Océan Indien : vers une coopération aérienne multilatérale

Les compagnies aériennes Air Austral, Air Madagascar, Air Mauritius et Air Seychelles ont participé à une réunion sur l’île Maurice pour réfléchir à la mis en place d’une coopération multilatérale qui permettrait d’améliorer la desserte de cette région de l’Océan Indien.

Le Comité stratégique des compagnies aériennes va « travailler à la définition précise du dispositif de coopération entre les transporteurs de la région » et « arrêtera les grandes lignes d’une feuille de route qui devra être soumise aux directions générales des compagnies aériennes pour validation », avant une présentation début mai, au 30ème Conseil des ministres de la Commission de l’océan Indien (COI). Selon le communiqué de presse de cette dernière, les membres du Comité ont défini neuf domaines de coopération « pour permettre l’opération d’au moins un vol quotidien entre les pays membres de la COI ». Parmi ceux-ci, on retiendra notamment la facilitation de la coopération entre les compagnies aériennes des pays de la COI, la politique des accords et des droits, la modernisation du système des taxes et redevances, la coopération entre les aéroports de la zone et les opérateurs de la navigation aérienne, la politique de formation et l’amélioration des opérations de search and rescue en cas d’accidents. En outre, le directeur général de l’aviation civile de Madagascar a été pressenti pour assurer la présidence de ce Comité des aviations civiles ; la COI souligne que l’Union des Comores n’a pu participer aux travaux des comités.

Cette première rencontre a été qualifiée « d’historique » par Marie-Joseph Malé, PDG d’Air Austral et président du Comité stratégique des compagnies. Parlant de « tournant majeur en faveur du transport aérien régional », il s’est félicité de « l’esprit constructif qui a prévalu » et qui a permis de définir ce cadre de coopération multilatérale pour une amélioration de la desserte aérienne régionale à court et moyen termes. Le Secrétaire général de la COI Jean Claude de l’Estrac aimerais penser qu’il « participe à la fin d’un cycle, celui de la sensibilisation et du plaidoyer, et à l’inauguration d’un nouveau, actif et volontariste », soulignant aussi que « c’est la première fois que les compagnies de la région se rencontrent dans une réunion multilatérale pour rechercher des voies de plus grande coopération entre elles ».

Une réunion des ministres des Transports et du Tourisme de la région se tiendra du 25 au 27 mars à Antananarivo, en marge de la réunion de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) sur le transport aérien durable en Afrique, a annoncé la COI. Son Comité des aviations civiles « saisira cette opportunité » pour faire un point d’avancement sur ses travaux et en informer les responsables régionaux et ceux de l’organisation de régulation internationale. Les travaux de ce comité la semaine dernière avaient pour objectif de « définir les modalités d’une coopération poussée entre ces administrations dans l’optique de créer un ciel indianocéanien plus ouvert et plus compétitif ».

Les deux Comités – compagnies aériennes et aviations civiles – ont été mis en place suite au 29ème Conseil de la COI et sur recommandation de la conférence ministérielle sur le transport aérien et le tourisme des Seychelles de juillet 2014, afin de fixer les premiers axes de coopération concrète visant à l’amélioration de la desserte aérienne régionale. L’ambition et l’objet de ces travaux est de « mettre en place des vols réguliers entre les Etats membres de la COI à des tarifs abordables », et de « trouver un nouveau modèle de croissance bénéfique aux transporteurs, au tourisme et à la compétitivité globale de nos économies insulaires ».

Rappelons qu’Air Austral, Air Madagascar et Air Seychelles font déjà partie des quatorze ayant signé un accord pour une meilleure accessibilité des îles Vanille dans le sud-ouest de l’Océan Indien, aux côtés d’Air France, British Airways, Comair, Condor, Corsair International, Edelweiss, Emirates Airlines, Meridiana Fly, South African Airways et Transaero.

air-journal_air mauritius A330

air-journal_air seychelles A330-200

http://www.air-journal.fr/2015-03-13-ocean-indien-vers-une-cooperation-aerienne-multilaterale-5140498.html

Commentaire(s)

  1. QRF
    Publié le 13 mars 2015

    Intelligent ! Se partager le gâteau plutôt que se le disputer….

    • Aulongcourt
      Publié le 13 mars 2015

      Ah il faut savoir ce que l’on veut:
       » se partager le gâteau plutot que de se le disputer »… ailleurs dans le monde cela peut s’appeler une entente,un cartel….tout ce qui n’est pas forcément toujours permis..ou du moins,sous des conditions restrictives…car cela peut être contraire à la notion de concurrence….et donc de bénéfices pour le consommateur….

    • Pierreantoine
      Publié le 13 mars 2015

      Partager?? Rien du tout..
      Avec EY actionnaire majeur d’AirSeychelles..ça ressemble plutôt à un tour de table de la prochaine à tomber ds l’escarcelle d’EY.
      D’autant plus qu’il existe déjà une association des cies desservant les Iles Vanille qui inclut même Transaéro..
      Autant recadrer les choses rapidement etcécarter les importuns.
      N’est ce pas Maurice désormais desservie 2x jour en 380 d’EK?? A écarter d’urgence et garder tout le gâteau..

  2. Pour partager le gâteau , il va falloir Qu’Air Mad se remette a niveau et achète des zing.

    • Publié le 14 mars 2015

      Air Mad (ou plutot le gouvernement malgache qui ne veut pas voir MD coulé) a trouvé la parade pour conserver ses parts du gateau. Imposé des code-share aux compagnies régionales qui veulent se poser à TNR comme dessous de table. Je vois pas d’autres explications pour que des compagnies comme Air Seychelles ou Air Austral travaillent avec Air Mad.

  3. J'me marre
    Publié le 13 mars 2015

    Pour le partage du gâteau,EY apporte le couteau et taillera les parts de chacun : Équité garantie!!!!!

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter