Emirates Airlines lance le vol le plus court en A380

aj_emirates a380 2

La compagnie aérienne Emirates Airlines déploiera cet hiver un Airbus A380 une fois par jour entre les aéroports de Dubaï et Doha, un trajet de 379 kilomètres effectué en 50 minutes.

A partir du 1er décembre 2016, la compagnie des Emirats Arabes Unis opèrera une de ses neuf rotations quotidiennes entre sa base à Dubaï et l’aéroport de Doha-Hamad International en Airbus A380, configuré pour accueillir 14 passagers en Première, 76 en classe Affaires et 429 en Economie. Le vol EK841 décolle à 7h45 pour arriver à 8h05, et repart du Qatar à 9h50 pour se poser à 12h00. Selon le communiqué d’Emirates Airlines, ces horaires permettent aux « voyageurs d’affaires comme de loisirs des correspondances fluides de moins de quatre heures vers certaines des destinations les plus populaires bénéficiant de l’A380, parmi lesquelles New York, Londres, Francfort, Manchester, Düsseldorf, Milan, Paris, Rome ou Amsterdam » – le tout au départ de Doha, base de Qatar Airways qui est sa concurrente entre leurs bases respectives tout comme la low cost Flydubai (ces deux-là desservent les deux aéroports de Dubaï).

L’A380 d’Emirates Airlines remplace un Boeing 777-300ER sur cette rotation, appareil opéré début décembre sur la majorité des huit autres vols aux côtés de 777-300 ou 777-200LR. La compagnie a « récemment » ajouté deux vols par jour entre Dubaï et Doha, qui devient la destination la plus fréquemment desservie de son réseau et sera la 45e de ses A380. Cette augmentation de capacité, « en particulier dans les classes supérieures », va permettre à Emirates Airlines « d’aider au renforcement des liens commerciaux entre les Emirats Arabes Unis et le Qatar, qui est son 5e plus important partenaire économique ». La demande est en hausse constante entre les deux hubs, avec plus de 700.000 passagers enregistrés depuis le début de l’année, et la compagnie rappelle les deux évènements majeurs qui se profilent dans la région – Exposition Universelle dans les EAU en 2020, et Coupe du Monde de football au Qatar en 2022.

Emirates Airlines a mis en service 85 des 142 A380 commandés.

 

http://www.air-journal.fr/2016-10-31-emirates-airlines-lance-le-vol-le-plus-court-en-a380-5171869.html

Commentaire(s)

  1. Personnellement, j’ai toujours pensé que le 380 trouvait également sa pertinence sur des vols à courtes distancrs entre deux centres financiers à flux très importants, tels que Tokyo/Osaka, Tapei/Hong-Kong, Hong-Kong/Singapour, Pekin/Sangai, Dehli/Mumbai, etc..
    Chez Emirates, ils faisaient déjà la relation en triple 7-300 avec un très bon taux de remplissage.

    • Les japonais le faisaient déjà cela sur des distances plus courtes et avec des 747 de plus de passagers que la config du A380 ci-dessus même entre les villes reliée a leur reseau LGV.

      Concernant l’acces a Doha il y aura besoin de transport de masse pour la coupe du monde il en faudrait peut etre deux autres dessertes en A380 de Ryad et Abu Dhabi quoique de l’émirat d’Abu Dhabi et Bahrein un simple fast ferry sufirait.

    • Doudou

      Oui, mais en général, les appareils qui effectuent ce type de vol vieillissent très mal. En effet, sur un appareil « wide body », les déformations de là carlingues sont plus importantes que sur un 320/737 à cause des changements de pression, du coup ce sont des appareils qui nécessitent en général plus de maintenance.

  2. DAVID

    « Personnellement, j’ai toujours pensé que le 380 trouvait également sa pertinence sur des vols à courtes distances ». Bah oui, normal vu que c’est l’A380, toutes les absurdités paraissent tout d’un coup pertinentes, voire géniales. Je mets au défi toute compagnie explotant l’A380, à part Emirates de faire la même chose.
    D’une façon générale, vous êtes toujours dans un deni réalité. L’A380 n’a pas d’avenir, comme l’a été l’A340, quelques années après sa mise en service. Oui, c’est un avion confortable, silencieux et tout ce que vous voulez mais la vérité, c’est que c’est un type d’avion qui a paradoxalement fait son temps. Certains se réjouissent de l’échec du 747-8, mais refusent de voir l’A380 et le 747-8 sont dans le bateau, l’échec de l’un signifiant de l’autre. Et ça même Airbus le sait. Demandez et l’on vous dira.

  3. Billabong

    Un train peut être, garantie d’un développement pérenne ?
    C’est moins cliquant qu’un380, moins polluant..moins m’as tu vu..
    Et montrerait l’ambition du personnel local.

    Manifestement, il y a peu de tout cela.

    • Entre Dubaï et Doha, il y a la mer.
      Alors soit ils devront construire un tunnel sous la mer, ce qui est très coûteux, soit le train devra passer par tout le littoral des Emirats, par l’Arabie Saoudite et une bonne partie du littoral du Qatar, ce qui est très long (environ 2 fois la distance à vol d’oiseau), et très cher.

      Manifestement… il faudrait réfléchir avant d’écrire.

      • C’est vrai qu’un ligne ferroviaire à grande vitesse d’une longueur de 750 km, ça ne s’est jamais fait nulle part. C’est un peu comme si on décidait de relier Tôkyô à Okayama en Shinkansen, ou encore Paris à Marseille en TGV… Totalement irréaliste !

        En effet, il faudrait réfléchir avant d’écrire.

    • C’est en projet : une LGV Koweit-Doha-AbuDhabi-Dubai-Mascat + LGV Ryad-Doha
      Mais vue les degringolades des prix des fossiles ça s’eloigne de plus en plus, son estimation porte sur 80 MM$ avec frais d’entretiens speciaux contre l’ensablement des rails.

  4. C’est le rôle qu’avait le 747-400D – pas une révolution, donc.

  5. J’aurais trouvé cette décision ridicule. Mais après avoir pris plusieurs fois EK sur l’axe DOH/DXB, les 777 étaient, à chaque fois, à ma grande surprise plein à craquer. C’est limite si la durée d’embarquement est plus longue que la durée totale du trajet.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum