Aéroports privatisés : le Sénat dit oui à Lyon et Nice

air-journal_Lyon futur terminal 1 ext

Le Sénat a approuvé samedi la possibilité pour les gestionnaires des aéroports de Lyon-Saint Exupéry et Nice-Côte d’Azur de pouvoir vendre une majorité de leur capital, le foncier et les infrastructures restant dans les deux cas la propriété de l’Etat.

Après la gestion de Toulouse-Blagnac cédée au consortium chinois Symbiose, c’est au tour de deux autres des plus importantes plateformes françaises : le Sénat a voté le 18 avril 2015 avec modifications et par 296 voix pour et 35 contre, l’article 49 de la loi Macron qui autorise la cession au secteur privé de la majorité du capital des aéroports régionaux de Nice et Lyon. Les modifications adoptées en séance publique visent notamment à « garantir que cette cession ne se fasse pas au détriment des territoires qui accueillent cette infrastructure », et à « élargir l’éventail des candidats au rachat d’une participation majoritaire cédée par l’État ».

Comme l’avait souhaité la sénatrice UMP Dominique Estrosi-Sassone des Alpes Maritimes, les collectivités territoriales seront donc associés à l’élaboration du cahier des charges ; ce qu’elle traduit par « ne pas retenir l’offre la plus avantageuse », mais celle qui garantira « à la fois la meilleure valorisation des parts de l’État et les intérêts locaux ». Ces derniers auront en outre la possibilité de se porter candidat au rachat des parts de l’Etat, une possibilité par exemple pour la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nice qui possède déjà une expérience dans la gestion d’aéroports. Le vote du Sénat doit bien sur être approuvé par l’Assemblée Nationale.

Rappelons que l’Etat vient d’officialiser la vente pour 308 millions d’euros des 49,9% des parts qu’il détenait dans ATB, gestionnaire de l’aéroport de Toulouse ; il dispose d’une option pour vendre ses 10% restant, mais le reste du capital n’est pas concerné par la vente (40% aux mains de la CCI, du Conseil régional, du Conseil départemental ou de la Communauté urbaine). L’acquéreur est le consortium chinois Symbiose, formé du groupe d’Etat Shandong Hi-Speed Group et du fonds d’investissement hongkongais Friedmann Pacific Asset Management.

http://www.air-journal.fr/2015-04-20-aeroports-privatises-le-senat-dit-oui-a-lyon-et-nice-5142990.html

Commentaire(s)

  1. easy sleeping pilot - 20 avril 2015 à 10 h 08 min
    easy sleeping pilot
    Publié le 20 avril 2015

    Fort bien , les grands aéroports régionaux vont ainsi arrêter d’avantager honteusement Air France et vont enfin pouvoir se developer .

  2. piero
    Publié le 20 avril 2015

    Pas de concurrence, pas de privatisation, aussi simple que ça.

  3. Quoi honteusement AF!!! Ont n’est en France ici et la compagnie national et AF il et normal quel soit avantager que les aéroports de province

    • Serpico
      Publié le 20 avril 2015

      Il n’y a plus de compagnie nationale depuis 1996, il y a une entreprise privée Air France de surcroit une compagnie aérienne. Savez vous aussi que l’ORTF n’existe plus….

    • Air France n’est plus la compagnie National, vivez avec votre époque (‘état est minoritaire dans le capital de la compagnie)

    • « Quoi honteusement AF!!! Ont n’est en France ici et la compagnie national et AF il et normal quel soit avantager que les aéroports de province »

      =>

      Pourquoi « honteusement » Air France ?! On est en France et la compagnie nationale est Air France et il est normal qu’elle soit avantagée par les aéroports de province.

      Encore une fois, Kevin777 se démarque dans les commentaires par sa méconnaissance de notre monde et par son illettrisme.

    • Publié le 20 avril 2015

      Donc d’après-vous AF doit être avantagée en France …
      Dans ce cas il faut sortir de l’Europe. Mais dans ce cas la valeur de la signature française va en prendre un coup.
      Sinon allez expliquer à Strasbourg qu’ils doivent avantager AF. Je pense que vos oreilles vont siffler très fort. Strasbourg a compris qu’il ne fallait pas compter sur AF pour se développer malgré le TGV et la concurrence de Baden-Baden.
      Par contre à Toulouse AF reste un client très important pour l’aéroport et la ville en générale malgré l’échec de la base. En effet la Navette est primordiale pour l’économie de la région et AF a plusieurs servies à Toulouse. Blagnac accueille volontier EasyJet mais les coûts aéroportuaires sont équivalents par rapport à AF et les autres compagnies. Ryanair a bien essayé de négocier des avantages mais l’exploitant avec les collectivités locales ont dit niet et Ryanair ne s’est jamais posée à Blagnac et a finalement décider de se poser à Carcassonne … où elle fait finalement peu voir pas de concurrence à AF.

  4. filoustyle
    Publié le 20 avril 2015

    Ben maintenant on va voir si il n’y a pas la place pour des vols internationaux depuis et vers les aéroports de province comme nous le répète Airfrance Et l’état depuis toujours .

    • J'me marre
      Publié le 20 avril 2015

      Je reformule par soucis d’équité et d’objectivité:

      Ben maintenant on va voir s’il y a de la place pour des vols internationaux non subventionnés et rentables depuis et vers les aéroports de province comme nous le répète leurs MEDEF locaux et leurs fana d’aviation locaux depuis toujours.

    • 2sec
      Publié le 20 avril 2015

      C’est sûr qu’il est tellement plus simple et attractif de faire escale dans le désert au beau milieu de son voyage après 7h de vol plutôt qu’à Paris au bout d’un heure de vol.

  5. Publié le 20 avril 2015

    Tous comme british Airways à en Angleterre , air France est toujours favoriser en France ce qui est je pense normal !

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum