Malaysia Airlines : ex-Flybe, Inde réduite et pilotes détachés

air-journal_Malaysia Airlines A380 new look

En pleine restructuration, la compagnie aérienne Malaysia Airlines a nommé Paul Simmons au poste de directeur commercial, le même qu’il occupait chez Flybe. Elle va en outre réduire ses capacités vers l’Inde, tandis que plusieurs centaines de pilotes devraient être détachés vers d’autres transporteurs.

Le nouveau directeur commercial de la compagnie nationale malaisienne prendra ses fonctions le 1er décembre 2015 dans la société Malaysia Airlines Bhd, la « nouvelle Malaysia Airlines » devant officiellement voir le jour le 1er septembre sous un nouveau nom. Paul Simmons se concentrera sur « le repositionnement de la marque comme compagnie aérienne de premier plan, et sur le développement de services pouvant répondre à, voire dépasser les attentes de nos clients », explique dans un communiqué le nouveau CEO Christoph Mueller, lui-même un ancien d’Aer Lingus. Avant de rejoindre Flybe, Paul Simmons a travaillé sept ans chez easyJet : il s’est déclaré ravi de rejoindre Malaysia Airlines « à un moment critique de son histoire. Il y a visiblement un énorme défi à relever, mais les opportunités de cette compagnie sont claires et très excitantes ». Deux des principaux postes de direction à Malaysia Airlines seront donc occupés par des étrangers, une rareté dans la région

Après le retrait de son Airbus A380 fin août sur la route reliant sa base de Kuala Lumpur à l’aéroport de Paris-CDG, l’abandon entre autres de la desserte de Francfort ou une diminution des capacités vers l’Australie, l’Asie du sud-est et la Chine, la compagnie de l’alliance Oneworld a porté son attention sur l’Inde, où Kochi a déjà disparu du réseau. Dès le 1er septembre, l’un des deux vols quotidiens entre Kuala Lumpur et Delhi sera supprimé, tandis que les capacités seront réduites vers Mumbai : de 12 rotations hebdomadaires en Boeing 737-800 ou 777-200ER, elle passera à 14 mais uniquement opérées en monocouloir. Les départs de ces deux métropoles se feront uniquement de nuit, afin de permettre de meilleures correspondances vers l’Asie du sud-est et l’Australie. Ses autres destinations en Inde sont Bangalore, Chennai et Hyderabad.

Deux destinations supplémentaires seront par ailleurs supprimées par Malaysia Airlines : le vol quotidien vers Malé aux Maldives dès le 23 août, et les trois rotations hebdomadaires vers Istanbul le 25 août.

Côté emploi, des rumeurs non confirmées font état de plusieurs centaines de pilotes (jusqu’à 400) qui seraient concernés par un détachement temporaire vers d’autres compagnies aériennes, par exemple chez China Airlines, Saudia, Qatar Airways ou Korean Air. La « rationalisation du réseau » est bien sûr responsable de cette décision, qui survient alors que Malaysia Airlines a licencié ses 20 000 employés – et n’en a réembauché que 14 000. Seuls 25 des 1491 pilotes de la compagnie avaient été touchés par la première vague de licenciements. Aucune information pour l’instant concernant les hôtesses de l’air et stewards, mais des mesures similaires devraient les toucher, là encore pour une période donnée. Avantages de la manœuvre : tout employé qui refuse le détachement ne pourra pas réclamer d’indemnité de départ, et Malaysia Airlines pourra les récupérer simplement si la croissance promise par la nouvelle compagnie est au rendez-vous.

Le CEO de la « nouvelle » Malaysia Airlines avait dévoilé début juin un plan nettement moins révolutionnaire qu’anticipé, précisant qu’elle restera un transporteur « international full service ». Le nouveau groupe MAS (Malaysia Airlines Bhd) sera séparé en trois activités : opérations, fonctions de support (maintenance, opérations au sol, programme de fidélité…) et formation/développement, avec un total de douze filiales. En ce qui concerne le transport des passagers et le fret, la compagnie nationale sera appuyée comme aujourd’hui par MASWings (liaisons « rurales »), la low cost Firefly et MAS Kargo. Le réseau domestique sera conservé à son niveau actuel, et il n’est pas question de faire de MAS une « compagnie régionale ».

On rappellera que la compagnie avait dévoilé en novembre 2014 les pires résultats financiers trimestriels depuis 2011, conséquence des deux tragédies qui l’ont frappée (disparition du vol MH370 entre Kuala Lumpur et Pékin, et vol MH17 parti d’Amsterdam abattu au-dessus de l’Ukraine), mais aussi d’une piètre gestion ayant entrainé des pertes gigantesques, de son incapacité à répondre à la concurrence des low cost (au premier rang desquelles la Malaisienne AirAsia), et de l’interventionnisme politique. Le coût de la restructuration est estimé à 1,7 milliard de dollars au moins.

http://www.air-journal.fr/2015-07-28-malaysia-airlines-ex-flybe-inde-reduite-et-pilotes-detaches-5147806.html

Commentaire(s)

  1. SYJ

    Malaise y’a airline.. Tu mets mal a l’aise tout le monde dépeche toi de réglée tout tes problèmes parce’que je sens que dès que des personnes embarquent en toi ils font tous des malaise de l’air… ^^!

    • et vous dépêchez-vous d’apprendre le français, vous mettez tout le monde mal à l’aise avec votre orthographe approximative…
      On ne règle pas des problèmes de cette nature en un mois ou deux, c’est une vraie stratégie qui se met en place, et il faut du temps, comme pour apprendre les règles de la grammaire…

      • SYJ

        C’est bon.. J’ai fait cette blague a la hâte je me suis pas corrigé comme il le fallait… Et je sais très bien qu’un problème de cette ampleur ne se règle pas d’un coup de baguette magique vu qu’elle a connue des pertes catastrophiques en terme d’argent la compagnie avait été obligée de licencié plusieurs pilotes pour pallier a ce problème, et également réduire ou augmenté certaines rotations sur hubs.. Cela prendra peut être des années pour que Malaysia airlines puisse fonctionner correctement sans s’enrayer. Je souhaite a la compagnie de se rétablir au plus vite..

        • Alors il faut que tu prennes encore plus de temps….
          1) à la hâte (à est une préposition)
          2)Elle a connu (pas d’accord)
          3) de licencier (infinitif!)
          4) réduire ou augmenter (infinitif)
          5) je souhaite à (préposition)

          Tous comptes faits….tu ne sais pas écrire en français!

  2. Sam

    Il n’est pas facile pour cette compagnie qui a subit deux chocs médiatiques après les deux disparitions de deux vols MH. L’opinion publique est très sensible quand il s’agit d’une telle information et les répercutions sur les ventes de billets sont conséquentes.

    Je ne vous cacherait pas que j’aurais une peur bleue de voler avec Malaysia Airlines, non pas parce que je sais pertinemment que voler dans un A380 ou un Boeing ne présente aucun risque mais parce que c’est Malaysia Airlines…

  3. Erik de Nice

    N’importe quoi !!!
    Tous les jours des vols Malaysian s’opèrent sans problemes. Vas y en train si t’as la trouille à ce point et ne passe plus aux environs d’un Aéroport,des fois que..

  4. Erik de Nice

    C’est bien..
    Au moins vous, vous n’achetez pas un prix, un service ni une date mais la Compagnie qui vous fait le moins peur!!!

  5. Bonjour,
    Quelqu’un pourrait me dire comment se passe un détachement temporaire?
    Qui paie quoi, sur quelle durée, quel type de contrat…etc?
    Merci d’avance et bonne journée
    Hervé

    • Pour les détachements je pense que tout dépend de la législation du pays où le contrat d’origine est fait. Et comme le dit l’article, quiconque refuse le détachement ne pourra réclamer d’indemnités de départs (traduisez il est alors licencié sans autre formalité).
      Mais nul doute que les pilotes sur les machines les plus demandés seront loués à bon prix surtout si c’est à des gens comme Qatar qui sont prêts à payer cher pour avoir les gens opérationnels immédiatement.
      Quant à leurs conditions de travail une fois « loués », gageons que ni MAS ni le loueur ne doivent s’en préoccuper: nous ne sommes pas en Occident où les droits de l’homme et le respect de la loi sont les premières préoccupations!

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum