Air France gagne en appel contre ses pilotes

aj_pilote_air-france

La compagnie aérienne Air France a gagné son procès en appel contre le syndicat de pilotes SNPL, condamné en première instance en octobre dernier pour avoir bloqué l’application du plan de restructuration Transform 2015. La reprise des négociations, prévue le 10 mars, risque d’être tendue.

La compagnie nationale française s’est félicitée le 25 février 2016 de la décision de la Cour d’appel de Paris, un porte-parole de la direction expliquant dans Challenges qu’elle souhaite « que cette étape puisse favoriser la poursuite du dialogue engagé entre les organisations représentatives des pilotes et la direction d’Air France tourné vers la compétitivité et le développement de l’entreprise ». La décision judiciaire, qui autorise l’arbitrage du PDG Frédéric Gagey, devrait permettre « le respect et la finalisation des accords conclus dans le cadre du Plan Transform 2015 Pilotes », ajoute-t-il.

Le 16 octobre 2015, le TGI de Bobigny avait déjà donné raison à Air France dans le litige qui l’opposait au Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL Air France ALPA), accusé de bloquer les dernières mesures du plan de restructuration mené entre 2012 et 2014. La compagnie, déçue par l’absence de progrès après sept mois de négociations avec le syndicat majoritaire de pilotes, avait en effet porté l’affaire en justice : elle affirmait alors le SNPL de n’avoir rempli que 65% de ses engagements signés en 2012, alors que des rapports montrent que le personnel au sol a atteint 100% et les hôtesses de l’air et stewards 96% des leurs. L’objectif visé était un gain de productivité de 20% pour l’ensemble du personnel ; les pilotes n’en seraient qu’à 13%, expliquait la compagnie à l’époque.

Le SNPL Air France ALPA n’a pas réagi directement hier soir à la décision de la Cour d’appel, mais il a toujours accusé Air France de n’avoir pas elle-même rempli ses obligations dans le cadre de Transform 2015. Son porte-parole Emmanuel Mistrali a toutefois prévenu dans l’Express : toute tentative de « passage en force » sur Transform 2015 déclenchera non seulement de nouveaux procès, mais aussi la suspension des négociations. Le début de ces négociations sur Perform 2020, prévu initialement en septembre dernier mais désormais fixé au 10 mars, ne pourra avoir lieu tant que le plan précédent n’aura pas été bouclé. Le ton n’était guère plus engageant en début de semaine, quand le syndicat dénonçait la schizophrénie de la direction d’Air France.

 

http://www.air-journal.fr/2016-02-26-air-france-gagne-en-appel-contre-ses-pilotes-5158598.html

Commentaire(s)

  1. juju

    Et donc , on se dirige vers une grève du SNPL !

  2. Et bien tant pis pour eux ou bien fait pour eux, vive la REPUBLIQUE, vive la FRANCE.

  3. JCD

    Allez, on va encore avoir droit à la rengaine habituelle: SNPL=cancer de l’aérien, avantages exorbitants, allez bosser dans les compagnies du GOLF(e), co-gestionnaires , etc… Messieurs, lâchez vous!!!

  4. Tout dout les top gun il reste encore cassation si le snpl veut aller chialer

    • POUR ALLER EN CASSATION IL FAUT ,UN MOTIF DE CASSATION , CE QUI N EST PAS LE CAS DANS CE DOSSIER ASSEZ SIMPLE.
      DE PLUS LA DECISION D APPEL A FORCE DE CHOSE JUGEE ET L APPLICATION NE PEUT ETRE SUSPENDU PAR UN POURVOI EN CASSATION, LA DIRECTION A MAINTENANT LES MAINS LIBRES QU ILS TAPENT VITE ET FORT SUR LES PNTs , UN ACCORD SE DOIT D ETRE RESPECTE.

  5. Mais jusqu’à quel point les oeillères de ces imbéciles d’ultra-syndicalistes les empêcheront de se rendre compte qu’ils font, seuls, couler leur boîte ?

    Refus de négocier, refus d’appliquer les engagements, refus de tout changement, menaces permanentes de grèves, refus de se séparer de privilèges qui plombent la rentabilité et la compétitivité et, au final, on va arracher une chemise d’un DRH parce qu’il annonce des mesures de licenciement dans l’unique but de maintenir sa compagnie à flot.

    Cette pensée jusque-boutiste va non seulement faire couler la boîte, mais aussi mettre des centaines / milliers de gens au chômage. Mais je me demande si ce n’est pas leur objectif caché, à ces extrémistes…

  6. webby

    Le jour ou le SNPL comprendra que les Pilotes d’Air France ne sont pas différents de ceux des autres compagnies aériennes dans ce vaste monde ….il arrêtera ces luttes d’arrière garde ..contre des habitudes et des avantages éhontés d’un autre temps . menant leur compagnie dans le mur et rendant sans effet les efforts des autres personnels au sol ou PNC qui eux ont compris …!
    Arrêtez de vouloir faire la stratégie à la place des personnes en charge , voler au moins 750 h par an comme tous vos semblables …. et ne vous prenez pas pour le nombril du monde ..et tout ira mieux pour la pérennité de Air France ..Et les oiseaux continueront de voler sans vos conseils !

  7. biz

    Une decision de bon sens, le SNPL continue tout simplement son jeu sectaire et égoïste, arcboute sur leurs privilèges et avec beaucoup de mépris pour les autres catégories de personnels qui eux ont réalisés les efforts demandes. ils portent en eux une lourde responsabilité dans la situation actuelle (pertes de 500 millions d’euros suite a leurs grève indécente. Qu’ils exécutent ce qu’ils ont signe !!!! et ensuite retournent a leurs cockpit, conduisent leurs bus ailée du point A au point B car c’est tout que on attend d’eux au lieu de s’ingérer dans le management de l’entreprise sans compétence aucune !!!!

  8. Norbert B

    Le SNPL est un cancer diagnostiqué depuis 20 ans qui fédère la masse inculte et corporatiste volante du pavillon français. AF va droit au plan de licenciement pour 2016, ils payeront d’une manière ou d’un autre l’addition, ce qui est navrant c’est qu’il coule la maison avec ses autres occupants. Aux autres syndicats PNC et PS de réagir, pour ce qui est des PNC, en grande majorité continuent encore de leur manger dans la main… will see !

  9. FL800

    Il ne faudrait pas que les PNT oublient, avec leurs salaires mirobolants, leurs avantages exorbitants et leur morgue constante que si Air France existe encore, c’est uniquement grâce au contribuable et aux efforts de gens qui souvent ne gagnaient pas le cinquième des rémunérations de ces « saigneurs », avec des conditions de travail largement aussi pénibles.
    Et si à cause de leurs exigences exorbitantes et de leur volonté de préserver à tout prix leur confort personnel, Air France plonge une nouvelle fois, nul doute qu’il n’y aura pas beaucoup de Français pour « voler » au secours de ceux qui auront décidément beaucoup fait pour la concurrence étrangère.

  10. Easy sleeping pilot - 26 février 2016 à 8 h 23 min
    Easy sleeping pilot

    c’est bien , c’est intelligent d’avoir judiciariser le dialogue social … maintenant ils vont en faire quoi de leur décision de justice ( interjetée en appel même si exécutoire) ils vont faire mettre le SNPL en prison ? un magnifique coup d’épèe dans l’eau et un encombrement des tribunaux inutile .

    Cette décision de justice ne sert … a rien ! le management d’air france est juste un ramassis d’incompétent ( voir les très nombreuses et très fortes amendes reçues dernièrement , et le retard sur le produit par rapport aux concurrents ) qui cherchent a masquer l’inutilité de l’armée de généraux dans cette société .

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum