ANA et Japan Airlines suppriment la surcharge carburant

air-journal_ANA All Nippon Airways Star Wars R2D2close

Les compagnies aériennes ANA (All Nippon Airways) et Japan Airlines ont annoncé leur intention de supprimer complètement la surcharge carburant, à condition que le cours du pétrole, au plus bas depuis douze ans, se montre stable sur une période de deux mois. L’impact sur le prix du billet d’avion se ferait sentir à partir d’avril.

Les deux plus grandes compagnies japonaises se préparent à suivre l’exemple de la majorité de leurs consœurs asiatiques, alors que le cours moyen du kérosène d’aviation à Singapour est passé en-dessous du niveau à partir duquel leur gouvernement interdit la surcharge, et ce depuis un bon moment. Japan Airlines et ANA avaient déjà supprimé cette surcharge sur les vols décollant depuis des aéroports étrangers, et en feront donc de même pour le reste de son réseau si le cours du kérosène d’aviation à Singapour reste en-dessous du niveau officiel pendant deux mois ; chez ANA par exemple, la surcharge par personne pour un aller simple Japon – Europe est actuellement fixée à 54 euros (tarif du 1er décembre 2015 au 31mars 2016).

La compagnie de Star Alliance (ANA) et sa rivale de Oneworld (JAL) doivent annoncer leur décision dans le courant février, la disparition totale de la surcharge devant intervenir à partir du début avril. Elles rejoindront alors les Korean Air, Asiana Airlines, AirAsia, Qantas, Virgin Australia ou autres chinoises Air China, China Eastern Airlines, China Southern Airlines et Xiamen Airlines (voire la défunte Transaero) qui ont toutes supprimé cette pratique depuis longtemps. En Asie, on remarquera que Cathay Pacific n’a toujours pas touché à la sienne, et que Singapore Airlines n’a fait que baisser la sienne.

Rappelons que les compagnies aériennes, principalement depuis 2005, facturent en plus du prix du billet d’avion proprement dit une surcharge carburant, repérable par les codes YQ ou YR. A tout moment de l’année, elles peuvent l’imposer ou la faire varier en fonction des cours du pétrole, avec des niveaux pouvant dépasser 300 euros sur des vols long-courrier. Mais les cours actuels, au plus bas depuis 2003, rendent le maintien de cette surcharge difficilement acceptable par les passagers. « La baisse du cours du baril de pétrole met en lumière la nécessité de réformer l’exception  » hausse carburant » qui régit le secteur du transport aérien », estime Fabrice Dariot qui dirige l’agence en ligne Bourse-des-vols.com . « Cette situation d’exception économique qui permet de rajuster des tarifs a posteriori, est source d’opacité et d’abus. Ces hausses souvent injustifiées, jamais détaillées… ont même parfois été déguisées en taxe aéroportuaires non remboursables : les fameuses YQ et YR. Tout ceci porte atteinte au pouvoir d’achat du consommateur« .

http://www.air-journal.fr/2016-01-29-ana-et-japan-airlines-suppriment-la-surcharge-carburant-5157232.html

Commentaire(s)

  1. Belle initiative qu’on ne peut que saluer !

  2. Comme toujours, la hausse est toujours rapide a appliquer, par contre la baisse prend du temps.

    • Beh tous simplement les grandes compagnies achetent a l’avance de tres tres grande quantité de Kérozene. Et acheté au prix fort pendant des années bien entendu !

      Quand y a une baisse c’est qu’ils sont passé sur d’autres prix etc..

      • Eh non, vous tombez dans le piege de communicationn des compagnies.

        • C’est vous qui avez tord, je travaille dans ce secteur et le confirme: Les programmes d’achats en Jet A1 sont établis sur des contract pluri-annuels par les compagnies aériennes, ils peuvent reperpucter la baisse uniquement quand ils passent sur un nouveau contrat plus avantageux. Pensez vous sincèrement qu’une compagnie aérienne va comme une voiture a une station service pour faire le plein de ses avions??? faut revenir sur terre…

      • Vincent

        Il s’agit en réalité d’un mécanisme complexe, à se demander s’il n’est d’ailleurs pas conçu pour que le consommateur s’y perde.

        La réalité est néanmoins celle-ci : les compagnies, de leur aveu même, améliorent notablement leurs résultats grâce à l’effondrement des cours du pétrole.

  3. Au prix du pétrole actuellement - 29 janvier 2016 à 14 h 10 min
    Au prix du pétrole actuellement

    Ce sont des « sous-charge » carburant qui devraient être instituée….

    Quand on se fait des tarifs avec un pétrole a 70$, on met une SURcharge s’il est a 100/120$….mais on devrait mettre une SOUScharge quand il est a 30/40$….

  4. C’est juste « cosmétique », les prix étant libres rien n’empêchera de basculer la baisse de la surcharge vers le tarif net du trajet et comme c’est le marché qui en définitive fixe les prix, nous constatons via la baisse de la recette unitaire des compagnies que le consommateur a déjà bénéficié de la baisse des cours du pétrole. Le pêcher originel vient de l’instauration de cette surcharge, il aurait été plus logique d’appliquer directement une hausse des tarifs plutôt que d’appeler ceci une surcharge liée au carburant, mais c’est de la sémantique pour mieux faire avaler au consommateur la hausse des tarifs suite à l’explosion du carburéacteur au début de la décennie.

  5. Et chez AF, c’est pour quand?

  6. fred06

    Cela permet de ne pas commissionner les agences sur ce montant et de facturer les billets prime au prix fort! Et de ne pas rembourser cette fausse taxe en cas d’annulation…une grosse arnaque!

  7. Chez AF, c’est comme chez TOTAL.
    Si le prix du baril baisse, c’est tant mieux pour eux, si il augmente, c’est tant pis pour vous..

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum