KLM : le Oslo – Amsterdam au biocarburant

air-journal_KLM-biocarburant

La compagnie aérienne KLM Royal Dutch Airlines proposera au printemps des vols alimentés au biocarburant entre Oslo et Amsterdam, l’aéroport de la capitale norvégienne proposant désormais ce type de carburant à tous ceux qui le désirent via les pompes ordinaires.

La compagnie nationale néerlandaise du groupe Air France-KLM précise dans son communiqué du 22 janvier 2016 qu’une série de vols verts entre l’aéroport d’Oslo-Gardemoen et sa base à Amsterdam-Schiphol sera mise en place au printemps, tirant profit du système de distribution inauguré samedi. KLM ne précise pas combien de vols seront concernés, elle qui propose pendant son programme estival huit rotations quotidiennes entre les deux villes, mais seuls les Embraer 190 de sa filiale Cityhopper en bénéficieront. Elle explique que cette initiative fait partie du projet ITAKA (Initiative Towards sustAinable Kerosene for Aviation), un consortium financé par la Commission européenne pour développer l’utilisation de carburants plus écologiques. Ce nouveau test mené en coopération avec l’avionneur brésilien permettra de tester l’efficacité du biocarburant comparé au fuel d’aviation habituel ; des essais similaires avaient déjà été menés par KLM avec Airbus et Boeing.

Depuis samedi, l’aéroport Gardemoen est le premier au monde à proposer à toutes les compagnies aériennes qui le souhaitent de se ravitailler en biocarburant via le système normal de pompes, sans donc avoir à passer forcément par un camion-citerne (qui resteront toutefois disponibles) et avec une diminution « significative » des coûts associés. Outre la compagnie néerlandaise, Lufthansa et SAS Scandinavian Airlines ont signalé l’intention de s’y ravitailler. C’est le résultat de la coopération entre Avinor, gestionnaires des aéroports norvégiens, et Air BP qui promet la fourniture de 1,25 millions de litres de biocarburant à l’aéroport, et plus dans les prochaines années. Ce carburant est fourni par la société finlandaise Neste Porvoo via Sky Nrg. KLM avait déjà effectué en 2014 des vols alimentés au biocarburant entre Amsterdam et Bonaire ; « ils font partie de nos efforts pour réduire les émissions en CO2 de 20% d’ici 2020 par rapport aux niveaux de 2011 », précise Inka Pieter, directeur Stratégie Environnementale chez la compagnie de l’alliance SkyTeam.

KLM rappelle que ces vols sont rendus possibles par les partenaires du programme Corporate BioFuel, dont les entreprises (rejointes depuis peu par la banque ABN-AMRO) paient la différence entre le fuel ordinaire et le biocarburant – participant de fait au financement de la recherche, dont pourrait profiter leur flotte privée.

@Oslo Airport

@Oslo Airport

http://www.air-journal.fr/2016-01-25-klm-le-oslo-amsterdam-au-biocarburant-5157062.html

Commentaire(s)

  1. Une très bonne initiative. Plus d’aéroport seront équipés, plus les compagnies les utiliseront. Comme pour les voitures électriques

  2. Vincent

    « (Initiative Towards sustAinable Kerosene for Aviation), un consortium financé par la Commission européenne pour développer l’utilisation de carburants plus écologiques »

    Ben ! Voyons ! Le bio-carburant écolo ! ! ! Qui peut encore croire à de telles sornettes, à part les clowns de la Commission Européenne ? Même si l’on ne nous dit rien sur l’origine soi-disant « bio » de ce carburant, on devine aisément qu’il est issu de l’agriculture intensive, fortement polluante ! ! ! Et le pire, c’est que cette farce est financée avec nos impôts !

    C’est comme le déplacement écolo-électrique : sauf que personne n’a songé que l’on ne produit pas de l’électricité en pédalant.

    • Alain45

      C’est vrai aujourd’hui mais on n’est qu’au début des bios carburants dont la famille s’élargit.

      Il n’y pas que les cultures intensives, des essais ont déjà été faits à partir d’algues.

      Des biocarburants dits de deuxième génération sont développés pour se substituer, au moins partiellement, au kérosène. Un premier vol d’essais a eu lieu le 30 décembre 2008 sur un Boeing 747-400 d’Air New Zealand dont un des réacteurs RB 211 a été alimenté avec 50 % de Jet-A1 et 50 % de carburant à base de Jatropha curcas. Il a été suivi d’un autre le 7 janvier 2009 sur un Boeing 737-800 de Continental Airlines dont un des moteurs CFM56-7B a été alimenté par un mélange de moitié de kérosène traditionnel et pour moitié d’huiles de jatropha (végétal poussant en zone aride) et d’algues. À chaque fois, les mélanges se sont comportés sans altérer le fonctionnement des moteurs, sinon une légère baisse de consommation de 1 à 2 %.

      Les biocarburants à partir d’algues, algocarburant, sont dits de « troisième génération ».
      C’est probablement à partir des cultures de microalgues, d’un point de vue théorique 30 à 100 fois plus efficaces que les oléagineux terrestres d’après certains auteurs (10 à 20 fois plus qu’avec le colza ou le tournesol selon le CEA qui à Cadarache (« Héliobiotec67 » et sa ‘banque’ de microalgues et de cyanobactéries) cherche depuis le début des années 2000 à sélectionner les organismes les plus prometteurs68), que des biocarburants pourront être produits avec les meilleurs rendements, rendant ainsi envisageable une production de masse (par exemple pour l’aviation), sans déforestation massive ni concurrence avec les cultures alimentaires.

    • C’est pourtant ce qui nous attend si on veut développer l’usage de l’électricité tout en supprimant le nucléaire (lol).. MM les écolos , on attend votre démonstration!

    • Mnbee

      +1 Vincent !

      Tu as tout dis…

  3. EPL 1986

    La question que je me pose est la suivante : A l’instar des automobiles, l’utilisation de ce carburant permet-il une augmentation de la puissance des réacteurs de l’ordre de 20 % ?

  4. pont de vue cynique:
    Le nombre de compagnies aériennes « leader » dans le domaine des biocarburants est impressionnant. Le « green-washing » marche à plein et les département marketing aussi. La planète devrait donc être sauvée incessamment sous peu…

    point de vue enthousiaste:
    toutes les initiatives sont bonnes à prendre, vue l’urgence.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter