Notre-Dame-des-Landes : la justice annule les recours des opposants

air-journal_aeroport Notre Dame des Landes

Le tribunal administratif de Nantes a rejeté vendredi 17 juillet l’ensemble des recours qu’avait déposé les opposants à la construction de l’aéroport de Notre-Dame-Des Landes au nord de Nantes.

« Par quatorze jugements », le tribunal administratif rejette les recours déposés « contre les décisions prises par le préfet de Loire-Atlantique dans le cadre de la réalisation du projet d’aéroport du Grand Ouest Notre-Dame-des-Landes, déclaré d’utilité publique par décret du 9 février 2008 ». Manuel Valls a aussi réagit en affirmant que « cette décision confirme la parfaite conformité du projet au droit, et le respect des procédures encadrant la réalisation des projets d’infrastructures». Selon lui, la décision va logiquement entraîner « la reprise des travaux » sans qu’une date n’ait été évoquée.

Mais pour beaucoup, le feuilleton judiciaro-politico-socio-économique, entre défenseurs et opposants à ce projet cher à Jean-Marc Ayrault, ancien Premier ministre de François Hollande, n’est pas terminé. Tout d’abord parce que les « zadistes » occupent toujours le site de Notre-Dame-des-Landes (NDDL), et que la décision de lancer des travaux n’est pas sans risque, pour le gouvernement, en affrontements physiques in situ et en image de marque. Ensuite parce que les opposants comptent continuer leurs actions sur le terrain juridique. Ils envisagent bien sûr de faire appel de la récente décision du tribunal mais aussi de contester un arrêté préfectoral à venir prochainement et  concernant le campagnol amphibie, une espèce protégée oubliée dans le texte précédent.  « Ce problème devra être réglé avant tout démarrage des travaux ; il faut compter un mois environ de consultation publique, estime Stéphan de Ribou, le sous-préfet en charge du dossier de Notre-Dame-des-Landes dans les colonnes du Monde. Hormis ce point particulier, si l’ensemble est validé par le tribunal vendredi, le projet repart. »

La déception est présente chez les opposants, même s’ils ne s’avouent pas vaincus. «Même s’il y avait des raisons d’y croire, je m’y attendais, a déploré de son côté, François Verchère, coprésident du collectif des élus opposés au projet (CeDpa). Nous sommes devant un projet d’Etat et nous avons aujourd’hui la preuve que nous assistons à la fabrication d’un mensonge d’Etat. Nous avons démonté les arguments un à un, en particulier sur le volet environnemental, mais rien n’y fait. Quand on se souvient que dès la fin 2014 Manuel Valls avait annoncé qu’il attendait le jugement pour démarrer les travaux, oui, il y a des raisons de mettre en doute l’indépendance de la justice. Je pense que notre pays n’est pas une démocratie assumée. Le combat contre cet aéroport n’est pas perdu. Mais il est peut-être perdu par les voies démocratiques

«Le gouvernement s’est tiré une balle dans le pied. Il désire ménager les intérêts des baronnies socialistes nantaises, les dividendes des géants du béton… mais sans déplaire électoralement aux écolos qui rejouent Mad-Max dans le bois, avec des punks à chien. On appelle ça une palinodie quand on aime les Belles Lettres », résume Fabrice Dariot, le patron de Bourse des vols, un pionnier du I-Commerce de vente de billets d’avion. «Je pense que le dossier a toute chance d’être enterré jusqu’à la prochaine élection présidentielle», estime-t-il.

Un renfort est intervenu le 9 juillet dernier pour les anti-aéroports quand l’Union départementale de CGT de Loire Atlantique a publié un rapport  sur ce projet d’un point de vue revendicatif, et concluant que  « le maintien de l’aéroport sur le site actuel (de Nantes Atlantique n.d.l.r.) avec toutes les améliorations nécessaires en terme de sécurité, de condition de travail, d’accès et d’usage, présente davantage d’atouts que la construction d’un nouvel aéroport sur le site de NDDL. »

http://www.air-journal.fr/2015-07-18-notre-dame-des-landes-la-justice-annule-les-recours-des-opposants-5147382.html

Commentaire(s)

  1. Mais il est inutile ce nouvel aéroport!!
    Et puis de toute façon, Vinci n’a plus rien a perdre s’il ne se fait pas, parce qu’ils seront remboursés par l’état!

  2. Tim

    Encore un aéroport qui n’accueillera aucun avion une fois opérationnel, comme les aéroports qu’on a fait construire en Espagne ou en Grèce dans les années 2000.

  3. lemeilleurtarrifauboutduclic - 18 juillet 2015 à 9 h 54 min
    lemeilleurtarrifauboutduclic

    En tant de crise, les constructions de cet envergure sont rares…
    Pourquoi gâcher un potentiel de création d’emploi à cause de faux écologistes…???
    Vive NDDL !

    • Aulongcourt

      Crise ou pas crise on ne se lance pas dans des chantiers de plusieurs milliards d’€ uniquement pour creer des emplois ( qui par ailleurs peuvent être créés ailleurs avec ces mêmes milliards d’€. !), s’il n’y a aucun besoin…De la même manière qu’une compagnie en crise ne va pas ( ou ne devrait pas…) acheter des dizaines d’avions uniquement pour creer des emplois de PS et PN si elle n’en n’a pas besoin!!!
      La question centrale, c’est celle de l’utilité présente ou à venir ou pas de cet équipement…Il n’y a tous les avis possibles à ce sujet….mais encore convient il d’analyser les choses en partant du bon point de départ, et de suivre un raisonnement sans biais…

  4. pays corrompu par la gauche caviar avec l’ancien 1er sinistre Zerault qui veut son aéroport avec des vols sur Singapore directs….j’ai halluciné quand il a dit ça

  5. Clo2B

    Connaissant maintenant un peu mieux ce dossier, il me semble que la construction de cet aéroport devrait être plutôt une bonne chose pour cette région.
    Au départ, j’étais plutôt contre, et ceci pour une bonne raison; habitant la région Midi-Pyrénées, je suis toujours opposé à la construction d’un nouvel aéroport dans la région Toulousaine,comme cela avait été évoqué un moment.car connaissant bien l’aéroport de Blagnac, je suis bien placé pour savoir qu’il est tout à fait possible de l’agrandir, vu qu’il n’y a que des terres agricoles entre l’aéroport et la forêt de la Bouconne, sans être obligé d’en construire un autre…
    Donc je me sentais solidaire des opposants à N.d.landes.
    Mais depuis, je me suis rendu dans la région Nantaise, et le hasard à fait que je suis allé accueillir un ami arrivant à l’aéroport de Chateau Bougon.
    Et la surprise, alors que je m’attendais à trouver un aéroport à peine moins grand que Blagnac, les batiments m’ont semblé bien petits; renseignement pris, la zone aéroportuaire ne couvre qu 300 Hectares ! de + il est situé à quelques centaines de mètres à vol d’oiseau d’ une ville comme Rezé les Nantes !!(proche banlieue de Nantes)
    Aussi, et compte tenu de l’accroissement du trafic (+ 5,5% par an), je crois que si j’habitais cette région, je serais plutôt favorable à un nouvel aéroport que ce soit N.d.Landes ou ailleurs… car il faut tout de même préparer l’avenir.
    Quand à la position de la CGT, je ne suis pas surpris, car ce syndicat privilégiera toujours les intérêts catégoriels ( les employés de l’aéroport actuel ne veulent pas être obligés de déménager) aux éventuels créations d’emplois à venir…

  6. qu on dégage ces manifestant , et on construis l aéroport , c est qui qui décide dans ce pays ?

  7. Koalactus

    J’espère que tous les zadistes (les faux écologistes) seront interpellés et piuruivis pour occupation illégale et dégradations. Ils le méritent. Quant à l’aéroport, il va sans aucun doute attirer de nouvelles compagnies et créer des emplois. Le refuser serait une bêtise monumentale, ce serait rester dans une époque qui n’est plus d’actualité, comme on peut le voir en chine par exemple les aéroports occupent une place importante dans le développement du territoire (chaque année plusieurq dizaines d’aeroports sont construits la bas)

  8. je suis certain que l’on pourrait accroitre la capacité de l’actuel aéroport de Nantes (Château-Bougon) si on le décide mais on veut à tout prix un nouvel aéroport construit avec des fonds publics sans même prevoir la fermeture de l’actuel pour cause d’industries (AIRBUS) sur site .
    De toutes façons vu la politique du transport aérien en France , NTE n’accueillera pas de gros porteurs long courriers , la capacité piste actuelle est donc suffisante et l’aérogare devrait pouvoir être agrandi , une deuxième aérogare serait également une autre possibilité .
    Ou alors si on veut absolument un gros aéroport régional , il faudrait fermer Nantes-Atlantique et Rennes-St-Jacques car on ne peut plus se permettre financierement d’avoir redondance d’infrastructure.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum