Air France appelle les pilotes au dialogue

aj_pilote_air-france2

Le PDG de la compagnie aérienne Air France a appelé hier les syndicats de pilotes à un retour vers « la voie d’un dialogue positif », après le non opposé par le SNPL majoritaire aux mesures de productivité proposées. L’attente du nom du futur PDG du groupe Air France-KLM ne simplifie pas les choses.

Interrogé le 21 avril 2016 sur RTL, le PDG de la compagnie nationale française Frédéric Gagey a expliqué qu’il souhaitait « et est sûr que cela se passera » que le Syndicat National des Pilotes de Lignes (SNPL Air France ALPA) « revienne sur la voie d’un dialogue positif tourné sur la situation des pilotes, sur la situation d’Air France ». Il évoque de longues négociations durant lesquelles la direction a proposé « quelque chose qui nous semble équilibré », consistant à « plus d’emplois, une croissance assez importante sur les années qui viennent en échange des discussions sur la productivité, sur les conditions de rémunération ». M. Gagey a également mis en avant la possibilité d’un recours à « une expertise extérieure » qui serait la meilleure solution selon lui pour sortir de l’impasse, mais le SNPL aurait refusé cette offre.

Air France a « regretté » hier le rejet par le SNPL AF ALPA du projet d’accord sur les gains de productivité, ouvert à la signature jusqu’au 2 mai et qui pour elle « repose sur un véritable compromis » pour rechercher les moyens d’améliorer notre compétitivité et préserver les enjeux professionnels des pilotes, en termes d’emploi et de progression de carrière notamment. Le porte-parole du syndicat Emmanuel Mistrali accuse la direction de « replonger dans les vieux démons, les vieilles recettes », à savoir « l’attaque sur les conditions de travail et des salaires sous couvert de vagues promesses d’amélioration de croissance et d’amélioration de la productivité qui n’engagent à rien ». Il affirme que le SNPL est prêt à négocier « mais sur de nouvelles bases », tout en menaçant à mot à peine couvert la direction si elle est « prêt à prendre le risque de commettre des agressions » contre les pilotes, y compris sur le périmètre d’activité d’Air France alors que le groupe Air France-KLM se prépare à changer de PDG.

La volonté de négociation du SNPL laisse certains pilotes dubitatifs, un d’eux déclarant dans La Tribune que le syndicat ne veut en fait « ne veut signer aucun effort. Il est convaincu que tôt ou tard, la direction accèdera à ses demandes ». Selon des sources du site économique, le conseil du SNPL aurait en outre voté une motion mandatant le bureau de « s’opposer par tous les moyens, y compris la grève, à toute modification unilatérale par la direction des conditions de travail ou de rémunération des pilotes, ou de non respect du périmètre actuel ». Soit ce que la justice avait accordé à Air France après le non-respect par les pilotes des engagements pris dans le cadre du plan de restructuration Transform 2015. Contrairement aux autres catégories du personnel dont les PNC qui ont déjà prévenu : si les pilotes n’acceptent aucun effort, ils ne feront aucune concession lors de la négociation sur leur propre accord collectif. Selon Challenges, même le DRH Gilles Gateau « commence à ne plus y croire », murmurent des sources à la tête du groupe.

Le nom du successeur d’Alexandre de Juniac pourrait être proposé d’Air France-KLM dès le 3 mai prochain, au lendemain de la date-butoir des négociations avec les pilotes (et annoncé au conseil d’administration le 19 mai). La direction de la compagnie française ne déclenchera probablement pas d’hostilités avant cette date, comme l’application de la décision judiciaire. Frédéric Gagey est donc quelque peu coincé entre la perspective d’une grève avant (ou pendant) l’Euro voire les départs en vacances, et la volonté de forcer la main des pilotes afin de rassurer les autres employés qui eux ont fait les efforts auxquels ils s’étaient engagés. Avec en outre la possibilité qu’il prenne lui-même la tête du groupe franco-néerlandais. Une solution interne qui progresserait après l’audition d’une douzaine de personnes par le comité de nomination, aucune « ne cochant toutes les cases » selon un proche du dossier cité par Challenges – y compris les premiers favoris.

Le syndicat CFE-CGC a d’ailleurs envoyé hier une lettre ouverte au Président François Hollande (l’Elysée essaie de son côté de mettre au point une liste de candidats), dénonçant les appétits « de beaucoup de membres du microcosme politico-médiatique parisien ». Il parle de « grandiose » à propos de la rumeur sur les favoris « dans cette course au sésame »,  un « dont la seule compétence connue serait d’être corrézien » et l’autre « qui fût collègue de la promotion Voltaire à l’ENA » avec le Président de la République. La CFE-CGC d’Air France ne peut pas croire un seul instant que « le sort des 100.000 salariés du groupe AF/KLM soit suspendu à des considérations aussi ahurissantes pour définir l’avenir de notre entreprise et de ses salariés ». Le syndicat affirme que « les grandes pointures de l’industrie aéronautique qui auraient eu leur place dans ce tableau de nomination ont décliné l’offre devant le montant ridicule de la rémunération », et se prononce clairement pour une solution interne : « on ne peut plus se permettre d’attendre encore 6 à 8 mois, un béotien qui mettra ce temps pour découvrir notre entreprise et comprendre sa philosophie. Ce laps de temps nous serait fatal ». La CFE-CGC ajoute qu’il faut  « fédérer toutes les composantes du corps social de l’entreprise », définir un plan industriel ambitieux et « ramener nos collègues bataves dans le giron de la Holding avant qu’ils ne perdent patience devant nos atermoiements » (rappelons que KLM a aussi son mot à dire dans la nomination du PDG du groupe). Et déclare que le seul dirigeant français « qui ait l’aval des hollandais de KLM en même temps que la majorité des partenaires sociaux français avec les compétences nécessaires pour diriger le groupe AF/KL est déjà dans nos murs ». Pour la CFE-CGC qui ne cite jamais le nom de Frédéric Gagey, le candidat idéal « a une grande expérience d’Air France depuis 20 ans, a travaillé chez KLM pendant 7 ans. Que demander de mieux pour entreprendre de suite la restructuration du Groupe ? ».

http://www.air-journal.fr/2016-04-22-air-france-appelle-les-pilotes-au-dialogue-5161784.html

Commentaire(s)

  1. swissCoom
    Publié le 22 avril 2016

    en France tout est nivele par le bas,faut pas gagner du fric
    on fait croire a la pauvrete donc mieux vaut voyager avec les compagnies low cost
    la qualite disparait avec l assentiment de la population

    • Vous nous faites bien rire... - 22 avril 2016 à 8 h 00 min
      Vous nous faites bien rire...
      Publié le 22 avril 2016

       » En France tout est nivelé par le bas…Mieux vaut voyager low cost…La qualité disparaît … »

      Une chose est certaine: ce n’est pas en France qu’est ne la philosophie low cost..ce n’est pas en France qu’elle a trouvé ses pygmalions… Ce n’est pas en France qu’elle s’est le plus développée…et ce n’est pas la France qui lui a facilité le chemin…
      Cette philosophie progresse, se répand, y compris beaucoup chez vous, mais la France n’y est pour rien: elle subit,comme beaucoup!

      Tiens au fait: et pourquoi pas des patrons low cost?????

  2. Il faut dire que - 22 avril 2016 à 7 h 37 min
    Il faut dire que
    Publié le 22 avril 2016

    Personne ne s’enthousiasme a l’idée de perdre un mois de salaire , contre de vagues promesses qui n’engagent que ceux qui qui y croient..
    Difficile de motiver des salariés quels qu’ils soient avec ce genre de programme.
    J’ai cru lire qu’une étude interne faisait l’état de l’écart de coût des différentes catégories de salariés.
    De cette étude il ressortait que les pilotes avaient l’écart de coût avec la concurrence le plus faible.
    Faudrait il alors enlever 3 mois de salaire à un t-el ou encore 5 à un autre ? On nage en plein délire !

    Pourquoi toujours se concentrer sur le salaire de pilotes dont la masse salariale est comparable à celle des cadres sol de cette entreprise ( deux fois plus de cadres sol que de pilotes..)?

    S’agit il d’une stratégie de communication destinée à mieux pouvoir au final contraindre le personnel au sol et s’engager dans la sous traitance massive , le transfert d’activités, la délocalisation ?

    On peut le craindre au regard des faits récents ( Transfert d’activité vers le low cost Transavia, sans transfert de personnel sauf pilotes , sous traitance en plein développement dans de nombreux secteurs et finalement investissement dans des compagnies étrangères….)

    Que les cadres militent pour l’accession de Mr F Gagey n’a rien de surprenant , surtout ne rien changer à la tête de l’entreprise….

    • Double lecture possible! - 22 avril 2016 à 8 h 07 min
      Double lecture possible!
      Publié le 22 avril 2016

      « Pourquoi toujours se concentrer sur le salaire des pilotes dont la masse salarié le est comparable à celle des cadres sol de cet entreprise (deux fous plus de cadres sol que de pilotes)? »

      Si il y a là une difficulté, alors deux manières de lire cela: soit il y a trop de cadres sol, soit les pilotes sont deux fois trop payés..

      Et trois manières de résoudre cette difficulté: 1) diminuer par deux le nombre de cadres sol….2) diminuer par deux les salaires des pilotes…3). Diminuer de 50% à la fois le nombre de cadres sol ET le salaire des pilotes….

      • Il faut dire que - 22 avril 2016 à 8 h 40 min
        Il faut dire que
        Publié le 22 avril 2016

        Il semble qu’il vous ait échappé comme à beaucoup qu air France est une compagnie aérienne…
        Avec des avions vous voyez , avec des équipages …

        A s’aligner bêtement sur la concurrence on diminue de 50 % le nombre de cadres sol, on diminue de 50% son salaire pour s’aligner sur celui de son collègue d’Istanbul et on diminue de 10% celui du pilote pour les mêmes raisons.

        Cela vous semble t’il raisonnable ?

        Moi non.

  3. Le Palyvestre
    Publié le 22 avril 2016

    Qu’est-ce que la productivité ? C’est la réduction de la rémunération de la valeur ajoutée par les salariés à une entreprise pour payer les coûts de l’actionnariat.
    Refuser, parait-être une réponse adaptée à la situation.

  4. flo_dr400
    Publié le 22 avril 2016

    « comprend une baisse de la rémunération à l’heure de vol, qui serait compensée, selon la direction, par l’augmentation du temps de travail. » ; cela s’appelle travailler plus, pour gagner autant ! Ils sont perdants à tous les niveaux ! Et bien sûr ce sont toujours les salariés qui doivent en prendre plein la tête ! Parce que bien évidemment en parallèle le PDG sera fortement récompensé et les actionnaires grassement payés ! Non mais quelle inhumanité, c’est tout bonnement scandaleux et immoral !

    • Bof....logorrhée habituelle... - 22 avril 2016 à 8 h 21 min
      Bof....logorrhée habituelle...
      Publié le 22 avril 2016

      Les actionnaires grassement payés????

      En tout cas, si les actionnaires d’Air France KLM avaient attendu ce gras la pour manger, depuis 8 ans qu’ils n’ont rien touché, ils seraient morts de faim….d’autant que durant ces 8 Annees, la valeur de leurs actions à ete divise par combien? Deux ou trois selon les moments…en clair, non seulement ils ne se sont pas du tout enrichis, mais ils ont perdu la moitié voies les deux tiers de leurs sous…alors comme  » grassement payés », Flo, vous repasserez…

  5. swift56
    Publié le 22 avril 2016

    La France a cette étrange particularité que les syndicats peuvent dicter leur volonté aux entreprises, au risque de nuire à leur image, voire à leur existence même, et faire fuir ainsi des investisseurs comme on l’a vu avec l’affaire de la reprise de Dunlop en 2013, qui a occasionnée un bras de fer avec Montenbourg à coup de noms d’oiseau.
    Conséquence : des milliers d’ouvriers au chômage, des familles plongées dans la difficulté, des drames sociaux etc…
    Les syndicats ne représentent que 06% des salariés mais sont à 90% responsables du chômage et du manque d’attractivité de nos entreprises à l’étranger.
    La question qui revient systématiquement lors des négociations visant un développement international est : « Quel est le poids des syndicats dans votre structure ? »
    Air-France n’échappe pas à cette règle et l’ancien n° 1 mondial du transport aérien paye le prix fort d’une concurrence de plus en plus sévère à cause d’une image fortement dégradée par les syndicats.
    Sans l’alliance avec KLM, la compagnie aurait déjà mis les clefs sous la porte depuis belle lurette, comme tant d’autres, qui n’ont pas su se défaire d’un chantage syndical de plus en plus insupportable.

    • oui c’est assez simpliste de dire que c’est la faute aux syndicats, je dirais que c’est surtout la faute a la course aux profits.

      Un exemple qui date de la semaine derniere, Intel qui fait 2milliards de $ de benefice en 3 mois mais qui licencie 12000 personnes.

      Bien entendu c’est surement des syndicalistes derriere cette maneuvre, la course au fric, toujours plus de fric

    • Magistrale c.nnerie... - 22 avril 2016 à 8 h 26 min
      Magistrale c.nnerie...
      Publié le 22 avril 2016

      La France est tous les ans le premier pays europeen par le montant des investissements étrangers qui y sont faits: elle ne fait rien fuir du tout de ce côté là!!

      Votre exemple Dunlop / Montebourg est plutot mal choisi car Dunlop est toujours la, à restructuré comme elle le voulait- dans la douleur,certes!- et la seule fuite qu’il y eut ce fut celle de Montebourg du gouvernement et c’est tout..cela est il en soi une perte insurmontable???

    • Roger Wilco
      Publié le 22 avril 2016

      C’est curieux dans votre esprit ce sont les salariés , gros gras et graisseux de notre amie Brigitte qui dégradent l’image de la compagnie.
      Jamais les décisions des dirigeant et autres politiques qui mettent leur nez dans des affaires qu’ils ne maîtrisent que très peu.

      Ou est l’amateurisme ? Pas chez les salariés.

      Les syndicats sont souvent des gardes fous , le bon sens ne se trouve pas d’un seul côté de la barricade….

  6. Roger Wilco
    Publié le 22 avril 2016

    Montant ridicule de la rémunération……

    Un million d’euros par an…..

    Une responsabilité personnelle très faible ( même pas responsable en cas de crash…)

    + 65 % en un an …..

    Un joli parachute doré au cas où…

    Ce sont les pratiques de l’industrie , certes , mais quand même…. Je vous laisse juge.

  7. brigitte teinturel - 22 avril 2016 à 7 h 56 min
    brigitte teinturel
    Publié le 22 avril 2016

    Vol intercontinental récemment sur AF. bon il ne s’agit pas des pilotes comme dans l’article, mais le PNC (personnel navigant commercial) fait vraiment pitié à voir – uniformes dépareillés et portés de travers, les types à peine coiffés et à l’hygiène bucco dentaire approximative, une amabilité douteuse (même si ce sont certainement tous, au fond, de braves gens), une maîtrise de l’anglais à pleurer, des annonces bafouillées, un service approximatif, des hôtesses qui déambulent en chaussons et en pyjama pour aller se coucher, de fortes odeurs corporelles …..
    N’importe quelle compagnie asiatique de 3eme ordre donne une meilleure image. La France est vraiment en voie accélérée de tiers mondisation et de rélégation dans les grandes profondeurs du classement.

    • Bof...logorrhée habituelle... - 22 avril 2016 à 8 h 30 min
      Bof...logorrhée habituelle...
      Publié le 22 avril 2016

      Vous ressortez toujours le même article, les mêmes phrases, les mêmes choses depuis des lustres..
      Il date de quand vraiment votre  » vol intercontinental récemment avec AF »??? Siècle dernier???
      Changez de disque, vous êtes lassante de répétitions!

    • Votre commentaires reviens assez souvent, en fait c’est la première fois que vous prenez l’avion et vous en faite part.

      Perso quand je prend l’avion, et surtout sur LC. J’en ai rien a faire de voir un/e PNC toujours autour de moi.

      Ils font leurs services, apres j’ai pas besoin d’avoir la personne en vue pour demander qq chose, je me leve, je marche (c’est bon pour la circulation du sang) et ca permet de discuter etc…

    • Justin Fair
      Publié le 22 avril 2016

      « les types à peine coiffés et à l’hygiène bucco dentaire approximative, […] des hôtesses qui déambulent en chaussons et en pyjama pour aller se coucher, de fortes odeurs corporelles … »
      Ben dis donc! Mais vous avez voyagé où et comment?
       » uniformes dépareillés… »
      ??? Ils portaient des pièces d’habillement non conformes, personnelles?
      C’était le choix de la maison Christian Lacroix, de laisser une diversité dans les uniformes (pantalons ou jupes, chemisiers, T-shirts, etc ), mais seule la tenue Cie est autorisée à bord.

  8. manno
    Publié le 22 avril 2016

    Bonjour à tous .comment demander aux salariés d être plus productifs .alors qu on paye les dirigeants des salaires indiscutables non justifiables et acceptables .et nous devons dire oui à tout .sans se poser les bonnes questions.nous oublions tout le monde apporte leurs savoirs dans une entreprise .je pense que c’est important de réfléchir avant de faire ce genre de Proposition.vivre les syndicats .C est notre force .afin d avoir des choses équitables .et faire respecter les droits des salariés .et les accords d entreprises.c est vraiment dommages.vous imaginez une grande entreprise sans syndicats .je veux même pas y penser … dans ce monde capitalisme qui ne respecte pas les travailleurs.qui dit grève est égal manques de confiance de communication.consertation. partage .manque d’objectifs communs .et visions communes .des deux parties.nous sommes tous responsables de nos actes et leurs conséquences.

    • Le Palyvestre
      Publié le 22 avril 2016

      Excellente analyse.

    • Parceque...
      Publié le 22 avril 2016

      Parceque dans la philosophie dominante, le but de l’employé doit être de travailler toujours plus dur pour gagner toujours moins et en plus se sentir heureux d’avoir un travail, alors que la raison d’être du plus haut dirigeant ( et qui détermine ses revenus …), c’est de faire travailler toujours plus les employés en les payant toujours moins et en leur faisant croire qu’ils ont de la chance d’avoir un job…donc plus ce systeme fonctionne, plus les employés s’usent et s’appauvrissent et plus les patrons sont félicités et payés..

      The aim of tais management IST to maie thé people as pour ad possible!

  9. manno
    Publié le 22 avril 2016

    Bonjour .Je suis d accord avec toi Brigitte.le pnc chez af manque d’hygiène les messieurs avec la barbe et les cheveux laissent à penser si il y a pas un responsable ou gromming dans cette entreprise .même Ryanair fait mieux .car il y a des règles d’hygiène .pnc C est vraiment la vitrine de l entreprise .C est vraiment dommage et inquiétant chez af .il y a du travail et de nettoyage à faire .Il y a des moments je me demande si vraiment ils sont au travail ou en mode vacances .dans leurs fonctions pnc .ou encore si ils se sont douchés tellement c’est pas propre.biac…biac .

  10. manno
    Publié le 22 avril 2016

    Encore moi .heureusement en France il y a les syndicats pour faire un travail responsable respectueux et protèger nos valeurs .et faire respecter nos droits .et nos accords d entreprises..nous sommes dans un pays de droit en France .vivre la France .moi je ne suis français j’aime la france

  11. Y a qu’a voir en Pays-bas ou le syndicalisme est largement plus puissant qu’en France, et pourtant KLM progresse. Y a surtout un vrai dialogue social avec des propositions réellement équitable.

    Chez AF, la direction donne donne des ordres avec bien souvent aucunes marges de négociations, y a que certains grand economistes sur ce blog pour le denoncer.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum