Swiss a quitté Bâle-Mulhouse

air-journal_Swiss_avro RJ100

La compagnie aérienne Swiss a effectué dimanche son dernier vol au départ de l’aéroport de Bâle-Mulhouse, où elle n’a jamais été rentable. Elle y est remplacée par la future Eurowings, autre filiale du groupe Lufthansa dont les avions seront finalement immatriculés en Autriche.

Le 31 mai 2015 à 18h25, un Avro RJ100 de la compagnie nationale suisse a décollé de l’EuroAirport à destination de Londres-City, marquant la fin des opérations de Suisse sur la plateforme tri-nationale. Quatre autres rotations étaient prévues ce dimanche, vers Hambourg, Prague, Barcelone et Palma de Majorque ; les deux avions encore basés sur place ont pris dès la fin de leur service la direction de Zurich-Kloten, principale base du futur développement de Swiss. Lufthansa avait annoncé dès juillet 2014 le départ de Swiss de Bâle-Mulhouse, le CEO de cette dernière Harry Hohmeister annonçant l date du dernier v ol en décembre : il expliquait alors que « les mutations intervenues sur le marché et la conjoncture politique défavorable n’offrent à une compagnie premium aucune perspective d’opérer rentablement » à l’EuroAirport. L’entière responsabilité de cette décision portait selon lui sur la concurrence des low cost comme easyJet et sur l’incertitude juridique régnant sur l’avenir de l’aéroport implanté sur le territoire français – Paris envisageant d’en modifier les statuts fiscaux.

La compagnie de Star Alliance avait aussi assuré que son départ n’était « nullement motivée par une éventuelle implantation future à Bâle d’une base Eurowings », qui n’est toujours pas finalisée. C’est pourtant cette dernière qui prend sa place ce lundi matin à l’EuroAirport – avec deux rotations opérées par Germanwings depuis Düsseldorf. Austrian Airlines et Brussels Airlines, également membres du groupe Lufthansa, proposent des vols vers Bâle-Mulhouse depuis leurs hubs respectifs à Vienne et Bruxelles. Avant sa faillite, Swissair représentait 60% du trafic à l’EuroAirport.

La future Eurowings, qui rassemblera d’ici la fin de l’année toute l’activité low cost de Lufthansa (Germanwings donc, l’actuelle Eurowings et le long-courrier qui sera inauguré en novembre), sera finalement dotée d’un certificat d’opérateur aérien (AOC) autrichien, a annoncé hier le PDG de Lufthansa Carsten Spohr. Rappelons que l’ensemble de la flotte sera fournie par Airbus et bénéficiera d’une nouvelle livrée ; elle pourrait compter jusqu’à 100 avions, dont une grande partie seraient basés à Vienne, et permettre à Eurowings de « devenir la 3e low cost européenne ». Ses équipages seront recrutés là où les avions seront stationnés.

air-journal_Eurowings-A330-A320-vol

http://www.air-journal.fr/2015-06-01-swiss-a-quitte-bale-mulhouse-5144943.html

Commentaire(s)

  1. Pépère
    Publié le 1 juin 2015

    Sévère nivellement par le bas, une legacy (et quelle legacy, siouplait!) se fait remplacer par une low cost, service à bord insipide, staff payé en Autriche et non en Suisse ( différence de 30% faciles), chignoles enregistrées en Autriche et non en Suisse, et,
    Aucune hystérie des anti Ryanair encore en ligne.
    Le procédé est pourtant absolument identique.

  2. Ironie de l’histoire: c’est à EAP que Swiss a été créé en 2002, et se nommait alors Crossair (pendant quelques semaines seulement).
    Et c’est là que se trouvait le siège de l’entreprise…
    La roue tourne.

  3. wernersxb
    Publié le 2 juin 2015

    Il est clair que cet aéroport est devenu le fief de EasyJet et du groupe Lufthansa.Cela dit beaucoup de vols européens « type voyageurs d’affaires » avec des horaires adaptés et la possibilité de faire des AR dans la journée.Le cumul avec les vols « touristiques » garantissent un beau développement de cet aéroport.

  4. Johnny Boy
    Publié le 2 juin 2015

    Devenir la 3e low cost européenne? Norwegian sera difficile à devancer.

  5. serge.gva
    Publié le 2 juin 2015

    Il faut rappeler que si Easyjet est aussi bien implantée en Suisse (hubs de Genève et Bâle), c’est précisément à cause de la politique de Swissair puis Swiss, qui mise tout sur «  »l’unique » » airport de Zurich depuis trop longtemps. Qu’ils s’en aillent.

    • milesfixed
      Publié le 2 juin 2015

      Non, c’est vrai pour BSL mais pas pour GVA oû Swiss a énormément investi depuis 2 ans, recréant même sa propre base, ce qui ne fut pas la cas à BSL… on ne peut pas comparer

      • Exactement, je travaille pour Swiss à GVA où nous menons de nombreuses actions pour concurrencer EasyJet Switzerland. Nouvelles cabines plus rentables, nouvelle tarification en test depuis presque deux ans et qui fonctionne puisqu’elle a fait son entrée à ZRH que le 1er juin. Et j’espère que ce n’est que le début pour la base de Genève qui est un succès critique.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter