Ivresse : deux pilotes Air Transat arrêtés à Glasgow

air-journal_Air Transat logo

Deux pilotes de la compagnie aérienne Air Transat ont été arrêtés lundi en état d’ivresse à l’aéroport de Glasgow, alors qu’ils s’apprêtaient à prendre les commandes d’un vol vers Toronto-Pearson.

Selon le quotidien The Scotsman le 19 juillet 2016, l’ivresse des deux pilotes aurait été dénoncée par d’autres membres d’équipage de la compagnie canadienne, alors qu’ils embarquaient à bord de l’Airbus A310 dans lequel devaient voyager environ 250 personnes, sur le vol TS725. Air Transat a confirmé l’arrestation des pilotes, âgés de 37 et 39 ans, et leur suspension immédiate ; placés en détention provisoire, ils devraient comparaître de nouveau d’ici huit jours – et répondront en outre d’accusations de « comportement menaçant ou abusif » suite à leur passage remarqué devant le tribunal.

« La sécurité des équipages et des passagers est notre principale sécurité » indique Air Transat sur les réseaux sociaux, mais elle attendra « les résultats de l’enquête judiciaire » avant de faire d’autres commentaires. Les pilotes sont représentés par leur propre avocat, la compagnie n’étant pas partie prenante dans les procédures ; seule la fin de cette dernière permettra une éventuelle levée de la suspension infligée aux deux pilotes. Les passagers du vol TS7265 ont été logés dans des hôtels avant de pouvoir embarquer mardi sur le vol à destination de Toronto.

Au Canada, il est « criminel pour un équipage de conduite de travailler dans les huit heures qui suivent la consommation d’alcool ou de travailler sous l’influence de l’alcool », rappelle dans La Presse un porte-parole de Transport Canada. Le syndicat de pilotes ALPA ne commente pas les affaires en cours, mais rappelle dans le même quotidien que les cas d’abus de substances sont « extrêmement rares » parmi ses quelque 53.000 membres : « la profession de pilote de ligne en Amérique du Nord est l’un des emplois les plus surveillés, et le professionnalisme des pilotes a contribué à ce que l’avion soit l’un des moyens de transport les plus sécuritaires », ajoute le syndicat.

http://www.air-journal.fr/2016-07-21-ivresse-deux-pilotes-air-transat-arretes-a-glasgow-5166541.html

Commentaire(s)

  1. un plus de 3000 h de vol - 21 juillet 2016 à 9 h 11 min
    un plus de 3000 h de vol

    Une campagne de sensibilisation s’impose …. »Piloter ou conduire il faut choisir » devrait être affiché dans tous les Cockpits …. Cauchemardesque !

  2. A quand des contrôles alcotest à chaque changement de FIR? Ca justifierait le nom de Police de l’Air et des frontières.

  3. M

    Mieux vaut un pilote plein qu’un réservoir vide, mais quand même, ça ne se fait pas 🙂

  4. EPL 1986

    Les temps ont bien changé…

  5. Vincent 69

    S’il est précisé que l’équipage était en état d’ivresse, l’article ne dit pas quel était leur taux d’alcoolémie : les effets ne sont pas les mêmes si le taux est inférieur ou supérieur à 0,3 g.

    Sur ce point, l’on se réfère soit au règlement de la compagnie, plus ou moins souple (certaines admettent un taux inférieur à 0,3 g, d’autres imposent un taux de 0), soit l’on se réfère à la réglementation internationale qui n’indique aucun taux, se contentant d’indiquer : « Nul ne doit piloter un aéronef ou ne doit assurer une fonction de membre de l’équipage de conduite d’un aéronef s’il se trouve sous l’influence de boissons alcoolisées, de narcotiques, de stupéfiants ou de médicaments qui puissent compromettre les facultés nécessaires à l’exercice de ses fonctions », notion beaucoup plus subjective.

    • « l’article ne dit pas quel était leur taux d’alcoolémie : les effets ne sont pas les mêmes si le taux est inférieur ou supérieur à 0,3 g. »

      D’autant plus que l’on peut être mesuré jusqu’à 0,2 g/l, en étant parfaitement sobre… C’est d’ailleurs, la valeur qui est logiquement tolérée, tout en précisant que les pilotes doivent s’abstenir de TOUTE consommation d’alcool dans un certain délai avant leur prise de fonction (8 h avant la présentation pour le service de vol à AF, par exemple.)

  6. pacha25

    si on pilote : un avion, une voiture, un bus , un camion on ne boit pas , il n’y a pas de 0,3g ou 0,2 ou 0,5 c’est une question de bon sens , ces gens ne devraient pas être fière
    de ce qu’ils ont fait , et en plus ils la ramène devant le tribunal , alors plus de licence point barre.

  7. Nièce de pnc

    Nuit d’ivresse, nuit d’amour😄🎶😇🎶❤️

  8. Je n’ose même pas imaginer les commentaires ,si ces 2 gugus étaient pilotes AF.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum