DGAC : la croissance du transport aérien se confirme

air-journal_aeroport CDG roissy 2F

Les résultats de trafic dans les aéroports français le mois dernier (+13,3% par rapport à septembre 2014) se situent au-delà de l’effet rebond attendu après la grève des pilotes d’Air France en septembre 2014, annonce la DGAC dans son indice mensuel TendanCiel.

Publié le 21 octobre 2015, l’indice de la Direction Générale de l’Aviation Civile montre que le trafic intérieur, principal marché affecté par la grève en 2014, est naturellement celui qui connaît la plus forte progression en 2015 (+20,5%) ; néanmoins, il reste en-deçà de son niveau de 2013 (-1,1%). Sur ces deux ans, seules échappent à l’effritement les lignes transversales en Métropole (+0,3%) ainsi que le marché domestique ultramarin (+3,6%). Le trafic international a également connu une belle progression : +11,8% par rapport à 2014, +8,7% par rapport à 2013. Si la croissance s’étend à l’ensemble des continents, le rebond est évidemment plus marqué dans les pays où Air France est bien implantée, comme dans le cas du marché américain. Au-delà du simple effet conjoncturel, certaines tendances lourdes se maintiennent également : ainsi, des marchés peu impactés par la grève en 2014 affichent des taux de croissance à nouveau très élevés comme l’Union européenne et en particulier l’Espagne (respectivement +12,3% et +19,2% entre 2013 et 2015). À l’inverse, certaines destinations également plutôt épargnées, demeurent à la peine (Maroc, Russie, Turquie). Au terme du trimestre, seule l’Afrique en tendance annuelle dispose d’une tendance négative (-1,6%).

Les résultats mesurés en pavillon sont ceux sur lesquels se ressentent le plus intensément les effets et contre effets de l’épisode social de 2014, note la DGAC. Le différentiel de croissance entre acteurs s’élève à 30,2 points en faveur des transporteurs tricolores (il s’établissait à -32,1 points en 2014). En tendance annuelle, l’écart entre le pavillon français et ses concurrents est mécaniquement ramené de -4,7 à -1,4 points depuis le mois précédent. En part de marché, l’intégration des données de septembre au cumul annuel, atténue également le glissement du pavillon national (-0,3 point en données pax comme PKT et sensiblement équivalent sur l’intérieur et l’international).

L’essor du trafic s’est ressenti dans la fréquentation des dix premiers aéroports nationaux y compris ceux sur lesquels le conflit Air France a eu peu ou pas d’impact en 2014 (Bâle-Mulhouse, Nantes, Beauvais). Si pour l’ensemble des terrains (à l’exception de Marseille), les gains 2015 font plus que compenser les pertes de 2014, il n’existe cependant aucun rapport évident de proportionnalité entre ces deux chiffres : entre 2013 et 2015, la croissance de trafic approche ou dépasse les 20% à Bâle-Mulhouse et Bordeaux, franchit le cap des 10% à Nantes mais en revanche reste très modeste à Lyon (+0,4%) et même négative à Marseille (-1,9%).

En septembre, les indicateurs relatifs au retard ont également poursuivi leur amélioration. La proportion de vols retardés a régressé de 0,6 point par rapport à septembre 2014 et s’établit à 21,1% ; la durée du retard moyen a été réduite de 35 secondes et passe ainsi sous la barre des 12 minutes (11,9).

Le nombre de mouvements contrôlés en France métropolitaine continue d’observer une évolution positive. Les effets conjoncturels liés aux événements de septembre 2014 contrarient également particulièrement leur interprétation : le rebond des vols domestiques métropolitains (+7,2%) ne compense pas leur recul plus durable (-4,2% entre 2013 et 2015).

http://www.air-journal.fr/2015-10-22-dgac-la-croissance-du-transport-aerien-se-confirme-5152307.html

Commentaire(s)

  1. Flipflop

    Quand on voit l’impact saisissant d’une grève sur les chiffres du trafic, on ne comprend toujours pas l’entêtement de la direction d’Air France et de son actionnaire l’Etat à refuser de véritables négociations ouvertes et constructives!
    Quels grands patrons prendraient ce risque inconsidéré?

    • The Joke

      Quels grands patrons???

      Tous ceux qui raisonnent en base comparative avantages versus inconvénients, et qui ,étude faite, arrivent à la conclusion que l’impact d’un mouvement ponctuel dans le temps sera toujours inférieur à un autre impact: celui qui est la conséquence de ne rien faire……
      Et des deux impacts, le mortel à moyen terme est très souvent le second !!!!!!

    • Vincent

      @ FLIPFLOP

      Evidemment, c’est la faute des patrons, la lutte des classes est ranimée : pendons-les haut et court (et il s’en fallut de peu il y a quelques jours que le lynchage ne se termine ainsi).

      Excusons tout, surtout lorsque cela provient des staliniens de la CGT !

      Propos irresponsable et scandaleux !

      La solution AIR FRANCE est simple : une liquidation judiciaire, et repartir de zéro sans s’encombrer des néandertaliens-syndiqués.

      • … de la CGT et du SNPL . l’un ne va pas sans l’autre .

        • Donc à écoûter FlipFlop c’est la faute des patrons et à écoûter Vincent ou Allons c’est la faute des syndicats.
          Pour ma part j’ai vraiment du mal à me faire une opinion car pas mal d’informations ne sont pas divulguées pour comparer avec d’autres compagnies. Certains chiffres me chiffonnent quand même, les pilotes chez AIR FRANCE ne représente que 8% des employés de la compagnie contre 15 à 16% en moyenne pour la concurrence. Cela ne veut pourtant pas dire qu’il n’y a pas assez de pilotes chez AF. Il est vrai qu’AF emploie son propre personnel pour une bonne part de l’assistance en escale (même si ça évolue vers une externalisation de ces tâches) alors que la grande majorité des concurrents sous-traîtent (+ facile pour adapter la quantité de personnels en fonction de la saison et de la période de la semaine)
          Par contre il y aurait une proportion de cadre beaucoup plus importante chez AF que chez la concurrence.
          D’autre part est il totalement faux que la Direction d’AF n’a pris au sérieux que trop tardivement la menace low-cost (vs JL Spinetta qui disait qaund il était président d’AIR France que ça ne marcherait pas en France), qui a décidé de baisser le niveau des prestations quand les compagnies du Golfe ont fait le contraire ? Qui a investi des sommes faramineuses dans des acquisitions qui ont été de véritables Flop?
          Que les négociations avec le SNPL et la CGT soient difficiles je n’en doute pas mais dire que tout est de leur faute pour ce qui est de la situation actuelle d’Air France … Je n’ai aucun intérêt chez AF, j’essaye simplement de donner un avis objectif

    • Yvon

      Air France doit devenir rentable …. C’est une société commerciale…. La CGT et le SNPL refusent de le comprendre, chacune pour ses raisons….. Le droit acquit.
      Chaque année des milliers d’emplois en moins …… Jusqu’au dépôt de bilan ?
      Je suis Belge et la Sabena…. Du déjà vu…. Résultat … La faillite et rachat du fond de commerce par Lufthansa et personne n’a bronché ! Que du contraire ! Bien que tout le monde a perdu soit son emploi, soit son droit acquit !

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter