Radicalisation : Air France aurait subi des tentatives de sabotage

@DICOM

@DICOM

La compagnie aérienne Air France doit lutter contre une vague montante d’incidents liés à l’islamisme radical de certains de ses employés, allant de simples tags à des tentatives de sabotage.

Si le problème de la radicalisation n’est pas nouveau au sein de la compagnie nationale française ou dans sa base à l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle, Le Canard Enchainé a publié le 5 octobre 2016 des informations pour le moins inquiétantes. Citant un fonctionnaire du renseignement, l’hebdomadaire raconte que plusieurs « anomalies » ont été constatées avant le départ de vols commerciaux, et « s’apparentent à des tentatives de sabotage » : en particulier une panne récurrente sur des « moteurs relais », qui permettent au pilote de contrôler le réacteur depuis le cockpit, a été repérée lors de la check-list. Les services de renseignements sont rapidement remontés jusqu’à un suspect, un Français converti employé d’Air France qui « a pris la poudre d’escampette dès qu’il s’est senti surveillé » et serait au Yémen, tandis que sa femme continuerait de diriger une école coranique près d’Orly. Deux de ses amis également employés par Air France étaient soupçonnés d’avoir trafiqué en atelier de maintenance des toboggans d’évacuation, qui n’ont jamais été installés ; ils ont été mutés, même si aucune preuve n’a été trouvée. Un agent de piste aurait d’autre part refusé en aout de guider un avion qui venait d’atterrir car le commandant de bord était une femme.

La compagnie aérienne a également porté plainte selon Le Canard Enchainé pour des inscriptions « Allah Akbar » taguées sur des trappes de remplissage de kérosène, repérées sur une quarantaine d’avions. Parmi les autres incidents moins graves, on trouve une « attaque informatique » dont a été victime Air France à Noël, les annonces de sécurité sur un vol entre Paris et Amsterdam ayant été programmées pour être prononcées en arabe (en interne les soupçons portent sur une personne chargée du nettoyage), la disparition d’Israël sur les cartes du système de divertissement, ou le remplacement du Maroc par la mention « Khalifa » (l’enquête a remonté jusqu’à un employé d’une société prestataire en charge de la programmation des écrans) ; à chaque fois, Air France avait parlé de bug informatique.

Le fonctionnaire précise qu’une « dizaine de personnes sont sous surveillance » dans le groupe, parmi les milliers d’agents et de sous-traitants travaillant sur les aéroports français qui sont dans le viseur des services de renseignement. Il ajoute que certains salariés, musulmans salafistes et comptant dans leurs familles plusieurs radicaux, ont d’ores et déjà été licenciés ou « déplacés à des postes peu exposés ». La direction d’Air France assure travailler en étroite collaboration avec les autorités, et promet que le personnel et les clients « sont en sécurité absolue ». A l’aéroport de Roissy, la préfecture a retiré ces derniers mois 73 badges d’accès pour des motifs de sécurité, sur les 86.000 badges passés au crible depuis l’année dernière.

http://www.air-journal.fr/2016-10-06-radicalisation-air-france-aurait-subi-des-tentatives-de-sabotage-5170593.html

Commentaire(s)

  1. Ça va très mal finir.
    Et « on » ne pourra pas dire que l’on ne savait pas..

  2. Publié le 6 octobre 2016

    une dizaine de salarié sur des milliers c’est peu mais malgré tout cela fait carrément flipper…

  3. Le recours à la sous traitance optimise certainement les coûts mais permet plus difficilement un contrôle de toute la chaîne …

  4. Pet
    Publié le 6 octobre 2016

    Et peut être supposer que la cie, comme tte entreprise a des employés responsables et professionnels qui vont oeuvrer à écarter le risque et les collègues qui le représentent?
    Non, tout ne va pas nécessairement mal finir.
    On peut ne pas baisser les bras.

  5. Je me rappelle avoir lu y’a plusieurs années un livre de Philippe De Villiers qui parlaient de la montée du salarié me a Roissy. A l’époque tout le monde le critiquait.
    Maintenant cela devient une réalité.
    Comme le dit l’article les Syndicats sont en partie noyauté par ses intégristes religieux. Le ver est dans le fruit. Il va falloir un remède radical. Mais voilà sûrement une grève en perspective de certains syndicats.

    Je crains que le moindre accident grave lié à des islamistes pour af soit la fin pour d’af.

    Af adp êt l’état doivent réagir.
    Il faut licencier l’intégralité des radicalises présent sur les plateforme aéroportuaires ou travaillant sur les aéronefs.

    Quid des compagnies des pays du golf ?

  6. PET : on vois que tu a les yeux bien ouvert ,dans toutes les boites , c’est chacun pour soit.

  7. Moi ce qui m’interpelle c’est pourquoi le canard enchaîné sort ça maintenant alors que chez AF on est au courant de tout ce cirque depuis longtemps. Les QDP ( questions délégués personnel ) abordant le sujet abondent depuis des années.

  8. Tous les gouvernements successifs ont voulu acheter la paix sociale. On en voit aujourd’hui le résultat! Toutes ces discriminations dites positives n’ont que l’effet inverse comme conséquence. Encore plus de fracture sociétale, de communautarisme, de revendications… Ils se refilent tous la patate chaude, et en attendant, des armes fleurissent dans tous les quartiers, des mosquées prosélytes poussent comme des champignons en automne et des milliards d’aides sont versées pour étouffer le feu qui couve, sans parler des milliards qui s’expatrient chaque année… Il faudra bien, un jour, faire les comptes!

  9. Publié le 6 octobre 2016

    Et avec tout cela plus personne ne pose la moindre question sur ce qui est survenu au vol Egyptair parti de CDG ( tiens donc ! ) et « crasché » au dessus de la Méditerranée en mai dernier et alors même que l’on a retrouvé les boites noires en juin ? Ah mais c’est vrai, admettre que ce fut un acte terroriste serait désastreux pour les activités des aéroport nationaux, pour le tourisme, pour l’activité aérienne… Donc on se contentera de la thèse de la fumée à bord. Pourquoi ? comment ? Qui ?… Oubliez les questions. Il faut absolument continuer à maintenir le « vivre ensemble », « l’identité heureuse », les frontières grandes ouvertes… Le réveil va être brutal.

  10. On est en etat d’urgence parait il … Et 10 radicalises travaillent encore chez Air France. Faut il qu’un avion explose en vol pour faire le menage et proteger les innocents ?

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum