Crash QZ8501 : les autorités singapouriennes avaient donné leur aval

air-journal_AirAsia A320-8000_Sharklet

Suite aux révélations des autorités indonésiennes révélant que le vol QZ8501 d’AirAsia n’avait pas les autorisations nécessaires pour emprunter le couloir aérien entre Surabaya et Singapour, l’Autorité de l’aviation civile de Singapour (CAAS) a fait savoir aujourd’hui  sur son site Internet  qu’elle avait donné, de son côté,  son approbation en vertu d’accord entre les deux pays.

En réponse aux interrogations des médias, la CCAS précise ce samedi avoir donné son autorisation à AirAsia pour un vol quotidien arrivant à Changi Airport de Singapour à 8h30 et repartant pour  Surabaya sur l’île Java à 14h10  pour la période du 26 octobre au 28 mars. AirAsia opérait ses droits de trafic quatre fois par semaine, les lundi, mercredi, vendredi et dimanche, mais ajoute la CCAS, « les compagnies aériennes peuvent ajuster leurs fréquences de vol au cours d’une saison en réponse à la demande du marché ou des besoins opérationnels ».

Cette réponse des autorités singapouriennes intervient après que le ministère indonésien des Transports a révélé que le vol QZ8501 n’avait pas l’autorisation d’emprunter le couloir qu’ont utilisé les deux pilotes entre Surabaya et Singapour. Singapour précise d’ailleurs que cette autorisation se doit d’être obtenue par la compagnie aérienne aux deux bouts de la ligne concernée auprès des autorités aériennes respectives.

Or, selon le côté indonésien, l’autorisation lui avait été accordée pour quatre vols par semaine, mais pas un dimanche, jour où le vol QZ8501 s’est écrasé. En raison de cette lacune, les autorités indonésiennes ont décidé de retirer la licence de vols sur ce couloir aérien entre Surabaya et Singapour, toutes les lignes de la filiale indonésienne d’AirAsia devant être passées au crible à partir de lundi prochain, avec la menace d’autres suspensions de lignes.

Sunu Widyatmoko, le responsable de la filiale indonésienne d’AirAsia s’est dit prêt à coopérer dans le cadre de cette enquête sans répondre plus en avant aux questions des journalistes.

162 personnes, ont trouvé la mort dans le crash, le dimanche 28 décembre 2014, de l’A320-200 d’AirAsia.

http://www.air-journal.fr/2015-01-03-crash-qz8501-les-autorites-singapouriennes-avaient-donnent-leur-aval-5132454.html

Commentaire(s)

  1. Vincent
    Publié le 3 janvier 2015

    Dans ce cas, pourquoi l’Indonésie a-t’elle validé le plan de vol et autorisé le décollage ?

    A quoi joue l’Indonésie ?

  2. LaDindonne
    Publié le 3 janvier 2015

    Attention à la petite erreur dans le titre.
    Cela étant, est-ce qu’avoir cet accord des deux côtés de la ligne aurait véritablement pu empêcher ce dramatique accident…?

  3. MAB
    Publié le 3 janvier 2015

    « 162 personnes ont trouvé la mort dans le crash »

    Espérons qu’il ait des survivants…

  4. Wallys
    Publié le 3 janvier 2015

    Attention corruption maximum en Indonésie, aucune parole officielle n’est fiable jusqu’au Chef de l’État, on les entends beaucoup moins lors des crashs (fréquents) des Lion Air, Garuda et « compagnies »…

  5. Michel Québec
    Publié le 3 janvier 2015

    Comment alors le vol QZ8501 a-t-il pu faire valider son plan de vol par les autorités aéroportuaires sans que la vérification soit faite au niveau des autorisations de vol ? Un vol non autorisé devrait voir son plan de vol refusé à l’aéroport de départ. L’autorité aéroportuaire de Surabaya n’a manifestement pas fait son travail ou bien encore cette histoire d’autorisation non autorisée c’est du bidon qu’on sort de nulle part pour mettre un grief sur Air Asia.

  6. rantanplan
    Publié le 3 janvier 2015

    D’après ce que j’ai compris, mais c’est assez flou, le couloir emprunté n’autorisait pas a ce moment là des remontées supérieures à 33 000 pieds environ suite à un trafic important au niveau supérieur. Le plan de vol, normalement, a été vérifié et approuvé: autrement, on ne décolle pas! Ce qui a pu se passer ensuite sera connu dans un 1er temps par le décryptage des boites, mais ce qui est sur, c’est que l’appareil a vrillé assez rapidement rappelant tristement le SWIFTAIR d’AH.

  7. Publié le 4 janvier 2015

    est-ce que vous connaissez un moyen de vérifier par soi-même si un vol est autorisé pour tel ou tel jour d’un point A à un point B? Je dois voyager dans 8 jours avec Airasia et suis surpris d’apprendre qu’il serait possible de voler sans autorisation… Vive l’Indonésie

  8. Dakota
    Publié le 4 janvier 2015

    Il semble évident, corruption à part, que cette histoire (soudaine) du vol non autorisé le dimanche est d’ordre politico-commercial (dirigée contre Tony Fernandes, peut-être). Mais nous-même ne parlons pas trop vite et sans connaître tous les éléments du dossier : Air Asia Indonesia est détenue à 51 % par des actionnaires indonésiens (et c’est d’ailleurs une évidence : c’était sans oute la condition pour que cette filiale de la malaisienne Air Asia soit reconnue en Indonésie où elle est en concurrence, en effet, avec Garuda et d’autres low cost). Mais quel rapport avec l’accident lui-même ?

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum