China Southern Airlines atterrit au Kenya

air-journal_China_Southern A330-200

La compagnie aérienne China Southern Airlines a inauguré mercredi sa nouvelle liaison entre Guangzhou et Nairobi, sa deuxième destination en Afrique après l’île Maurice.

Depuis le 5 août 2015, la compagnie chinoise propose trois vols par semaine entre sa base à Guangzhou-Baiyun et l’aéroport de Nairobi-Jomo Kenyatta, avec des départs lundi, mercredi et vendredi à 0h45 (arrivée 7h00) et des retours à 13h35 (arrivée le lendemain à 5h50). Un Airbus A330-200 configuré pour accueillir 4 passagers en Première classe, 24 en classe Affaires, 48 en Premium Economie et 142 en classe Economie (218 sièges au total) est utilisé sur cette route, où China Southern Airlines ne fait face a aucune concurrence directe. Elle partage ses codes avec Kenya Airways, qui propose de son côté quatre rotations hebdomadaires vers Guangzhou via Bangkok (et se pose en plus à Hong Kong).

La compagnie de l’alliance SkyTeam est la seconde cette année à lancer une route entre la Chine et l’Afrique, avec Air China dont le PékinJohannesburg devait être inauguré en juin (deux mois après son abandon par South African Airways, sa partenaire de Star Alliance) mais été reporté à août puis à la fin octobre. On rappellera que la Chine est devenue en 2009 le premier partenaire commercial de l’Afrique, devant les USA.

China Southern Airlines a transporté l’année dernière 100,76 millions de passagers, en hausse de +9,8% par rapport à 2013, avec une flotte de 503 avions hors filiales dont cinq Airbus A380. Son réseau compte plus de 190 destinations dans 40 pays, dont Paris-Charles de Gaulle – une destination sur laquelle elle est en coentreprise avec Air France-KLM.

 

http://www.air-journal.fr/2015-08-05-china-southern-airlines-atterrit-au-kenya-5148152.html

Commentaire(s)

  1. ben
    Publié le 5 août 2015

    Le Pékin – Johannesburg d’Air China a été repoussé à l’automne

  2. Sam
    Publié le 5 août 2015

    La Chine s’ancre peu à peu en Afrique défiant la présence européenne post-coloniale. Une nouvelle concurrence s’installe quand on sait que les marchés africains commencent à être envahit par des produits et des services chinois.

    • Pépère
      Publié le 5 août 2015

      Achète toi un atlas ou clique sur Google. Le type qui fait Nairobi/Pékin n’a pas /jamais eu intérêt à passer par l’Europe.
      Qt à la prose post coloniale, prends un verre d’eau fraîche et lis un peu les internationalistes du début XXeme.

      • Père Denis
        Publié le 5 août 2015

        C’est vrai que  » sur un Atlas  » personne n’avait intérêt a passer par l’Europe pour faire Afrique-Asie…m
        Oui mais voilà: encore faut il qu’il y ait des lignes écrie n’es Afrique -Asie…et force est de constater que ce n’était pas toujours simple …et meme que pendant longtemps,l’élus simple…c’était de passer …par l’Europe….sauf à passer par l’ Aeroflot de jadis!!! Il y avait meme des gens qui passaient par Paris ou Bruxelles ou Londres pour faire des Dakar-Nairobi ou meme des Johannesbourg-Sao Paolo…Donc les voyages Afrique-Shanghai ou Séoul, par Paris Londres ou Zurich, non ce n’était pas des vues de l’esprit…
        Maintenant,le fait est que le maillage mondial de zone a zone se fait beaucoup plus dense et que bientôt il n’y aura plus grand intérêt a passer par une zone extérieure a celles de vos origine-destination…Fort probablement une totale redistribution des flux de clientèles à prévoir….

      • Sam
        Publié le 5 août 2015

        Tu devrais plutôt lire les récentes études sur le marché africain et son avenir pour comprendre les rouages intérieurs de l’économie africaine.

        Au lieu de poster un commentaire vide d’argument (voire confus après avoir lu maladroitement mon commentaire), lis des analyses sur cette évolution qui permet à certains pays, grâce aux chinois, de se développer tandis que certains européens ne font rien pour certaines économies de certains pays d’Afrique.

        • Pépère
          Publié le 6 août 2015

          mon commentaire est confus, incompréhensible pour qui ne sait pas prendre en compte l’historique d’un fait actuel, et « relire les études récentes » montre bien que l’engouement d’aujourd’hui ignore/occulte ce qu’il y avait il y a même cinq ans. Comparaison inexistante, et ignorance de l’évolution politique notamment.

          @Père Denis: bien entendu que BXL, PAR ou MOW n’étaient pas une vue de l’esprit, mais de quels flux parle t on sur une période de seulement cinq ans ?

          • Père Denis
            Publié le 6 août 2015

            Oui,vous avez raison sur ce point: les flux de trafic Afrique-Asie ne sont pas très importants à ce jour: des commerçants-importateurs africains allant se ravitailler en Chine ( Ghangzou surtout) à Hong Kong ou Singapour, des Chinois venant vendre en Afrique, des Chinois ( techniciens,ouvriers) venant travailler en Afrique,quelques diplomates des deux bords et une poignée d’étudiants africains ( sur Pékin plus spécialement…)… et c’est à peu près tout…pas de tourist asiatique en Afrique,ni Africains en Asie ( ou si peu qu’ils ne constituent ensemble meme pas un flux..). Pas de traffic VFR ( Visit Friend&Relatives)
            Peut être qu’avec le temps cela changera….
            Mais pour aussi petit qu’ils soient,ces passagers à 99% des cas transitaient par l’Europe…pour l’Asie comme pour l’Amerique d’ailleurs… » Opérationnelle ment » parlant, sinon géographiquement,c’était le plus simple…Demain ce ne sera sans doute plus le cas,au moins pour aller en Asie dans un premier temps, car pour, les Ameriques, c’est toujours pas si simple depuis la plupart des aéroports africains….

  3. chiefpilot
    Publié le 5 août 2015

    Il y aurait donc des gentis colonisateurs blancs et des méchants aux yeux bridés….

  4. czl
    Publié le 5 août 2015

    Une concurrence de plu pour KQ qui ne se porte pas bien en ce moment

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter