Aéroport de Bruxelles: les policiers dénoncent les failles de sécurité

air-journal_Bruxelles aeroport tarmac

Des membres du corps d’intervention de la police aéronautique ont dénoncé dans une lettre ouverte la mauvaise gestion de la sécurité à l’aéroport de Bruxelles, une semaine après les attentats. Celui-ci ne devrait pas rouvrir ses portes aujourd’hui, l’étude de la simulation grandeur nature effectuée mardi n’étant toujours pas terminée.

Le « cri de détresse pour la protection d’un aéroport international comme cela devrait être le cas en 2016 » a été publié le 30 mars 2016 dans la presse belge, la section de la police fédérale compétente au sein des aéroports soulignant que « depuis que le niveau de la menace terroriste a été élevé en Belgique, ils ont signalé quotidiennement des lacunes en matière de sécurité à leurs supérieurs et à Brussels Airport », gestionnaire de la plateforme de Bruxelles-Zaventem. Ils dénoncent en particulier les quatre niveaux du terminal « très accessibles à tout un chacun », estimant que les terroristes avaient envoyé des « éclaireurs » pour vérifier les mesures en place alors que « plusieurs rapports d’information destinés au service de lutte contre le terrorisme ont été dressés au sujet de contrôles d’identité des passagers comme de passants douteux ». Ils déplorent sans surprise l’absence de contrôle de sécurité pour les voyageurs et leurs bagages avant l’embarquement, une « politique d’ouverture désuète dans d’autres pays depuis longtemps qui constitue l’exemple-même de la situation d’insécurité fondamentale à l’aéroport de Zaventem ». Les policiers rappellent également les « innombrables incidents impliquant des sans-abri qui empiètent de façon permanente sur le fonctionnement du service », et se plaignent du manque de personnel, de « l’abominable infrastructure » mais aussi d’un « armement obsolète ». Et ils évoquent une « proportion relativement élevée » d’employés les zones de tri des bagages au niveau du tarmac « ayant un casier judiciaire ».

Le corps d’intervention de la police aéronautique est entre autres chargé du traitement des plaintes, de la constatation de délits, des patrouilles et de missions de protection dans les aéroports. Les signataires de la lettre ouverte font aussi des propositions pour améliorer la sécurité à Zaventem : à commencer par un contrôle des passagers à leur entrée dans le terminal de l’aéroport, avec « interdiction des véhicules dans un rayon de 100 mètres » autour du bâtiment. Ils demandent une révision de « l’inquiétante procédure » de traitement des bagages abandonnés, avec fourniture « de couvertures balistiques et de chambres de pression » ; et veulent qu’une équipe de réaction rapide soit mise en place pour intervenir en cas d’incidents ou d’actes terroristes. Ils recommandent en outre le licenciement immédiat des employés aux bagages soupçonnés de liens avec le terrorisme, un « suivi actif du personnel problématique » et un examen plus sévère des badges d’accès aux zones sensibles de l’aéroport.

Bruxelles-Zaventem a annoncé que l’évaluation de la simulation grandeur nature du fonctionnement des installations temporaires menée mardi ne sera pas terminée avant ce jeudi après-midi, « aucun vol ne pouvant avoir lieu d’ici là ». Toutes les compagnies aériennes ont maintenu leur programme de vol alternatif dans les aéroports de la région jusqu’à vendredi au moins, Jetairfly allant plus loin et annonçant que ses vols continueront de partir en particulier d’Ostende jusqu’au 10 avril au plus tôt afin de « rassurer les voyageurs » ayant réservé des allers-retours pendant les vacances de Pâques ; la low cost ne tentera pas de rétablir des vols à Zaventem avant mardi 5 avril au plus tôt (elle aura alors « dévié » 362 vols depuis le 22 mars, affectant 55.000 voyageurs).

http://www.air-journal.fr/2016-03-31-aeroport-de-bruxelles-les-policiers-denoncent-les-failles-de-securite-5160544.html

Commentaire(s)

  1. Pet
    Publié le 31 mars 2016

    Bien vu. Ils ont raison. Dommage qu’ils n’aient pas fait preuve de cette pugnacité « avant ».

    • Publié le 1 avril 2016

      « avant »???
      Ceci, fatalement et malheureusement, fait partie de aspect « culturel » européen! Encore malheureusement, jusques les faits ne s’avèrent pas, pourquoi le traiter « avant »?!
      A la tête des entreprises, surtout, on ne mette pas des bureaucrates à l’écoute de ses subordonnés!!! Sinon à quoi bon les grèves?!

  2. Publié le 31 mars 2016

    Qu’est ce qu’on pourrait alors dire sur Roissy alors!!! Entre les SDF qui pululent (l’un d’entre eux à l’origine d’un meurtre), les lenteurs à toutes les « ruptures de charge », les personnels employés dans le bassin d’emploi du site (Seine St Denis on en passe et des meilleurs…), etc.
    Le jour où cela arrivera sur une plate-forme parisienne (et ca va arriver)… On ne pourra pas dire « on ne savait pas…

  3. Vincent
    Publié le 31 mars 2016

    « les policiers dénoncent les failles de sécurité » : ce n’est pas un peu tard, non ?

    Encore que ce qui est vrai à Bruxelles l’est tout autant en France.

    Le semaine dernière, à Lyon : contrôle de sécurité, ma valisette sur le tapis pour être scannée. Sauf qu’à ce moment précis, l’agent de « sécurité » privé plaisante avec son collègue, et ne regarde donc pas son contenu ! Combien de bagages sont-ils passés ainsi ?

  4. Renée

    Donc tous les habitants de la Seine St Denis sont des déliquants voire des terroristes selon vous ?
    Racisme primaire!

    • FAN DE RENÉE
      Publié le 31 mars 2016

      bonjour

      Ah le temps du nationale social… selon RENÉE ,
      Heureusement que je n’étais pas son voisin.

      La police avait prévu une journée de grève le jour des attentats pour dénoncer ces failles.

      Triste époque.

  5. Publié le 1 avril 2016

    Quand je lis « racisme » primaire… C’est bien qu’on a toujours pas compris le probleme et qu’on refuse de reagir par peur de mettre la main dans la crotte…
    Donc selon certains… Parce que l’on s’interesserait, par anticipation, a une communauté religieuse donnée afin de savoir s’il y a risque terroriste ou non, on agirait comme des racistes donc….? Primaire…??
    Mais ma parole… Ca s’arrangera jamais…
    Et ca, c’est de l’amalgame!

  6. manneke
    Publié le 1 avril 2016

    A ma connaissance, et sauf erreur de ma part, aucun policier n’a été tué ni même blessé lors de l’attentat à l’aéroport. Ils savaient sans doute où se trouvait le danger et se gardaient bien d’y aller voir.
    A l’aéroport de Bruxelles, au lieu de protéger le public comme c’est leur rôle, ce sont les policiers qui veulent être protégés : le monde à l’envers ? Non, c’est simplement la Belgique, patrie du surréalisme, comme on sait.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter