Syphax Airlines perd son A330 et sa place en bourse

La compagnie aérienne Syphax Airlines aurait résilié le contrat de leasing de son unique Airbus A330-200, tandis que la Bourse de Tunis annonçait le retrait de son titre pour le 21 janvier après deux mois de suspension.

Selon le site AeroTunisie, la fin du contrat de leasing de l’A330 annoncé par la compagnie privée tunisienne entrainera la perte de la caution de 1,2 millions de dollars. L’appareil est bloqué à l’aéroport de Djeddah en Arabie Saoudite depuis nombreuses semaines avec un réacteur en panne, dont le remplacement serait plus coûteux que l’acquisition d’un autre avion. Rappelons que Syphax Airlines avait suspendu sa route Tunis – Montréal pour la saison hivernale 2014-2015, avec pour explication officielle « l’optimisation de l’exploitation des autres lignes commerciales ». Elle parlait alors d’un redémarrage des opérations vers le Canada au printemps, toujours à bord de son A330-200 configuré pour accueillir 28 passagers en classe Affaires et 250 en Economie.

Autre écueil non surmonté par Syphax Airlines, la suspension depuis novembre dernier de sa cotation par la Bourse de Tunisie en raison « d’anomalies comptables et organisationnelles » : elle a appris hier du Conseil des marchés financiers qu’elle sera « retirée des échantillons de l’indice TUNINDEX et des indices sectoriels 5000-Services aux Consommateurs et 5700-Voyage et Loisirs » à partir du 21 janvier 2015, la suspension ayant dépassé deux mois. Syphax Airlines n’avait pas publié ses états financiers depuis juin 2014, ni communiqué ses statistiques sur le nombre de passagers ou de vols, le tout sur fond de rumeurs de factures impayées et de pertes colossales, le cours de son action ayant perdu en un an plus de 50% de sa valeur… Une enquête financière a été ouverte.

http://www.air-journal.fr/2015-01-20-syphax-airlines-perd-son-a330-et-sa-place-en-bourse-5133822.html

Commentaire(s)

  1. A380MSN001

    L’entree dans l’opposition du l’ancien pdg de la compagnie doit y être forcément pour qq chose quand au titre en bourse retiré

  2. Aussi Syphax vient de signer un accord de principe avec une compagnie africaine pour affréter ses Airbus A319, le montant est de 60 millions de dinars..

  3. Ça me fait penser à la compagnie algérienne Khalifa Airways qui eut pendant un temps de très (trop) grandes ambitions. À mon humble avis, les pays du Maghreb ne peuvent avoir plusieurs compagnies nationales mais doivent plutôt faire effort sur la modernisation à tous les niveaux des compagnies déjà existantes.
    Qu’en est-il du rapprochement d’AT/AH/TU avec les grandes alliances mondiales? Il y a une opportunité de développement!

  4. Pierreantoine

    Déjà?!
    Le choix politique du pdg pt avoir influencé un retrait en bourse, maus pas rempli/vidé son tiroir caisse, ni l’avoir empêché de planifier son développement avec raison. L’ambition c’est bien, mais ça a un coût important..

  5. Erik de Nice

    Ce n’est pas eux qui se voyaient déjà 2 fois par semaine à Pékin?

  6. C’était prévisible dans la mesure où la stratégie de développement (si on peut réellement parler de stratégie) était basée plus sur ce qu’on aimerait faire, plutôt que sur ce qu’on devrait faire. Ça n’empêche, j’espère qu’ils arriveront à résoudre leurs problèmes pour sauver cette jeune compagnie.

  7. je ne vois pas l’intérêt d’un contrat de leasing si le propriétaire de l’avion (le loueur) ne gère pas les coûts de réparation (hors responsabilité de l’exploitant), ou le remplacement par un autre appareil. Peut-être est-ce la règle dans l’aérien, à moins qu’il n’y ait plusieurs niveaux de leasing et que Syphax ait pris le moins cher, englobant le moins de garanties.

    • dimanond26

      Quand j’ai une voiture en leasing et si j’ai un pneu qui éclate, vous croyez vraiment que le propriétaire va prendre à sa charge le pneu?

      • un pneu non (pièce d’usure) en revanche, comme c’est le cas ici, un moteur qui rend l’âme oui (en tout cas je l’espère pour vous)

        • Le délai de la garantie du constructeur ne couvre pas forcément la période du leasing. En cas d’ennui mécanique une fois la garantie échue, ce n’est pas au propriétaire de la voiture (la société de leasing) d’en assurer l’entretien, et donc le remplacement des éléments défectueux, mais bien au preneur de leasing.

  8. sebastien1

    Un reacteur ,qui vaudrait plus cher que l’avion en lui-meme,faut pas pousser quand meme,allez a tout casser ca vaut pas plus de deux millions de dollars,et la valeur intrasèque de l’appareil serait moindre?y en a qui prennent vraiment les gens pour des imbéciles,c’est juste que toute la trésorerie a été siphonné,comme d’hab !!!

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum