British Airways reliera Londres à Fort Lauderdale

air-journal_British Airways 777-200ER

La compagnie aérienne British Airways inaugurera l’été prochain une nouvelle liaison entre Londres et Fort Lauderdale, sa troisième entre l’aéroport Gatwick et la Floride.

A partir du 6 juillet 2017, la compagnie nationale britannique proposera quatre vols par semaine entre sa base à Londres-Gatwick et l’aéroport de Fort Lauderdale-Hollywood, opérés en Boeing 777-200ER pouvant accueillir 40 ou 48 passagers en classe Affaires, 24 en Premium et 219 ou 203 en Economie. Les départs sont programmés mardi, jeudi, samedi et dimanche à 9h25 pour arriver à 13h45, les vols retour quittant les Etats-Unis à 17h00 pour atterrir le lendemain à 6h30 ; à partir du 11 septembre et pou le reste de l’année, les vols seront opérés lundi, jeudi et samedi. British Airways sera en concurrence directe avec la low cost Norwegian Air Shuttle sur cette route ; rappelons qu’elle dessert aussi l’aéroport voisin de Miami depuis Heathrow, face cette fois à American Airlines et Virgin Atlantic.

La compagnie de l’alliance Oneworld dessert déjà au départ de Gatwick les aéroports d’Orlando et Tampa en Floride, ainsi que New York-JFK et de nombreuses destinations aux Caraïbes et en Amérique centrale. Le directeur commercial de British Airways à Gatwick Eric Lacy explique dans un communiqué qu’elle desservira alors quatre destinations en Floride, « plus que toute autre compagnie au départ de Londres », ajoutant que plus de 2,8 millions de visiteurs internationaux se rendent à Fort Lauderdale chaque année : « nous sommes confiants que cette route rencontrera un franc succès auprès des clients de British Airways, particulièrement avec des prix aller-simple à partir de 189 livres incluant une franchise généreuse pour le bagage en soute et des repas, boissons et divertissements gratuits ».

Rappelons que British Airways lancera le mois prochain à Gatwick une autre nouvelle liaison, vers Le Cap en Afrique du Sud. A Heathrow, ses prochaines nouveautés incluent La Nouvelle Orléans en mars 2017, Santiago du Chili le 3 janvier prochain et Innsbruck en Autriche dès le 4 décembre (elle y a aussi confirmé la suspension de Chengdu à la mi-janvier).

http://www.air-journal.fr/2016-10-28-british-airways-reliera-londres-a-fort-lauderdale-5171705.html

Commentaire(s)

  1. BA semble terrifiée par Norwegian, alors elle lance des nouvelles lignes vers les USA chaque semaine ou presque. La concurrence va s’intensifier quand Norwegian réceptionnera une dizaine de 789 l’année prochaine et déploiera ses 738 au départ de l’Irlande vers les États-Unis.

    Pas certain que IAG reste neutre face à cette compétition…peut-être qu’un hard Brexit sera sa bouée de sauvetage face à Norwegian.

    • Donc en gros:

      Donc en gros, quand une compagnie ouvre beaucoup de lignes, c’est qu’ elle est  » terrifiée » par Norvegian….et si elle n’en ouvre pas, c’est qu’elle est « tétanisée » : c’est ca?????
      Pas simple, pas simple!!!!!

      • BA n’a quasiment pas ouvert de nouvelles routes aux USA depuis plusieurs années, excepté Austin. Mais il est vrai que BA a indiqué vouloir « prioriser » les USA. Donc l’ouverture n’est pas surprenante. Ce qui est surprenant, ce sont les choix comme FLL au départ de Gatwick…comme par hasard Norwegian y est présent. BA a tout intérêt à occuper au maximum cet axe avant Norwegian. Donc, oui, elle est terrifiée à l’idée de perdre des parts de marché au USA car c’est là où elle réalise une partie très importante de son chiffre d’affaires. Mais chacun peut avoir un avis différent, c’est aussi simple que ça !

        • BA à LGW

          BA a, depuis la reprise de B. Caledonian dans les années 1990+, toujours maintenu une base à LGW…d’ailleurs pendant des années cela a été une obligation contractuelle pour elle, puisque cela faisait parti intégrante de l’autorisation de rachat…De plus, à LGW se sont rajoutés tous les slots/Gatwick que détenait la compagnie charter DAN-Air…que BA a aussi racheté dans les années ’90…donc BA a aujourd’hui beaucoup de créneaux à elle sur cet aéroport…et regardez comme cela tombe bien: LHR est saturé et il n’y a plus de créneaux dispo…de plus c’est de + en + problématique pour BA d’être autorisée à en acheter davantage pour des questions de régulation de concurrence à LHR…donc BA a un grand besoin de ses créneaux à LGW….qui est aussi un aéroport saturé et la grande présence de BA y réduit d’autant les possibilités d’expansion ou d’arrivée des autres compagnies…donc réduit d’autant la concurrence potentielle…
          Cependant, BA n’a guère pas de possibilités de correspondance en masse à LGW faute d’y avoir conservé/développé un secteur LGW-Europe important…aussi BA est mal placée pour faire de LGW un hub avec fort trafic affaire. En conséquence, elle a choisi fort judicieusement de privilégier LHR pour les lignes/fréquences les plus porteuses de correspondances et haute-contribution, et de privilégier Gatwick pour les liaisons plus touristiques ou moins concurrentielles 5 San Diego, FLL…et autres….) pour lesquelles les clients acceptent des transferts moins faciles, faute d’autre possibilité, et pour lesquelles une immense partie du marché se situe dans ‘ le très grand Londres »…à cet égard, gardez aussi en mémoire que tout le sud de Londres( Surrey, Sussex,West Sussex…) est plutôt une région aux catégories sociales SP+++ grosses consommatrices de voyages loisir long courrier…
          Donc, plein d’arguments divers qui expliquent que le choix des lignes de BA à Gatwick n’est pas anodin ni ridicule…même si une partie du programme est surement aussi sous contrainte pour BA qui ne fait pas à 100% toujours strictement ce qu’elle veut…comme toutes les autres compagnies du monde d’ailleurs!!

  2. pilote

    BA et les autres so called « major » n ont aucune chance face à Norwegian. BA a peut être réussi a casser les prix face à des compétiteurs de faible envergure mais n arrivera pas face à la machine Norwegian. Avions neufs, structure moderne, coûts opérationnels réduit et marketing au top. Devoir s adapter à ce qui devient le low cost long haul passe par une flexibilité des ressources humaines qu’elle n’est pas en mesure de fournir juste parce que son personnel expérimenté et généreusement rémunéré n’acceptera pas (à juste de titre) de faire des concessions. Ceci s’applique à Air France, Lufthansa, Alitalia,… Take it or leave it.

    • Analyse pertinente sur la combativité de Norwegian, en revanche BA a par rapport à d’autres major un avantage notable: un stock de slots immense dans des aéroports saturés. Norwegian aura des difficultés à proposer de nombreux horaires intéressants dans des aéroports intéressants en GB.

      • Pet

        La combativité dont manquaient les majors est d’actualité.
        LH montre l’exemple, et BA « terrorisée » saura répondre à Norwegian. Aucun doute là dessus.
        AF a toujours habilement manoeuvré pour étouffer toute velléité de concurrence qd ses marchés étaient visés. Pas d’inquiétude non plus de ce côté.
        Norwegian se développera mais loin du Take It or Leave it prôné par Pilote.

  3. C’est le consommateur qui choisira ou pas du succès de Norwegian sur le LH

  4. Le Royaume Uni est le marché européen le plus concurrencé, tant par les MEB3 que les low cost et toutes les majors du monde, et pourtant BA est en pleine santé économique. Peut-être parce que la compagnie a très rapidement pris la balle au bon, et a développé une activité leisure au départ de sa base de LGW (et petit à petit LHR & LCY également), afin de rester active sur tous les segments de marchés, sans pour autant dévalorisé sa qualité de service par des tarifs au plancher.

    Du coup, le marché a été stimulé, et non sclérosé (comme on peut le voir dans certains pays dont les compagnies nationales tentent pas tous les moyens de bloquer ce processus inéluctable), et au final, tout le monde en profite.

    Les low-cost peuvent parfois se révéler d’excellents cobayes pour défricher un marché, qui sera repris par une major locale une fois celui-ci arrivé à maturité, et ce avec pratiquement zéro risque.

    Que BA décide de voler à FLL n’est pas du tout une surprise, la taille de marché UK-Floride est gigantesque, et la marque tellement connue des 2 côtés de l’Atlantique que la compagnie n’aura aucune peine a remplir ses vols, prendre des parts de marchés, et ainsi, à affaiblir Norwegian.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter