TAP Portugal: grève des pilotes, partage avec Ethiopian Airlines

air-journal_TAP-Portugal_A330-200

Les pilotes de la compagnie aérienne TAP Portugal ont annoncé hier un préavis de grève de dix jours du 1er au 10 mai, accusant le gouvernement de ne pas respecter les accords en vue de la privatisation. La compagnie annonce de son côté avoir passé un accord de partage de codes avec Ethiopian Airlines,

Le Syndicat des Pilotes de l’Aviation Civile portugais a annoncé le 15 avril 2015 que « plus des deux tiers des pilotes » avaient voté en faveur de la grève, qui débutera le 1er mai prochain et pourrait durer dix jours. Le SPAC accuse l’Etat de ne pas avoir restitué les primes d’ancienneté (supprimées en 2011), et d’ignorer un accord d’entreprise leur attribuant entre 10 et 20% du capital en cas de privatisation. Le gouvernement « veut exclure les pilotes du processus de privatisation, et préfère brader la compagnie aérienne porte-drapeau à des intérêts privés étrangers », affirme le syndicat. Rappelons que la précédente grève des pilotes, prévue fin décembre 2014, avait été de fait annulée par l’utilisation d’une loi de « réquisition civile ».

La privatisation de TAP Portugal a été exigée par l’Union européenne et le FMI en échange du plan de sauvetage de l’économie du pays de 78 milliards d’euros, lancé en 2011. Le gouvernement mettra en vente 66% du groupe TAP (qui comprend également une filiale d’entretien aéronautique TAP M&E Brazil, largement déficitaire, la compagnie régionale Portugalia et 43,9% du bagagiste Groundforce), 5% du capital étant réservé aux employés, tandis qu’il gardera le contrôle des 34% restant. Le nom du ou des repreneurs devrait être connu fin juin ; mais on sait déjà que ce ne sera pas Globalia, propriétaire entre autres d’Air Europa, qui a jeté l’éponge en raison de son endettement trop important (environ 1 milliard d’euros). Pour le président de Globalia Juan José Hidalgo, « on ne peut pas racheter une entreprise avec un tel niveau d’endettement sans pouvoir l’assainir et la gérer nous-mêmes. Nous ne pouvons pas investir puis rester pieds et poings liés ». Trois autres candidats seraient toujours en course : le Groupe Synergy de German Efromovitch (Avianca-TACA entre autres), la low cost brésilienne Azul de David Neeleman (fondateur de JetBlue Airways), et l’homme d’affaires portugais Miguel Pais do Amaral allié à l’ancien propriétaire de Continental Airlines.

aj_ethiopian airlines b787En attendant, TAP Portugal a signé avec Ethiopian Airlines, membre comme elle de Star Alliance, un accord de partage de codes qui couvrira les routes entre leurs pays respectifs, et inclura des vols en correspondance vers d’autres aéroports en Europe et en Afrique. Aucune liaison directe ne relie à ce jour leurs hubs de Lisbonne-Portela et Addis Abeba-Bole, mais le CEO de TAP Portugal Fernando Pinto explique que « l’addition de services fluides entre le Portugal et l’Ethiopie via des points intermédiaires apportera du confort et des bénéfices aux voyageurs, qui auront désormais accès à l’Afrique de l’Est grâce au réseau local et régional très étendu de notre nouveau partenaire ». La compagnie propose déjà 14 destinations en Afrique. Les passagers des deux transporteurs peuvent déjà accumuler ou utiliser des miles quelque soit la compagnie utilisée, ou utiliser les salons d’aéroport de chacune.

http://www.air-journal.fr/2015-04-16-tap-portugal-greve-des-pilotes-partage-avec-ethiopian-airlines-5142801.html

Commentaire(s)

  1. Comme d'hab
    Publié le 16 avril 2015

    Comme d’habitude la goinfritude de certains est a l’avant scène…

  2. Anto95
    Publié le 16 avril 2015

    Et bien une fois n’est pas coutume, ils ont raison !!

    La dernière privatisation en date IMPOSEE par l’UE au Portugal était une banque, vendu une misère (40 millions) a la finance angolaise (dont la fille du president local en actionnaire) avec des soupcons de malversement dans les poches de politiciens portugais.

    Le contribuable a lui assumé les pertes de la « Bad bank » conservée par l’Etat: cout de 5 milliards d’€.

  3. A ce rythme, ils vont couler la Compagnie et ramasser des miettes!! pffff

  4. la TAP c’est un peu comme FINNAIR… être au bout de l’Europe n’engage pas à faire un hub comme CDG ou FRA après je ne me prononcerais pas sur le management de la TAP je n’en sais rien mais si c’est étatique comme l’a été trop longtemps AF il y aura certainement eut du gaspillage hélas

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter