Salon du Bourget : un bon cru au final

air-journal_Salon du Bourget@Boeing

Airbus a enregistré hier une commande de 110 A321neo par la compagnie aérienne low cost Wizz Air, pour terminer le Salon du Bourget avec un total de 421 commandes et engagements d’achats d’une valeur totale de 57 milliards de dollars. Boeing de son côté affiche 331 contrats pour 50,2 milliards de dollars, et les annonces d’ATR, Embraer et Bombardier permettent de conclure le salon sur un bilan meilleur qu’anticipé.

Le 18 juin 2015 était le dernier jour du Salon du Bourget réservé aux professionnels, le grand public ayant désormais trois jours pour profiter à plein du spectacle. Si le montant des contrats et le nombre d’avions achetés place Airbus devant Boeing, l’ordre est inversé en ce qui concerne les commandes fermes : 145 pour l’avionneur américain, 124 pour l’européen. Le directeur commercial d’Airbus John Leahy a souligné que l’édition 2015 était le « 4eme meilleur salon en termes de chiffre d’affaires depuis que Lindbergh avait atterri au Bourget », et confirmait que « le marché se porte bien ». Il a aussi précisé que le nom de la compagnie asiatique qui a commandé 60 A320neo sera dévoilé le mois prochain, quand les détails du contrat auront été affinés.

air-journal_WIZZ_AIR A321neoLa famille A320neo a « largement » dépassé le cap des 4000 commandes et engagements d’achat avec l’annonce de la low cost hongroise Wizz Air, qui a signé un protocole d’accord sur 110 A321neo en configuration Cabin Flex de 239 sièges. Il s’agit de la plus grande commande jamais passée pour le plus grand des monocouloirs remotorisés d’Airbus, et le CEO de la compagnie Jozsef Varadi souligne que l’A321neo « est clairement le meilleur monocouloir y compris en termes de coûts opérationnels pour accompagner notre stratégie ambitieuse de croissance ». Wizz Air opère 61 A320 sur 380 routes depuis 22 bases, et attend déjà les livraisons de 23 A320 supplémentaires et 27 A321.

Côté long-courrier, John Leahy a assuré qu’un « client sérieux » et d’autres clients s’intéressent à l’A380, qui n’a enregistré aucune nouvelle commande lors du Salon du Bourget ; une annonce pourrait être faite d’ici la fin de l’année. Airbus a également annoncé que le premier A350-900 destiné à Thai Airways commence à prendre forme, l’assemblage final devant débuter en octobre pour une livraison à la mi-2016 ; la compagnie nationale thaïlandaise en a commandé 12, dont huit seront pris en leasing. Rappelons que le dernier-né d’Airbus a enregistré 31 engagements d’achat pendant le Salon du Bourget, de la part de Garuda Indonesia et Air Lease Corp. (ALC).

Boeing a révélé hier la commande ferme par des clients non identifiés de 21 737, dont 17 737-800 et quatre 737-900ER. De quoi terminer le Salon du Bourget avec un total de 331 commandes et engagements d’achat, dont on retiendra AerCap (cent 737 MAX 8), Garuda Indonesia encore (30 787-9 Dreamliner et autant de 737 MAX 8) ou les vingt 747-8F destinés à AirBridgeCargo. Le vice-chairman Denis Muilenburg a préféré conclure ce Salon « couronné de succès » en mettant l’accent sur « l’innovation au cœur de notre stratégie, qui nous différencie des concurrents non seulement actuels mais aussi futurs » ; Boeing y a encore « renforcé sa position de leader de l’innovation et de la technologie ».

 

http://www.air-journal.fr/2015-06-19-salon-du-bourget-un-bon-cru-au-final-5145869.html

Commentaire(s)

  1. Publié le 19 juin 2015

    Quel dommage, pas de commandes pour « La Machine Volante » parmi plus confortables et silencieuse, l’A380!

    • BLU83120
      Publié le 19 juin 2015

      ça c est vrai , je l ai pris la première fois avec singapour air en 2008 et en business….c était mon plus beau voyage.
      maintenant je prends souvent ceux d emirates et c est toujours un plaisir….
      belle réussite sur le plan plaisir et technique …..

    • Publié le 19 juin 2015

      Tout les compagnie qui veule acheter l’A380 attende la version NEO !!!

  2. Aulongcours
    Publié le 19 juin 2015

    La plus grande surprise de ce salon est canadienne, avec l’absence du moindre signe visible d’intérêt clientele pour le CSerie…la transformation de CS100 de Swiss en -300 ne change fondamentalement rien a l’affaire….C’est toujours le calme plat autour de ce programme…
    La grosse commande de A321neo par WizzAir est intéressante: peut être le début d’une nouvelle ère pour les low cost Europeenne se traduisant par une augmentation de la capacité unitaire des vols: des avions plus gros sur un reseau deja existant seront ils la nouveauté des Annees a venir…certes il y aura encore de nouvelles lignes,de nouvelles bases,de nouveaux vols…mais sans doute de manière moins effrénée qu’avant…Le maillage europeen pourrait s’avérer suffisamment complet…Nécessité de partager les coûts fixes de chaque vol sur un plus grande nombre de têtes pour faire baisser le coût unitaire par passager,engorgement de certains aeroports -surtout en ete pour ceux des destinations tres touristiques-, pénurie de PNT acceptant certaines conditions sociales ( il y en a toujours deux par vol que l’avion ait 100 ou 200 pax en cabine!), …A ve jeu WizzAir prend de l’avance …on verra pour les autres….

    • Pere Denis
      Publié le 19 juin 2015

      Je n’avais pas encore intégré l’argument des PNT n’acceptant plus certaines conditions sociales( et salariales,je suppose), ce qui pourrait conduire à une pénurie, mais si cela s’avère être exeat à moyen terme, il y a là un germe sacrément pernicieux pour les low-cost…..

    • captainobvious
      Publié le 19 juin 2015

      « l’échec » de bombardier était prévisible (Bombardier sentait le vent venir. Concrètement la marge de manœuvre pour les avionneurs qui ne produisent que des turbojet (embraer et Bombardier) entre 90 et 150 seats pour du transport publique est très mince face àaux 2 mastodontes et aux turboprop qui augmentent leurs conforts à bord tout en proposant des payloads plus importantes à des couts d’exploitations plus faibles/Nm. La diversification par l’aviation d’affaire et/ou la montée en gamme en proposant des aéronefs à la payload plus importante avec des contrats de support bulletproof est (avis personnel partagé par mes collègues) la potentielle planche de salut pour Bombardier

      • captainobvious
        Publié le 19 juin 2015

        correction: je voulais dire « qui produisent des turbojets entre 90 et 150 seats. ainsi que l’augmentation par la diversification

    • captainobvious
      Publié le 19 juin 2015

      Pénurie de PNT??? Pénurie de PNT qualifiés sur le marché europeen avec 500h machine certainement. Mais je vois toujours une belle pile de PNT certifés EASA (avec QT de plus en plus) qui seraient ravis de bosser sur du Low Cost….Peu de soucis pour les compagnies de ce coté là…si vous connaissez une compagnie qui recherche j’ai jsutement un profil intéressant d’une pilote avec 500 H prête à payer sa qualif et qui possède la casquette d’ingénieur flight ops…

  3. Clo2B
    Publié le 19 juin 2015

    J’avoue avoir par fois du mal à comprendre les motivations de certains acheteurs; comment expliquer l’achat de 748 pour le fret, alors qu’il s’agit tout de même d’une alternative crédible au 380 pour le transport des passagers, compte tenu de la sécurité d’un quadri, qui, de + évite la contrainte des règles etops.
    Par contre , il est évident que cet avion est + couteux au moins à l’entretien qu’un 777.
    J’ai indiqué à plusieurs reprises les griefs que j’avais concernant le transport de passagers pour cet avion, mais sa qualité principale est son autonomie record, et contrairement au transport de passagers, les freighters ne sont pas soumis à l’etops, le choix me semblerait évident, dans la mesure ou il peut transporter 110 tonnes de fret, avec un diamètre de carlingue quasi identique au 747.
    Cela voudrait-il dire que l’on préfère réserver la vitesse et la sécurité au fret à forte valeur ajoutée ?

  4. 777olivier
    Publié le 19 juin 2015

    @Clo2B peux tu me rappeler les griefs que tu as vis à vis du 777 ?

    • Clo2B
      Publié le 19 juin 2015

      Je l’indique en partie dans mon article précédent : intérêt relatif d’une autonomie record, si l’avion est soumis aux règles etops,pour le transport de passagers, auquel on pourrait rajouter un poids excessif pour un bi-réacteur, donc + de taxes aéroportuaires ainsi qu’une consommation décevante (presque aussi importante que certains A340), prix de lancement sur-évalué…. etc…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum