Emirates détaille ses investissements dans le vin en France

air-journal_Emirates-777-200LR

Avec plus de 13 millions de bouteilles achetées en 2015 pour une valeur totale de 140 millions de dollars, dont 86 % en France, Emirates se félicite d’être « l’une des compagnies qui investit le plus dans le secteur vinicole, avec pour objectif de proposer à ses clients une carte des vins de renommée mondiale ».

En 2015, les passagers d’Emirates ont consommé 11,4 millions de bouteilles de vin, toutes classes confondues, dont 10 millions de bouteilles individuelles pour la seule classe Economique, soit une hausse de 27 % par rapport à l’année précédente (9 millions de bouteilles en tout). « Dans chacun des aspects de notre activité, notre objectif est d’offrir aux clients la meilleure expérience possible. Nous avons donc conçu une carte des vins qui est le reflet de cette promesse. Nous avons élaboré, au fil des ans, une carte digne des plus grands restaurants étoilés de la planète avec des vins des vignobles les plus prestigieux au monde, ce dont nous sommes particulièrement fiers », commente Tim Clark, président d’Emirates. Puis d’ajouter : « Nombre de nos clients sont impressionnés par la variété et la qualité des grands crus proposés sur les vols Emirates et nous demandent souvent comment nous faisons pour obtenir de tels millésimes. La réponse est simple : la planification et l’investissement sur le long terme ».

La stratégie d’Emirates dans ce domaine consiste à acheter des vins exceptionnels en primeur, des années avant leur mise sur le marché, et à les laisser arriver à maturité pour leur permettre d’exprimer tout leur potentiel avant de les servir à bord de nos appareils. Ces vins achetés ne sont ensuite servis à bord en moyenne que  7 à 10 ans plus tard. Alors que la plupart des compagnies aériennes achètent leur vin par l’intermédiaire de négociants ou dans le cadre d’appels d’offres, Emirates a établi des relations directes entre son équipe de sommeliers et certains des vignobles les plus prestigieux au monde afin d’offrir à ses passagers des vins rares et exclusifs.

Depuis 2006, Emirates indique avoir investi 690 millions dollars pour sa carte des vins, sa cave, qualifiée de « la plus importante de toutes les compagnies aériennes », abrite actuellement 2,2 millions de bouteilles de grands crus, dont certaines ne seront prêtes pour la dégustation qu’en 2025.

Bordelais, Bourgogne, champagne… 70 références

Dans le détail, près de la moitié des vins achetés en 2015 pour la Première Classe et la Classe Affaires (1,8 million de bouteilles) provenait du Bordelais. La compagnie donne aussi une grande importance aux vins de Bourgogne et se fournit directement auprès de producteurs de grands crus comme Chevalier-Montrachet, Charmes-Chambertin et Échezeaux….  Aux côtés de vins d’Alsace, des Corbières ou du Minervois mais aussi de vins de Champagne, la compagnie étant le premier partenaire mondial de Dom Pérignon. La relation de long terme que la compagnie entretient avec les producteurs de vins lui a permis d’accéder à certains des crus les plus rares. Dans le seul vignoble du Corton-Charlemagne, considéré comme l’un des plus grands vins blancs de Bourgogne, Emirates a acheté 2 000 caisses en 2015, soit l’équivalent de 10 % de la production totale du vignoble.

Ont également fait leur entrée dans la cave d’Emirates des vins italiens réputés comme le Solaia et le Ornellaia pour la Première Classe et le Tignanello, vin toscan d’exception, qui sera servi en Classe Affaires dans les prochaines années. Sans oublier des vins d’Australie, Nouvelle-Zélande, Argentine et Afrique du Sud. Au total,  La compagnie offre désormais quotidiennement 70 champagnes, vins et portos différents sur ses vols, quelle que soit la classe, sur son réseau international reliant 150 destinations.

http://www.air-journal.fr/2016-04-17-emirates-detaille-ses-investissements-dans-le-vin-en-france-5161571.html

Commentaire(s)

  1. flo
    Publié le 17 avril 2016

    Il ferait mieux de payer plus et conditions de leurs employés que d’investir dans de l’alcool qui cependant est interdit par leur religion: la charria

    • Pet
      Publié le 17 avril 2016

      Ha ha ha!
      La charia n’est pas une religion, l’Islam l’est.
      Cette promo du Saint Pinard montre combien les GS, issues de royaumes dictatoriaux d’opérette, sont le fer de lance de systèmes véreux, en promovant la consommation de produits bannis localement, par le droit et la religion.
      Mais il se trouvera tjrs des mickeys pour aplaudir.

    • Un voyageur
      Publié le 17 avril 2016

      Je pense que vos n’avez jamais lu le Coran.
      Le Coran interdit d’abîmer son corps et son esprit .
      L’enivrement est interdit .

      Tout comme la Bible, le Coran présente la vigne parmi les bienfaits de Dieu et les élus boiront du vin au Paradis, puisqu’il y est des fleuves de ce nectar, un vin qui n’enivre point.

      Isaïe (20 – 1) « Le vin est moqueur, les boissons fortes sont tumultueuses; Quiconque en fait excès n’est pas sage”

      Sourate des Fraudeurs (25-28) : «On leur donnera à boire un vin rare, cacheté par un cachet de musc — ceux qui en désirent peuvent le convoiter — et mélangé à l’eau de Tasnim, une eau qui est bue par ceux qui sont proches de Dieu.»
      .

  2. Nom
    Publié le 17 avril 2016

    Flo on pourrait en dire autant de votre filiale transavia ou je doute que les pnc en cdd servent des vins raffinés compris dans le billet .

  3. VINCENT
    Publié le 17 avril 2016

    Voilà, La vérité éclate finalement au grand jour. Émirates la compagnie d’excellence parée de strass et de paillettes. On n’imagine pas la souffrance des agents, les discriminations et autres. Et quand des agents osent en faire part à leur direction espérant naïvement que cette dernière les comprenne et les aide, ils sont tous licenciés. Ce n’est pas fini. Ce n’est que le début.

  4. jacoko
    Publié le 17 avril 2016

    Restons calmes. Les subventions c’est comme le socialisme, cela ne dure qu’autant que dure l’argent des autres. Avec la baisse du pétrole la source risque de se tarir.

  5. jean-jacques
    Publié le 17 avril 2016

    Tout ce qui est construit sur les revenus du pétrole mourra avec la fin du pétrole, à l’échelle géologique 200 à 300 ans pour que les anciens déserts redeviennent des nouveaux déserts.

  6. menfin59
    Publié le 17 avril 2016

    Et à côté de ça, on trouve pléthore de français qui souhaitent la disparition d’Air France. Quant AF aura disparu, nos dessertes aériennes ne dépendront plus que du bon vouloir des compagnies étrangères avec pertes de trafics brutales sur les aéroports (et tout ce qui s’enchaine derrière…).

  7. milooze
    Publié le 17 avril 2016

    Et voilà comment on se fait prendre au piège!
    Forts de leurs milliards pétroliers que nous leurs payons , ces états nous ont acheté , à crédit, des avions pour ensuite subventionner leur compagnie (toujours avec le racket pétrolier), et nous menacer de rétorsion commerciales ou financières si nous osons protester!
    Certes ce sont les US qui ont ouvert le bal (charité bien ordonnée..) mais le sort des compagnies européennes est également en cause!
    Bref, comme aurait dit Lénine, nous leur avons vendu la corde pour nous étrangler!

  8. La com a des limites - 17 avril 2016 à 19 h 46 min
    La com a des limites
    Publié le 17 avril 2016

    Vous voyez les compagnies aériennes mondiales détailler leurs achats de pétrole aux émirats ….

     » Je suis gentil , je vous achète du pétrole , alors achetez moi des billets. »

    Dialectique débile…. Digne du publicitaire basique ….

    Les peuples européens sont plus malins que ça.

  9. Curieux les musulmans lorsqu’ils viennent d’Afrique du Nord on n’en veut pas. Lorsqu’ils viennent des pays du Moyen-Orient plus riches on trouve encore à les critiquer. Que voulons-nous?

    La planète comme l’Europe ne peuvent pas être à l’image de la France qui se pense le pays ELU de la planète. Vu le résultat soyons modeste à tout point de vue.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum