Bombardier : la certification du CSeries pour fin 2015

air-journal_Bombardier CS100 vol inaugural 1

Bombardier affirme que la certification de son nouvel avion CSeries est en bonne voie pour la fin de l’année, 88% des vols de certification du CS100 ayant été réalisés.

L’avionneur canadien a confirmé le 25 septembre 2015 que la configuration de la certification de l’avion CSeries a été déclarée « figée », alors que le programme « progresse vers le dernier droit du processus d’homologation ». « Nous avons félicité nos équipes d’avoir atteint une étape critique, soit le gel final de la configuration de certification. Cette configuration sera soumise aux autorités réglementaires et fera partie de la définition de type », a déclaré Robert Dewar, vice-président, programme d’avions CSeries. En plus d’avoir achevé plus de 88% des essais en vol de certification pour le CS100, ajoute-t-il, ces mêmes équipes « finalisent les rapports de certification requis et progressent à bon rythme afin d’assurer l’harmonisation entre Bombardier, ses fournisseurs et les autorités de navigabilité ». Transports Canada est l’autorité dirigeante qui procurera la certification initiale du CS100, qui détaillera tous les logiciels, le matériel et les options des clients de l’avion CSeries.

Bombardier se déclare donc « sur la bonne voie » pour obtenir l’homologation d’ici la fin de l’année 2015, suivie de l’entrée en service de l’avion CS100 au cours du premier semestre de 2016 chez la compagnie aérienne de lancement, Swiss International.

Bombardier a enregistré des commandes et engagements touchant 603 CS100 et CS300, dont 243 en commande ferme. Le coût de développement de la famille CSeries devrait finalement atteindre 4,4 milliards de dollars fin 2016, annonçait le constructeur mi-septembre, contre 3,3 milliards estimés en décembre 2014.

Rappelons que les avions CS100 et CS300 comptent plus de 95 pour cent de pièces en commun, ainsi que la même certification de type. Le moteur PurePower PW1500G de Pratt & Whitney, combiné à une aérodynamique évoluée, permettra une réduction de la consommation de carburant, du bruit et des émissions, « rehaussant la compatibilité environnementale et sociale de ces avions ». En ciblant le segment de marché des avions de 100 à 150 places, Bombardier a conçu les avions CSeries pour qu’ils « procurent un avantage économique inégalé aux exploitants ».

air-journal_Swiss CS100 vol vers Paris

http://www.air-journal.fr/2015-09-29-bombardier-la-certification-du-cseries-pour-fin-2015-5151038.html

Commentaire(s)

  1. Observateur

    Très bel engin! un sérieux fauteur de troubles sur le marché du moyen courrier ultra concurrencé entre les deux grands majors.

  2. 777OLIVIER

    Magnifique Avion. D’ailleurs il ressemble à un mini Boeing 787.
    Bravo à bombardier!!!

  3. Clo2B

    Bombardier et Embraer, sur ce type d’appareils en quelque sorte se  » marquent à la culotte « , pour utiliser un terme sportif , avec le cs 100 qui est une réponse au 175, et le futur cs 200, qui lui viendra concurrencer le 195, avec forcément des avions un peut plus modernes..
    Mais en fin de compte, compte tenu de la concurrence à venir sur ces créneaux, le véritable intérêt de ces 2 fabricants, ne serait-il pas plutôt de se rapprocher, dans la mesure ou même s’il sont concurrents sur ce type d’avion, en contrepartie, Embraer apporterait ses avions de transport militaires dans la corbeille de mariage, et Bombardier son savoir faire dans la lutte contre les incendies ?

  4. Tim

    L’avenir de l’aviation civile se résume actuellement à 3 avions:

    – Bombardier C series
    – Boeing 787
    – Airbus a350

    Les avions remotorisés ne sont que des réponses à court terme, les appareils
    entierement nouveaux seront 10 à 12% plus économe, car construits en composite
    et doté d’une aérodynamique nouvelle.
    Pour faire l’a320neo, l’a330neo et le 737max on reprend des vieux avions et on leur mets simplement des nouveaux moteurs, seul le 777x innove un peu plus.
    Les avions remotorisés sont de toutes façon fabriqués sur demande de compagnies aériennes (Emirates pour le 777, Air Asia pour l’a330neo)alors que les nouveaux sont simplement faits par les constructeurs.

    De toutes façons quand l’agriculteur dicte au maçon comment il doit faire son travail, ce dernier fournira toujours un travail de moins bonne qualité que si il avait pris lui même les décisions.
    Ceci dit ça reflète bien le monde du travail d’aujourd’hui: le client est roi.

    • Clo2B

      L’analyse n’est pas fausse, mais elle me parait un peu réductrice quand même…
      N’oublions pas que rien que sur le créneau du CS, plusieurs concurrents viennent d’apparaitre :
      Le Sukhoi Superjet (pour le 100),le Comac 919,le Mitsubishi, etc…
      Sans parler d’Embraer, dont les avions ne sont pas sortis depuis très longtemps non plus…

  5. Tout simplement une réussite sans doute le meilleur avion moyen courrier jamais aussi bien réaliser. Mais je pense que les compagnies africaines doivent en commander il sera plus adapte c’est mon point de vu

  6. Un très bel Avion, des coûts de développement pas trop élevés bien qu’ils aient mis Bombardier en situation difficile. La pari des moteurs Pure Power Pratt & Whitney avec leur réducteur, solution mécanique très « couillue » et j’ai peu d’informations une électronique de bord au top…
    Un digne successeur du DC9, certaines compagnies reliant les métropoles régionales vont apprécier…

  7. Magnifique avion qui n’a pas fini de faire parler de lui. Cet avion est moderne, silencieux et performant. Il remplit et dépasse les prévisions annoncés pour les performances. Les concurrents doivent donner de gros rabais pour contrer cet avion. Un CS500 un peu plus gros est en gestation. C’est à suivre.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter