Trafic Aéroports de Paris : +4,1% en septembre hors grève

air-journal_aeroport CDG roissy 2F

Les aéroports parisiens ont accueillis le mois dernier 8,58 millions de passagers, dont 5,92 millions à Paris-Charles de Gaulle et 2,65 millions à Paris-Orly. ADP va d’autre part présenter son plan stratégique 2016-2020 Connect 2020.

Selon le communiqué d’ADP du 12 octobre 2015, ce trafic représente une croissance de +18,5% par rapport à septembre 2014, mais ce dernier avait été affecté par la grève des pilotes de la compagnie aérienne Air France (-10,4%), ayant entrainé une baisse de fréquentation dans les aéroports parisiens de l’ordre de 60 000 passagers par jour en moyenne durant la deuxième quinzaine du mois. Hors impact de la grève, la croissance sur le mois de septembre 2015 est estimée à environ 4,1%.

Les résultats détaillés ne sont pas corrigés : le trafic France est en croissance (+31,9%), tout comme le trafic Europe (hors France) avec +14,3%. Le trafic international (hors Europe) est lui aussi en progression à +18,4%, avec une croissance sur l’ensemble des faisceaux : Amérique Latine (+39,5%), Amérique du Nord (+27,3%), Asie-Pacifique (+19,2%), Moyen-Orient (+16,0%), Afrique (+11,1%) et DOM-COM (+3,1%). Le nombre de passagers en correspondance augmente de 57,1%, le taux de correspondance s’étant établi à 25,2 %, en hausse de 5,9 points par rapport à septembre 2014.

Depuis le début de l’année, le trafic d’Aéroports de Paris s’inscrit en hausse de +3,9% avec un total de 73,2 millions de passagers. Le nombre de passagers en correspondance augmente de 6,8%, et le taux de correspondance s’établit à 23,6% en hausse de 0,6 point. Le trafic de TAV Airports, dont Aéroports de Paris détient 38% du capital, est en hausse de +4,1% sur le mois de septembre 2015 et de +8,4% depuis le début de l’année.

Les récents développements de trafic conduisent le groupe Aéroports de Paris à revoir à la hausse son hypothèse de croissance du trafic à Paris en 2015 par rapport à 2014 : cette dernière, qui était de +2,6% précédemment, devient « supérieure ou égale à 3,0% ». L’estimation de la croissance moyenne annuelle du trafic sur la période 2011-2015 devient par conséquent 2,8%, contre 2,7% précédemment.

Air-journal-orly horizon 2020ADP va d’autre part présenter demain aux investisseurs son plan stratégique 2016-2020 intitulé « Connect 2020 », ainsi que les principaux objectifs du Groupe pour 2020. Avec pour ambition d’être « un Groupe leader de la conception, la construction et de l’exploitation des aéroports », ce plan fixe trois priorités afin de « répondre aux défis de compétitivité, d’attractivité et de croissance » : « Optimiser, en tirant le meilleur parti des ressources du Groupe ; Attirer, en visant l’excellence ; Elargir, en nourrissant et partageant la croissance durable ». ADP va donc poser les priorités stratégiques au service de l’ambition du Groupe ; présenter les objectifs du Groupe d’ici à 2020 en termes de performance économique et de qualité de service ; et rappeler les équilibres retenus pour le nouveau contrat de régulation économique 2016-2020. Enfin ADP détaillera la stratégie des commerces, de l’immobilier et des activités internationales pour la période 2016-2020 ainsi que les leviers de croissance et les objectifs d’ici à 2020.

Après avoir fortement développé les capacités (2006-2010) et amélioré la qualité de service (2011-2015), ce plan stratégique vise à « exprimer l’ensemble du potentiel du Groupe » et poursuivre et accentuer les efforts engagés afin d’atteindre son ambition d’être un Groupe leader de la conception, la construction et l’exploitation des aéroports. Augustin de Romanet, PDG d’ADP, a déclaré : « le plan stratégique d’Aéroports de Paris, « Connect 2020 », est au service de l’ambition du Groupe d’être un leader de la conception, la construction et de l’exploitation des aéroports. « Connect 2020 » représente notre vision de l’aéroport : nœud de connexion entre des territoires, des passagers, des compagnies aériennes et les compétences de nos salariés. L’accent sera porté sur l’optimisation de nos infrastructures et de notre organisation, la recherche d’excellence, dans le but de devenir le choix préféré de nos clients et de nos collaborateurs, et sur le développement de nos activités afin de nourrir et partager la croissance durable. Pour 2020, nous avons pour objectif d’obtenir la juste rémunération des capitaux investis du périmètre régulé, à 5,4% ; le chiffre d’affaires par passager des boutiques côté pistes devrait atteindre 23 euros en année pleine après la livraison des principales infrastructures de la période 2016-2020 et les loyers externes de nos activités immobilières sont attendus en croissance comprise entre 10 et 15 % par rapport à 2014. Grâce à l’ensemble de ces leviers et sur la base d’une hypothèse de croissance du trafic de 2,5% en moyenne par an, nous avons pour objectif une croissance de l’EBITDA comprise entre 30 et 40% par rapport à 2014 ». Aéroports de Paris est l’un des seuls acteurs mondiaux présent sur l’ensemble de la chaîne de valeur aéroportuaire et capable de capitaliser sur l’ensemble de ses compétences. Fort de cet atout, le Groupe aspire à devenir un opérateur global et intégré des métiers aéroportuaires en confortant la compétitivité et l’attractivité de sa base parisienne au service de ses clients, de l’expansion de ses savoir-faire et du développement des territoires.

http://www.air-journal.fr/2015-10-13-trafic-aeroports-de-paris-41-en-septembre-hors-greve-5151800.html

Commentaire(s)

  1. Pourquoi ADP baisserait ses redevances, ils accueillent toujours + de passagers ? Par contre si à force de tirer sur la corde le principal client ne peut plus suivre …

    • Remember IBERIA :
      Les anglais débarquent, et « discrètement  » transfèrent le trafic chez BRITISH…
      2-3 ans après, restructuration indispensable pour sa survie d’IBERIA… Le chien hispanique avait la rage (ou la grippe espagnole comme vous voulez…)

      Si ce scénario arrive chez AF ce sera juste 100 000 chômeurs de plus en France (chez AF bien sûr, mais parmi les 300 000 emplois induits partout en France), donc 1 baisse de +/- 1 % de PIB…

      Soyez sûr que les personnels AF ne sont pas contre le changement, ils sont juste contre le projet que nous propose aujourd’hui la direction (qui n’oublie jamais de se gratifier d’émoluments sonnants et trébuchants…).

  2. kojack

    Il faudrait que monsieur justin fair cesse de débiter des conneries avec son copain Delaware, LA TAXE CHIRAC N’EST PAS PAYE PAR AIR FRANCE, MAIS PAR LES PAX. En outre, il semble l’oublier , mais ça arrange son syndicat, la taxe sur les passagers en correspondance à CDG la TAC collectée pour financer le budget annexe de la DGAC( montant de 70 millions) va être totalement supprimé au 1er janvier 2016 sur requête commune ADP/AF. Voila encore une belle preuve que nos PNT syndiqués de faction continuent de pratiquer la désinformation sur ce site.

    • Bonjour, sauf que les prix de ventes sont plafonnés…
      AF supporte donc cette taxe supplémentaire d’une manière ou d’une autre… Si AF répercute l’entièreté du montant de la taxe, AF serait trop chère… et ne vendrait pas !

      • kojack

        vous avez une étude économétrique pour démontrer ce que vous avancez en terme d’élasticité prix ?

        • Seriez vous de mauvaise fois ?!? Ou étudiant en économie (qui je vous le rappelle n’est pas une science puisque basée sur des hypothèses de marché pure et parfaite et ça se saurait si cela existait…).

          Mais bon… Moi y en a dire qd concurrent vend raz des pâquerettes moi devoir m’aligner sinon pas glop pas glop les ventes…
          Pas trop besoin de faire 1 école de commerce pour connaître cela…

  3. RAPPORT LE ROUX !!! LISEZ LE RAPPORT LE ROUX !!!…
    D’ailleurs ce monsieur est bien silencieux depuis le début de la crise du textile chez AF !

    Trop de taxes tue le chiffre d’affaires ! Suppression de la TAV : 1 bon début…

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum