Airbus ne s’intéresse plus au CSeries

air-journal_Bombardier CSeries FTV1 exterior2

Airbus Group a annoncé hier avoir mis fin à des discussions avec Bombardier portant sur un éventuel investissement pour soutenir le programme CSeries,

Dans son communiqué du 7 octobre 2015, Airbus Group confirme avoir « exploré la possibilité de faire des affaires avec Bombardier, basé au Canada, mais ces discussions n’ont plus court », ajoutant qu’il ne fera pas d’autres commentaires. Le groupe européen réagissait à des articles de presse mentionnant une proposition de l’avionneur canadien, selon laquelle Airbus Group prendrait une participation majoritaire dans une future filiale commune autour du programme CSeries. Selon Les Echos, Bombardier proposait à Airbus, en échange de son aide pour finaliser le développement du nouvel avion en cours de certification, de mener à bien le développement de ses avions d’affaires ; le journal citait hier des sources selon lesquelles « des négociations sont en cours mais ce sont encore des négociations exploratoires ».

Il s’agit bien sûr d’un mauvais coup pour Bombardier, qui cherche à renflouer des finances mises à mal notamment par les coûts de développement des CS100 et CS300, le programme connaissant un sérieux retard et un succès commercial mitigé (243 commandes fermes sur un total de 600 commandes et engagements d’achat) tout en continuant son programme de certification. Signer avec Airbus lui aurait permis de se refaire une santé rapidement, tout en mettant fin à ses espoirs de concurrence indépendante des géants du secteur sur le marché des biréacteurs de 110 à 160 places (Airbus et Boeing en haut de fourchette, Embraer en bas).

L’avionneur canadien expliquait la nuit dernière que « tel que mentionné précédemment », il continuera à « explorer différentes initiatives, incluant une participation potentielle à la consolidation de l’industrie ». Si un accord avec Boeing semble peu probable vu les liens de l’américain avec Embraer, la piste d’investisseurs chinois fait le tour des rédactions depuis quelques jours même si des discussions initiales aurait capoté il y a plusieurs semaines avec l’un d’entre eux.

L’entrée en service du premier des CSeries, le CS100, est prévue en 2016. Les prochains résultats de Bombardier seront annoncés le 29 octobre.

http://www.air-journal.fr/2015-10-07-airbus-ne-sinteresse-plus-au-cseries-5151471.html

Commentaire(s)

  1. Lol le but d’airbus était de proposer une gamme d’avions monocouloir plus complète pour écraser Boeing sur ce segment !!!! Pour moi le cseries reste un avion Canadian et le meilleur monocouloir jamais conçu. Le n’ai jamais vu un avion aussi silencieux que ce dernier vivement bombardier a fait un boulot remarquable respect a eux

    • Clo2B
      Publié le 7 octobre 2015

      Euh… un avion silencieux, à mon avis, ça s’entant plutôt que ça ne se voit….
      Cela dit, vu toutes les louanges entendues sur cet avion, il semble effectivement que ce soit une réussite…
      Dans ces conditions, lorsqu’on apprend que Boeing est en contact avec Embraer, la collaboration avec Airbus aurait semblé logique..
      Mais lorsque l’ on voit les relations parfois conflictuelles à l’intérieur du groupe entre Airbus et ATR, le contraire aurait été étonnant….

  2. L’option Airbus-Bombardier aurait pu avoir un certain sens.
    Le principal obstacle à la vente des CSeries étaient les rabais de 50% qu’ Airbus offrait aux cies aériennes. Si Airbus est de notre coté, les ventes seront nombreuses. Des ventes de A320 seront converties pour des CSeries car Airbus sait bien que certains de ses clients seront mieux servis par le CSeries au niveau économique. Airbus a des avions en commandes pour 10 ans, pas Bombardier. Le développement du CS500 et CS700 est assuré. La participation majoritaire d’Airbus est peut être de 51%.Le prix de l’avion pourra baisser avec les nombreuses ventes. Bombardier verra l’usine à Mirabel fonctionner à 100%. Finalement cela pourrait être profitable pour Bombardier dépendamment des modalités de l’entente. Un peu comme ATR qui est détenu par Aliena et Airbus. La nouvelle entité pourrait développer d’autres avions.

  3. Le Commentaire de Claude et interresant et pertinent !

  4. Alex
    Publié le 8 octobre 2015

    Où est la pertinence ? Le CSeries marche sur les plates-bandes des 318/319. Ça aurait pu être pertinent dans le cas d’une complémentarité de la gamme Airbus. Si Airbus avait participé à ce programme on se serait retrouvé avec des machines en concurrence directe, construite différement, avec des sous-traitant différents, l’inverse de la rationalisation des coûts.

    • Clo2B
      Publié le 8 octobre 2015

      Lorsque l’on voit les (ou plutôt la) ventes du 318, on peut se demander si son maintien au catalogue n’est pas conservée uniquement pour mettre le 319 en valeur…
      Quand à ce même modèle, ses ventes ne cessent de régresser.
      Donc, on sent bien que dans cette catégorie, du moins, le CS aurait pu apporter quelque chose ; par contre, à partir du 320, effectivement, Airbus, n’a besoin de personne pour engranger les succès..
      Donc la collaboration avec Bombardier aurait put permettre de consolider l’offre en entrée de gamme, et peut être en contrepartie de dissuader Bombardier de sortir des modèles tels que le CS500,voire 700, qui pourraient eux concurrencer le reste de la gamme.

      • The Joke….
        Publié le 8 octobre 2015

        Oui : cela semblait d’une logique commercialo-finanacière imparable à laquelle on pouvait s’attendre.

        Le point d’achoppement pouvant alors être du coté ATR/Q400…….

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum