m’explique pourquoi a-t-on besoin de le mélanger avec le kérosène ?.

    • un plus de 3000 h de vol - 9 septembre 2016 à 12 h 01 min
      un plus de 3000 h de vol

      J’ai la même interrogation que vous Malick…
      Le Biocarburant peut il être utilisé à 100% de substitution , sans risque ? (Fluidité , Gel à haute altitude ( -50°C) , corrosion , compatibilité avec les systèmes de pompage et transfert ..etc Etc .;

      • Tant que le « mélange » est inférieur à 10%, pas de risque de corrosion ni de problèmes constatés avec les systèmes de transfert de carburant. Pas d’avantage concernant la fluidité et d’éventuels problèmes de gel non plus, l’antigel intégré au Kérosène rempli parfaitement son rôle.
        En revanche, avec un mélange supérieur à 10%, le rendement moteur semblerait perdre en efficacité et la consommation s’en ressentirait..
        Nous n’en sommes vraiment qu’aux phases de test actuellement et il semblerait que les Compagnies soient plus enclin à expérimenter elles-mêmes différentes solutions « bio » que les motoristes à ce jour.

  3. Biocarburant, biocarburant, c’est bio peut être, mais ça pollue tout autant.
    Faut arrêter de vouloir tout repeindre en vert avec des coup marketing aussi gros.

    J’aimerais mieux que les compagnies poussent les constructeurs à innover un peu et trouver des VRAIES solutions.
    L’hybridation pour la phase de décollage par exemple. Une voilure variable pour diminuer le vitesse de décollage, une catapulte eletromagnétique au sol….etc
    Bref de vrai truc qui permettrait de se passer de ses coup de pub a 2 francs ou on pollue soit disant bio

    • bof! pour 2% des émissions de CO² la marge de manœuvre est faible et le coup de vos idées serai prohibitif. Mettez vous au vélo et ça ça changera le monde !

      • Je fais du vélo aussi. 2% d’un chiffre énorme voir colossal, c’est pas rien. Et je suis convaincu que l’innovation c’est bon pour tout le monde. Je ne suis pas un écolo pour tout vous dire, je suis un technophile. La conquête spatial a coûté un bras, mais vu le nombre innovations faite grâce a cela, finalement on y a tous gagné. Et ce que je regrette, c’est que les compagnies et constructeurs ne fasse preuve que d’une communication marketing éculé pour faire avancer les choses. Et ce genre de marketing n’apporte rien, sauf a satisfaire l’égo d’un groupe. Il est temps de dénoncé ça.

  4. Gwhert

    Je suis d’accord avec Forza,
    En étant fait mon travail de recherche sur ce sujet et selon mes connaissances, il est très difficile d’estimer l’impact des biocarburants dans l’environnement. En effet, pour faire un simple résumé, les plantes capturent le CO2 pour produire de l’oxygène. Ensuite, les biocarburants fabriqués à partir de ces mêmes végétaux vont libérer le CO2 stocké, donc le bilan carbone est neutre. Mais le problème réside que le cycle que je viens de décrire n’est pas aussi simple que cela, l’environment est un système complexe où plusieurs facteurs peuvent interagir. Pour conclure, les scientifiques eux-même sont sceptiques à l’utilisation de ce type de biocarburants, ils sont actuellement sur l’étude d’une espèce d’algue qui serait plus efficace.

    • De toute façon, tout se qu’on brûle, consume ou fusionne, c’est pas bio, et ça le sera jamais.
      Donc il faut essayer de minimiser au maximum et travailler au rendement optimum des technologie, voir inventer des nouveaux concepts. Je ne dis pas d’arreter les avions, j’adore ça, je dis d’en faire des nouveaux, de casser les codes et de révolutionner, vraiment, cette industrie.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum