Ryanair signe avec les pilotes, négocie avec les PNC

air-journal_Ryanair-737-800-sol

La compagnie aérienne low cost Ryanair a conclut des accords salariaux de 5 ans avec l’ensemble des pilotes de ses 76 bases. Les négociations avec le personnel de cabine ont débuté.

Lors de son Comité d’Entreprise Européen (European Works Council, EWC) tenu le 25 novembre 2015 à Dublin, la spécialiste irlandaise du vol pas cher a annoncé que les accords signés avec l’ensemble de ses pilotes leur garantissent « des augmentations de salaire et la sécurité de l’emploi sur les cinq prochaines années ». Pas de détail, mais le quotidien Irish Times dit s’être procuré une copie des contrats proposés à l’aéroport de Dublin, première base de Ryanair : les commandants de bord se verraient accorder une augmentation du salaire de base de 2000 euros la première année, puis de 1000 euros les quatre années suivantes (6000 euros donc sur cinq ans), tandis que leur indemnité annuelle de 5000 euros serait augmentée de 500 euros (plus une nouvelle indemnité de 500 euros pour le temps passé en simulateur de vol). Le journal ne fournit pas de montants pour les copilotes, qui recevraient toutefois la même somme pour le temps en simulateur, mais souligne que des rapports contestés mentionnent des salaires de base annuels de 62.500 euros et 21.000 euros respectivement pour les commandants de bord et seconds officiers. Toujours selon le Irish Times, Ryanair aurait également « amélioré les vacations fixes » avec cinq jours de travail et trois de repos, sans toutefois détailler le nombre d’heures de travail par jour.

Le président du syndicat des pilotes irlandais IAPA Evan Cullen parle d’un « communiqué confus » qui représente « un nouveau plus bas dans la présentation de la réalité » : ces accords ne représenteraient pour lui que la moitié des pilotes de la low cost, et pas ceux travaillant sous le statut d’auto-entrepreneur.

En ce qui concerne les hôtesses de l’air et stewards, Ryanair explique avoir lancé des négociations « après que ses deux plus grandes bases de Dublin et Londres-Stansted ont voté (à bulletin secret) en faveur d’accords de cinq ans, intégrant des augmentations de rémunération, des périodes de travail améliorées et de rapides possibilités de promotion ». Après des semaines de négociation entre Ryanair et ses représentants élus du personnel de cabine, « sur la base de structures bien établies de négociation collective », les PNC de Ryanair dans ses deux bases « ont voté à plus de 90% » en faveur des nouveaux accords salariaux de cinq ans qui offriront : des augmentations de rémunération et d’indemnités chaque année durant les quatre prochaines années, des périodes de travail fixes améliorées avec 5 jours de travail, 3 jours de repos (un jour férié chaque semaine), des prestations maladie améliorées ». La low cost ajoute à cette liste de nouveaux uniformes pour le personnel de cabine, et « plus de possibilités d’avancement avec le programme sur 8 ans de Ryanair de se doter de 400 appareils ».

Eddie Wilson, directeur des Ressources Humaines de Ryanair, déclare dans un communiqué : « les derniers 10 mois ont été une période particulièrement chargée pour le personnel de Ryanair. Non seulement nous sommes dans la deuxième année de notre programme d’amélioration “Always Getting Better”, alors que nous avons des taux de remplissage en augmentation et une croissance du trafic qui fait figure de record dans l’industrie, mais nous avons également travaillé dur en coulisses pour négocier et conclure des accords salariaux pour nos équipes en première ligne ». A propos des PNC, il explique que le processus va se poursuivre dans les 74 autres bases à travers l’Europe. Et affirme que le fait que Ryanair mette à profit sa performance financière pour améliorer la rémunération et les conditions du personnel « souligne le succès continu des structures de négociation collective de Ryanair, qui continue d’offrir des améliorations de rémunération et de conditions ainsi que la sécurité d’emploi pour ses pilotes et son personnel de cabine à un moment où nos confrères d’autres compagnies aériennes font face aux réductions d’emploi et de salaires ou sont impliqués dans des grèves ». Il conclut que Ryanair est « extrêmement fière » du fait que, pendant ces 30 ans, « nos clients n’ont jamais souffert d’une grève engendrée par le personnel de Ryanair. Il s’agit d’un record inégalé par toute autre compagnie aérienne, et nous sommes certains qu’avec ces nouveaux accords salariaux de cinq ans, nous pourrons maintenir ce record au moins jusqu’à 2020 ».

http://www.air-journal.fr/2015-11-26-ryanair-signe-avec-les-pilotes-negocie-avec-les-pnc-5154105.html

Commentaire(s)

  1. Ryanair…. ou l’esclavagisme des temps modernes….

    • …où personne n’oblige personne à signer chez eux (cf. définition de l’esclavagisme)…

    • nom

      Jette un coup d’oeil à la définition du mot « esclavagisme » dans un dictionnaire.
      D’autre part, pour ceux qui passent par la case Ryanair, il s’agit d’un tremplin vers de bien meilleures conditions de travail par la suite. Tu peux aussi attendre chez toi le super contrat avec tous les avantages sociaux qui vont bien en espérant faire toute ta carrière au même endroit sans jamais te poser de question ou tu peux aller de l’avant, faire ton expérience aussi vite que possible et aller d’opportunités en opportunités et avoir une carrière riche et passionnante. Ca dépend de l’état d’esprit ; mais quand on a une mentalité de fonctionnaire assortie d’une bonne dose de syndicalisme, il faudra s’armer de patience avant de commencer une carrière de navigant avec la bon contrat franco français, complémentaire bas de gamme mais payée par l’employeur et la cerise sur le gâteau, l’espoir d’une retraite.

      • Le problème c’est que bientôt il n’y aura que la case RYR dans la carrière d’un pilote, car avec leurs techniques expansionnistes basées sur le contournement des règles, ils auront bientôt bouffé tout le monde. Urgence !

        Critiquer RYR et ses techniques frauduleuses notamment sur le personnel (75% de FO en freelance, aberrant) ne veut pas nécessaire dire qu’on est fonctionnaire syndicaliste radicalisé et qu’on attend le job en or sur son canapé. Ta vision est simpliste.

        Pour les PNC, tu vois très bien comment ils trimment chez RYR. Tout ça pour un salaire de misère, des plannings foireux, ce à quoi il faut ajouter le coût de la formation, le costume, les logements insalubres loués au black près des bases etc… Alors que les actionnaires se vantent de faire 1000000000 EUR de bénéfice en 6 mois, on est bien dans l’esclavagisme moderne.

  2. Mokra

    Ces posts à répétition sont navrants. Entre celui dont le but dans la vie est de guetter chaque article de ce type pour placer « Israël » dans son commentaire et les innombrables syndicalistes qui déversent leur rage depuis des années, on a parfois un peu mal aux yeux dans ce joyeux mélange « 100 % folie ». RYR est là pour durer, est absolument incontournable, même sans subvention aura tjrs des coûts salariaux infiniment moins élevés que les autres donc… Faites-vous une raison, ou faites-vous aider !!

    • t’es pas obligés de lire les commentaires, ni de chercher à comprendre le phénomène Ryanair

    • J’ai relus l’article et les commentaire 3 fois mais il n’est fait aucune mention de Israel.. ou alors j’ai confondu mon cafe du matin avec du Red Bull… 🙂 Je suis personnellement un entrepreneur et Je ne pense pas qu’il y ait de nombreux syndicalistes sur ce site et même si c’était le cas, ou est le problème ? C’est ce qu’on appelle la liberté d’expression en démocratie.

      Ryan Air est un cas unique dans les annales des compagnies aériennes et qui est sujet a de nombreuse controverses dans le business plan: sucrer le max de subventions locales, proposer des contrats de travail proches du dumping et du chantage permanent, etc.. Il es tronc très facile pour eux d’engendrer de bénéfices comme cela (si tous les entrepreneurs pouvaient bénéficier de ce genre de subventions, on seraient tous millionnaire). Je pense personnellement que pour Ryan Air, en particulier il y a clairement une distorsion de concurrence sur le marche et que ils se devraient de rembourser les aides perçus d’autant plus maintenant aux vues des bénéfices engendres (notamment via l’argent public). Malheureusement, ils jouent sur les lenteurs administratives et judiciaires dans les pays respectifs et surtout a Bruxelles pour tailler des croupières aux autres compagnies (low cost ou pas). Le pire étant que les gens sont égoïstes, ils critiquent tout mais sont les 1er a prendre Ryan Air pour bénéficier des prix bas, donc ne font que alimenter et approuver ce modèle en volant avec eux. Personellement je ne cautionne pas leurs modèle donc je n’ai jamais vole avec eux et je ne risque pas de la faire…. chacun assume ses choix.
      Bonne journée

  3. Justin Fair

     » il s’agit d’un tremplin vers de bien meilleures conditions de travail par la suite. »
    Où? La Chine, pour un temps encore? Le « bac à sable »? En France, tu oublies! Les perspectives de « carrière riche et passionnante », de  » complémentaire » et de « l’espoir d’une retraite » s’amenuisent grandement au fil du temps…

    • nom

      Oui, dans le « bac à sable » par exemple. J’imagine que tu n’as que du mépris pour cet endroit ; personnellement j’y ai justement trouvé une carrière riche et passionnante, une très agréable qualité de vie pour ma famille et moi pour 5 fois ce que je gagnais en France. Il y a aussi effectivement des opportunités en Chine, des niches à plus de 200 000$ par an à faire du corporate ou de l’aviation d’affaire. Il y a aussi pas mal d’argent à faire en s’accommodant de la précarité relative de voler au contrat.
      D’ici 5/10 ans, les opportunités seront sûrement ailleurs (Inde, Afrique????)
      Comme tu dis, les perspectives s’amenuisent grandement au fil du temps puisque les pilotes (pour ne parler que des PNT) se bousculent au portillon des compagnies de leur pays respectif. Quant aux compagnies françaises, on connait bien leurs multiples problèmes pour ne pas se faire trop d’illusion.
      Dans la vie, on peut voir un monde d’opportunités ou on peut voir tout en gris, au choix.

  4. Pas de grève en 30 ans?
    Le RPG serait donc divisé et infiltré ?
    (Il y a 30 ans il avait un Cessna et un PA28, disons donc depuis 15 ans)

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum