Crash Germanwings : des mesures pour détecter des pilotes aux profils psychologiques particuliers ?

air-journal dessin germanwings cockpit

Une semaine après le crash de l’Airbus A320 de Germanwings dans les Alpes-de-Haute-Provence avec 150 personnes à bord, causé volontairement par le copilote qui s’est enfermé dans le cockpit, le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) poursuit son enquête de sécurité.

Les enquêteurs du BEA vont s’attacher « à décrire plus précisément, d’un point de vue technique, le déroulement du vol. Ce travail s’appuiera notamment sur l’analyse détaillée des informations de l’enregistrement phonique du CVR (Cockpit Voice Recorder) ainsi que sur l’exploitation des données de paramètres de vol qui pourront être disponibles« , a indiqué aujourd’hui le BEA dans un communiqué.des

En outre, ses enquêteurs vont « étudier les failles systémiques qui auraient pu conduire à cet événement ou à d’autres événements similaires. Dans ce cadre, l’enquête de sécurité s’intéressera notamment à la logique du système de verrouillage des portes de cockpits et aux procédures d’accès et de sortie du cockpit, ainsi qu’aux critères et procédures susceptibles de détecter des profils psychologiques particuliers« , poursuit le BEA.

 

http://www.air-journal.fr/2015-03-31-crash-germanwings-des-mesures-pour-detecter-des-pilotes-aux-profils-psychologiques-particuliers-5141949.html

Commentaire(s)

  1. superyoda86
    Publié le 31 mars 2015

    Il faudrait que l’avion soit piloté par un ordinateur, ça éviterait beaucoup de problème 🙂

    • easy sleeping pilot - 31 mars 2015 à 18 h 19 min
      easy sleeping pilot
      Publié le 31 mars 2015

      Oui surtout dans il y a le feu à bord , ou un passager fait une crise cardiaque , ou l’avion est frappé par la foudre et perd un bon paquet d’ordinateurs de vols , ou une ailette de turbine transperce l’hydraulique et un réservoir de carburant ,
      L’hôtesse appuira sur un bouton rouge , ou mieux les passager en business class pourront décider sur quel aéroport aller via une application sur leur iPhone .
      Au 22 eme siècle peut-être , mais pour celui ci je n’en suis pas sûr .

    • MAB
      Publié le 31 mars 2015

      et quand l’ordinateur ne marche plus, l’avion tombe…
      ça ferait beaucoup plus de crashs…

  2. easy sleeping pilot - 31 mars 2015 à 18 h 25 min
    easy sleeping pilot
    Publié le 31 mars 2015

    Ce qui me paraît quasi certain ,c’est qu’il serait de bon ton , de voir un psychiatre/pshychologue lors des visite annuelles CEMPN de Classe 1

    Egalement que la visite a la médecine du travail ( avec questionnaire psy) ne soit pas tous les 2 ans mais tous les ans à intervalle de 6 mois avec la visite annuelle CEMPN . Ex visite CEMPN’ en Mars= Médecine du travail en Septembre

  3. Pol
    Publié le 31 mars 2015

    Je pense qu’il va falloir prévoir une visite chez un psy pour les PNC, vu que maintenant elles vont rester dans le cockpit lorsque nous irons au toilettes…. Ou alors on met une PNC de plus au poste pour surveiller que la PNC, qui surveille le PNT restant, ne disjoncte pas. Mais alors…..qui va surveiller la PNC qui surveille la PNC qui surveille le PNT?

  4. rantanplan
    Publié le 31 mars 2015

    On n’arrête pas de se focaliser sur ce cas psychologique isolé qui a engendré tout le malheur que l’on sait… On oublie souvent que tout personnel embarqué (PNC et PNT)ayant accès au cockpit peut engendrer par ses actions une catastrophe (ex: poussée sur le manche en phase terminale atterrissage ou coupure moteurs décollage hors PA)
    Les facteurs psychologiques me semblent complexes, d’autant plus s’ils sont « particuliers » comme le dit l’article.
    La « particularité » des diagnostics en résultant n’entraîne pas obligatoirement interdiction de vol.
    J’ai moi même (et tant d’autres) , en tant que CDB, effectué des vols ou je n’étais pas à l’aise, fatigué ou énervé par des éléments personnels extérieurs. Un Psychologue qui m’aurait analysé à l’époque et me jugeant aujourd’hui m’aurait sans doute déclaré inapte ponctuellement.
    Si les faits reprochés à l’OPL de Germanwings sont issus d’une pathologie connue par le groupe, jamais il n’aurait du voler.
    Maintenant, le « flou artistique » existant entre la médecine privée ou publique (secret médical) et les organismes médicaux intra-compagnies ne doit pas subsister: Les 1ers doivent avertir les seconds en cas de cas litigieux.

  5. Erik de Nice
    Publié le 31 mars 2015

    Ne cherchez pas,
    De toute façon, le procès est fait et l’enquête du BÉA est inutile…le Copi est un assassin qui a précipité dans son « délire » 149 pax et personnels d’équipage.
    Le fait que ce type puisse avoir eu une hémorragie cérébrale ayant pour conséquences le fait qu’il ne puisse pas tout à fait « répondre et confirmer » la simulation d’atterrissage avec son Commandant de bord pour l’aéroport de Düsseldorf dans une cinquantaine de minute et que par la suite, il entende les coups sur la porte et les messages multiples du contrôle aérien lui sommant de lui répondre, ces symptômes sont tout à fait assimilables à un AVC.
    Cependant, pour LCI, BFM, I-TV et autres « galéjades » du genre, le procès est la!!!!
    Inutile donc de de rechercher le CDR, tout est dit….
    Vous pensez aux familles des victimes, moi aussi, mais également et (contrairement à ce gros C…qui se reconnaîtra à et qui ne pense qu’à enfoncer et insulter ceux qui privilégient le prix du vol, soit des millions de personnes..),je pense aussi à la famille, au père et à la mère du Copi en question (vous savez, celui a qui sa vie privée à été exposée au regard du monde entier et à laquelle les grosses M….du Dimanche matin, à fond sur Téléfoot, peuvent se « forger » un avis…).
    Pensez aussi à eux!!!!!
    RIEN ABSOLUMENT RIEN EST PROUVÉ aujourd’hui, alors, SVP, un peu de réserve…

    • Vincent
      Publié le 31 mars 2015

      Bonjour ERIK DE NICE,

      Je me pose aussi des questions qui restent à cette heure sans réponse.

      Je constate qu’il y a dans l’enquête des incohérences, et aussitôt, l’on ma cloué ici au pilori : preuve que la liberté d’expression sur laquelle tout le monde essuyait son mouchoir plein de larmes de crocodile après les attentats de janvier n’était qu’une vaste mascarade.

      1. Le matin du crash, le secrétaire d’Etat aux Transports affirme : « Avant de perdre le contact avec l’appareil, le pilote a pu émettre un message de détresse ». Puis, Marseille Contrôle infirme.

      2. Après avoir retrouver le CVR, le BEA précise qu’il lui faudra plusieurs semaine pour l’analyser. Dans la nuit, une fuite provient … des USA révélant l’intégralité de l’enregistrement.

      3. Le procureur de la République donne un récit qui satisfait les béotiens mais fait hurler tous les pilotes : parfaitement incohérent. On entend le souffle du copilote sur le CVR, mais pas un mot sur l’alarme du 2ème code d’accès au cockpit (cette alarme déclenche une sonnerie stridente dans le cockpit).

      4. Lors d’une conférence de presse, la direction de LUFTHANSA a affirmé que le copilote était en excellente santé et donnait toute satisfaction. Aujourd’hui, elle jure avoir été informée qu’il était soigné pour tendance suicidaire, tout en le laissant voler. Mais bien sûr !

      5. LUFTHANSA va maintenant encore plus loin, précisant que le copilote avait dû interrompre sa formation pour dépression. Je ne sais pas comment cela se passe en Allemagne, mais j’affirme qu’en France et aux Etats Unis, c’est simplement impossible. Un élève-pilote développant une dépression durant sa formation est écarté à vie !

      6. Lors de sa conférence avec ses homologues allemand et espagnol, François HOLLANDE affirme : « Nous n’avons retrouvé que l’enveloppe vide de la 2ème boîte noire. » Peu après, le BEA dément. Mais à ce jour, rien ! Le FDR a bel et bien disparu, et je le crains, pour toujours.

      6. Le BEA précise, il y a peu : « Nous n’écartons pas une autre hypothèse. » Ah ! Bon ! Je croyais que tout était bouclé, le copilote s’étant suicidé en emportant sans sa folie 149 autres personnes !

      Je le répète, je n’avance aucune théorie, je ne fais que me poser des questions sur toutes les incohérences de ce dossier, et j’observe que nous sommes nombreux de ce cas.

      Quant aux parents du copilote, ils sont tout aussi victimes que les autres, avec de plus le poids de la culpabilité ressassé en boucle par les médias.

  6. Lockheed
    Publié le 31 mars 2015

    Ha merci Erik enfin un commentaire qui fait plaisir et qui est intelligent. J’allais exprimer la même opinion que vous. Rien n’est prouvé et il y a de nombreuses zones d’ombre:

    http://reseauinternational.net/assez-de-mensonges-sur-le-crash-de-lairbus-a320/

    On aurait pu donner n’importe quelle raison au public, il aurait tout gobé sans se poser de questions. Et c’est ce que le public a fait. Nous sommes tous des moutons.

    Et n’oubliez pas que chaque jour réserve son nombre de surprises.
    Demain on apprendra que le copi n’avait qu’une seule jambe.
    Après demain qu’il n’avait pas de licence de pilote.

  7. allons
    Publié le 1 avril 2015

    Dans ce cas pourquoi pourquoi avait il bloqué la porte , interdisant l’accès au CDB via le code de sécurité ?

  8. Bonjour,

    Moi je trouve interessant cette question en fait. Je fais de la therapie et donc je suis assez bien placé par rapport a cela. Pour moi et on en parlait hier avec un confrere, je trouve que pour les cas comme vos professions pilotes, co-pilotes, PNC ou un psychiatre ou un psychologue trouve une faille de cette envergure, il devrait transmettre un avis negatif d’exercer de voler et mettre ses personnes au sol ou dnas des emplois reclassifiant. Cela pose toujours ce soucis dans un secret medical qui est devenu au fil des années tres tres pesant, non seulement sur la conscience des psy et autres therapeutes.Car sans transmission d’un feu rouge de la part du psychiatre ou encore plus comme l’avait sugéré un pilote volant aussi sur A320, a savoir une interuption pour probleme psy durant sa formation de pilote. La faute reviens en premier aux personnes ayant accepter d’une de lui donner sa certification de vol, et de deux aux psychiatre qui ne font plus la part des choses et qui se croient au dessus de tout sous couvert de leur secret medical. Sur ces mots je vous souhaite une bonne journée.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum