2015 : bon millésime malgré tout pour le trafic aérien français

air-journal_aeroport CDG roissy 2F

Le transport aérien français a continué en décembre à subir les effets des attentats de Paris du 13 novembre selon la DGAC, avec une baisse du trafic passager de -1,2% par rapport à décembre 2014. Néanmoins, en frôlant le seuil des 150 millions de passagers, 2015 constitue un bon millésime pour le trafic français avec un taux de croissance (+3,5%) supérieur à ceux de 2014 (+2,9%) et 2013 (+2,5%).

Dans son indice mensuel TendanCiel publié le 22 janvier 2016, la Direction Générale de l’Aviation Civile précise que le mois dernier, la tendance du marché intérieur (-1,1%) est emportée par les liaisons radiales en net repli (-4,4%) alors que les autres segments sont en progrès : les liaisons transversales en Métropole (+0,8%) et le marché domestique touchant l’Outre-mer (+5,4%). Sur l’ensemble de l’année, le marché national augmente de +0,9% et repasse le cap des 30 millions de voyageurs ; en Métropole, les lignes transversales (+1,2%) conservent en tendance annuelle un léger avantage sur les radiales (+0,8%) ; si le trafic intérieur ultramarin est le segment où l’évolution est la plus significative (+3,0%), les liaisons entre la Métropole et l’Outre-mer restent stables (+0,1%).

Le trafic international a reculé en décembre de -1,2%. Comme pour les mois précédents, l’Amérique constitue le marché le mieux orienté (+1,9%), et le seul à conserver une évolution positive en décembre. Fait exceptionnel, la zone Asie-Pacifique est le continent avec l’évolution la plus défavorable ce mois-ci (-3,9%). En termes de pays, Chine (+10,8%), Canada (+9,5%) et Inde (+7 ,0%) restent les principaux fers de lance de la croissance ; à l’inverse, Brésil (-6,2%), Italie (-7,7%), Tunisie (-7,9%), Russie (-14,0%), Japon (-27,3%) sont en baisse en décembre. Sur l’année, le trafic international a progressé de +4,2% avec une croissance relativement homogène sur l’Europe, l’Amérique et l’Asie (entre 5,4 et 5,9%) alors que l’Afrique est restée orientée à la baisse (-1,8%). Fait notable, avec 12,1 millions de passagers (+10,1%), l’Espagne est devenue en 2015 le premier partenaire aérien de la France au détriment du Royaume-Uni (+4,0%). Dans le reste du Monde, Inde (+16,4%), Chine (+12,8%), Canada (+9,6%), États-Unis (+6,6%) et Algérie (+5,2%) figurent parmi les principaux animateurs du marché alors que la position du Maroc, du Japon (tous deux à -4,5%) et de la Russie (-14,2%) s’est significativement affaiblie.

Côté pavillon, en décembre les transporteurs hexagonaux ont vu leur activité fléchir sur le marché domestique (-2,8%) et plus encore à l’international (-3,5%), le différentiel de croissance en faveur de leurs concurrents étant de 3,9 points tous trafics confondus. En cumul annuel, celui-ci s’établit à 1,8 point pour 2015. En part de marché, le lent effritement du pavillon français s’est poursuivi en 2015 (-0,5 point en pax, -0,2 point en PKT), avec une quasi-stabilité à l’international mais une baisse un peu plus marquée sur le marché intérieur (-0,5 point en pax, -0,3 en PKT).

En ce dernier mois de l’année, la fréquentation des dix premiers aéroports nationaux a évolué de manière assez contrastée. Paris a connu une baisse de trafic assez sensible (-2,7%), plus importante à Roissy (-3,3%) qu’à Orly (-1,7%). En région les évolutions à la hausse comme à la baisse restent mesurées à l’exception de Nantes (+8,1%) et Beauvais (-7,7%), où l’activité a très significativement évolué mais en sens opposé. Sur l’ensemble de l’année, tous ces aéroports ont observé une croissance de leur trafic. Au final, Bâle-Mulhouse (+8,1%) connaît la plus forte hausse ; Bordeaux (+7,7%), Beauvais (+7,6%) et Nantes (+5,7%) ont également notablement renforcé leur attractivité et Paris a progressé, respectivement +3,1% et +2,8% à Roissy et à Orly.

Bénéficiant d’un début d’hiver plus clément qu’en 2014, les indicateurs de retard enregistrent un net rétablissement ce mois-ci : diminution de 3,1 points de la proportion des vols retardés de plus d’un quart d’heure au départ, réduction du retard moyen de 1,8 minute. Enfin en décembre, le nombre de mouvements contrôlés en France métropolitaine a augmenté de façon modérée (+0,8%). Sur l’ensemble de l’année 2015, la progression des survols (+2,3%) et des vols internationaux et avec l’Outre-mer (+1,6%) a permis de compenser la diminution des vols domestiques métropolitains (-1,3%).

 

http://www.air-journal.fr/2016-01-25-2015-bon-millesime-malgre-tout-pour-le-trafic-aerien-francais-5157052.html

Commentaire(s)

  1. Scaferlati

    Des résultats contrastés, en effet. On voit que la plupart de aéroports régionaux (dits « départementaux ») ne progressent pas. Nouvelle preuve qu’il y a trop d’aéroports en France. Un ou deux par Région suffirait. A Montpellier, avec Béziers et Nimes, on se pose enfin la question.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter