Crash TransAsia : le mauvais moteur a été coupé

air-journal_crash GE235 TransAsia videograb

Le premier rapport d’étape de l’accident de la compagnie aérienne TransAsia Airways, qui avait entrainé la mort de 43 des 58 personnes à bord le 4 février à Taipei, a confirmé que le pilote avait commis une erreur en éteignant le mauvais moteur suite à la mise en drapeau d’une hélice de l’ATR 72-600 peu après son décollage. Ce même pilote avait échoué dix mois plus tôt à des tests en simulateur.

Le rapport préliminaire sur le crash du vol GE235 publié le 2 juillet 2015 par le Conseil de Sécurité de l’aviation (ASC) taïwanais a confirmé ses propres révélations du 11 février, les données préliminaires de l’enregistreur des données de vol indiquant déjà une extinction volontaire du moteur 1, alors que l’alarme indiquait une panne du moteur 2. Selon le rapport, l’ATR 72-600 venait de décoller de l’aéroport de Taipei-Songshan avec 53 passagers et 5 membres d’équipages en direction de l’île de Kinmen, et trois minutes plus tard se trouvait à une altitude de 1200 pieds quand une alarme a indiqué l’extinction du moteur 2. Le pilote aux commandes, Liao Jian-zong, a alors désengagé le pilote automatique et commencé à réduire la puissance du moteur 1, jusqu’à son arrêt complet 46 secondes plus tard. Alors que son voisin échouait par deux fois à réengager le pilote automatique, Liao s’est exclamé « wow, j’ai réduit la puissance du mauvais côté ». Mais l’avion n’était déjà plus qu’à une altitude de 401 pieds, et huit secondes plus tard il a percuté un pont avant de s’écraser dans la rivière Keelung, les derniers mots enregistrés dans le cockpit étant ceux du copilote : « impact, impact, préparez vous à l’impact ».

air-journal_TransAsia_ATR72-600Qualifié après le crash de pilote « héroïque » par la presse taïwanaise puisque 15 personnes y avaient survécu, Liao Jian-zong fait l’objet d’un portrait nettement moins flatteur dans le rapport de l’ASC. En mai 2014, il avait en effet été recalé lors d’une session sur simulateur, en partie pour ses connaissances insuffisantes des manœuvres à effectuer en cas de panne moteur lors du décollage. Les examinateurs décrivaient alors une tendance à « ne pas mener à leur terme les procédures et vérifications », et « une gestion du cockpit et du planning des vols » qui laissaient à désirer. Il avait en revanche passé un nouveau test avec succès fin juin, même si l’ASC rapporte de nouveaux « problèmes » lors de sessions d’entrainement début juillet (tendance à la nervosité, erreurs orales lors des procédures de démarrage moteur); il avait finalement été promu commandant de bord en août 2014. Ancien de l’armée de l’air taïwanaise, Liao avait débuté sa carrière de pilote civil en 2009 et intégré TransAsia Airways en 2010 ; ses premiers vols en 72-600 remontaient à novembre, un instructeur notant plus tard qu’il aurait probablement besoin d’entrainement supplémentaire pour la gestion d’une panne moteur au décollage. Liao avait accumulé au total 4914 heures de vols sur ATR 72.

Comme dans le cas du BEA, l’ASC rappelle que ce rapport n’est pas là pour désigner des responsabilités ou suggérer des solutions. La version finale, incluant les causes du crash des recommandations, devrait être publiée en avril 2016.

On rappellera que l’Autorité de l’Aviation Civile taïwanaise (CAA) avait suspendu 29 pilotes de TransAsia Airways, dix d’entre eux ayant échoué à des tests d’aptitude sur la gestion des pannes moteur et 19 autres ne s’étant pas présentés. Tous avaient finalement réussi l’examen oral imposé, parfois après plusieurs tentatives – sauf un qui avait été « dégradé » au niveau vice-commandant de bord. TransAsia utilise actuellement 61 pilotes sur ATR ; elle a indiqué hier qu’elle allait acheter un nouveau simulateur de vol et engager des experts externes pour évaluer ces pilotes. Sept familles de victimes ont accepté un arrangement à l’amiable sur les dédommagements financiers, les négociations avec les autres se poursuivant selon le CEO Peter Chen.

http://www.air-journal.fr/2015-07-03-crash-transasia-le-mauvais-moteur-a-ete-coupe-5146655.html

Commentaire(s)

  1. Publié le 3 juillet 2015

    quelle abrutis ce monsieur ,encore un qui est aller a l école d air France , il a fais le grand plongeon comme ces grand frère

    • vincenzo
      Publié le 3 juillet 2015

      Je n’ai pas l’habitude de m »énerver….mais vous avez besoin d’un severe recadrage physique et de cours de français intensif. Par respect envers les familles veuillez vous excuser pour votre commentaire ironique blessant malvenu et hors de propos…le peu de courage que vous avez (assis derrière un écran) en dit long sur votre personnalité. Je serai ravi de vous avoir en face a face….

    • Allez vous faire soigner et arrêtez de polluer ce site avec vos commentaires débiles de frustré ne prenant jamais l’avion!

  2. pas pire que le cdb d’AF lors du rio paris…

  3. Ça arrive à tout le monde se tromper, l’erreur est humaine…
    Ce matin j’ai oublier de tirer la chasse sans conséquence pour moi mais peut-être pas pour le prochain

  4. Airbid
    Publié le 3 juillet 2015

    THAI, lui , n’est allé à l’école que le dimanche!

  5. Viencent et thai, j’aime pas être vulgaire d’habitude, mais là vous êtes vraiment des cons, je ne sais même pas si vous êtes encore des humains, plutôt une sorte de macaque sans couille ne pensant qu’à critiquer et à parler sur des morts qui ne peuvent plus se défendre. Le modérateur pourrait, pour faire plaisir à tout le monde, les bannir définitivement ? Ce serait généreux de sa part.
    PS: vos vies doivent vraiment être chiantes, si encore vous en avez –‘

  6. Je suis affligé de voir la teneur de certains propos de personnes qui avec une rare régularité font étalage de leur vacuité intellectuelle…

  7. Air Journal : pourriez-vous nous faire un article sur les critères de modération de votre site. J’avoue avoir quelquefois des difficultés à comprendre …

  8. Pour en revenir à l’accident… Un pilote avec autant d’antecedents de mauvaise gestion des procedures n’aurait déjà d’un pas du être promu CDB,mais même exclu de la compagnie je dirais. C’est un boulot sérieux que celui de PNT,la vie des passagers qui nous font confiance en depend.
    De deux, ayant volé le même type d’avion, la procédure perte de moteur demande une verification et confirmation des DEUX pilotes avant que la moindre procedure et reduction des moteurs ne soit engagée. La encore visiblement cela n’a pas été respecté.
    Accident tout à fait évitable au final. Allez dire ça aux familles…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum