Ryanair annonce une base à Bucarest

air-journal_Ryanair aircrafts

La compagnie aérienne low cost Ryanair ouvrira fin octobre une nouvelle base à Bucarest, sa deuxième en Roumanie après celle de Timisoara. Deux « nouvelles » liaisons, vers Athènes et Timisoara justement, seront créées.

A partir du 30 octobre 2016, la 81e base de la spécialiste irlandaise du vol pas cher accueillera trois Boeing 737-800 de 189 places à l’aéroport de Bucarest-Henri Coanda, soit un investissement de 300 millions de dollars. Ryanair y prolongera pour l’hiver la nouvelle liaison quotidienne vers Athènes (qui doit voir le jour le 27 mars), en concurrence avec Aegean Airlines et Tarom, et inaugurera une double rotation quotidienne vers Timisoara-Traian Vuia, où sa 78e base sera inaugurée début novembre, cette fois face à la seule Tarom.

La low cost offrira alors dix routes dans la capitale roumaine (Bologne, Charleroi, Dublin, Londres-Stansted, Madrid, Milan-Malpensa, Milan-Bergame, Rome-Ciampino sont déjà proposées), de quoi transporter 1,4 millions de passagers par an et « soutenir plus de 1000 emplois sur site » avec une augmentation de 75% de l’offre à 90 vols par semaine. La base permettra à Ryanair de renforcer en particulier les liaisons vers et depuis Charleroi (neuf rotations hebdomadaires), Malpensa (un vol quotidien) et Dublin (5 vols par semaine).

Le CEO de Ryanair Michael O’Leary explique dans un communiqué que le programme d’hiver à Bucarest, avec ses vols vers Londres (2 par jour), Rome (2 par jour) ou Madrid (1 par jour), sera « idéal pour les voyageurs d’affaires comme pour les passagers loisir ». Les deux nouvelles bases roumaines font « partie de notre stratégie de multiplier les routes et renforcer le trafic aérien en Roumanie, afin d’y soutenir l’emploi et développer le tourisme », ajoute-t-il. Ryanair a en outre lancé une version en roumain de son site internet ; toutes les routes depuis Bucarest sont ouvertes à la réservation.

http://www.air-journal.fr/2016-02-17-ryanair-annonce-une-base-a-bucarest-5158164.html

Commentaire(s)

  1. Ah, la « spécialiste irlandaise du vol pas cher » (pour reprendre l’éternelle expression du deuxième paragraphe) et son fabuleux programme Always Getting Better (meme pas mentionné dans l’article) enverra ses pilotes fraichement sortis de leur formation intégrée à 130 milles (131k avec le Bouse A20) à OtoPénis avec leur limited company irlandaise …

  2. DeBruges

    Peu à peu la compagnie Ryanair s »éloigne donc de la France et de ses aéroports régionaux qui l’ont grassement nourrie pendant vingt ans.

    • Nostalgic

      Un réglementation spécifiquement française fait que Ryanair ne peut établir de base en France dans les conditions où cette compagnie peut en établir dans tous les autres pays d’Europe. Je suis sûr que Ryanair ne demanderait pas mieux que d’établir des bases en France : Marseille, Beauvais, etc si les conditions étaient les mêmes que dans le reste de l’Europe.

      • Honnêtement le passager Ryanair s’en moque que l’avion et le personnel « dorment » à Beauvais Marseille ou Barcelone.
        Je dirais même plus le fait que ce ne soit pas des bases évitent en théorie des retours en France très tardifs ou des décollages à pas d’heure.
        Et Ryanair s’amuse à faire décoller ses avions des bases un peu secondaires pour justement faire des trajets sur Beauvais
        Par exemple Gerone Beauvais puis Beauvais Trevise( près de Venise) retour sur Beauvais et ce n’est que la qu’ils rentrent à Gérone.

    • Pour information Ryanair a annoncé il n’y a pas si longtemps son arrivée à Toulouse qui il me semble est en France. Certes ce ne sera pas une base. si on rajoute une augmentation des capacités notamment sur Beauvais, Ryanair est loin de déserter la France. Et si elle le faisait la compagnie orange ou celle aux couleurs de Bonne Maman, en n’oubliant pas bien sûr Vueling, n’hésiteraient pas à en profiter.

  3. flyrelax

    en ce qui concerne la France Ryanair est toujours sous le coup de poursuites (on va nommer cet épisode Marseille  »deux ») après avoir été sévèrement condamnée dans Marseille  »un » pour fraude aux prestations sociales :

    10 petits millions d’euros qu’elle a du payer contrainte et forcée :

    d’autres litiges, liés à l’application des règles européennes sur le travail et les bases, sont en cours, pas seulement chez nous !

    mais dix millions d’amende et charges sociales françaises , comparés au milliard trois de bénéfice que David Bonderman et ses amis ont transféré comme dividendes aux USA et en Israel (et accessoirement en Irlande) c’est peanuts effectivement

  4. Baron

    C’est Wizzair qui va faire la gueule …

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter