United Airlines : deux pilotes ivres arrêtés à Glasgow

air-journal-whisky-alcool

Il faut croire que le bon whisky écossais encourage les pilotes à lever le coude !  Encore deux pilotes ivres ont été arrêtés hier samedi à l’aéroport de Glasgow en Ecosse.

Cette fois, il s’agit de deux pilotes de la compagnie américaine United Airlines. Il devaient prendre les commandes d’un Boeing 757-200 du vol transatlantique UA162 reliant Glasgow à l’aéroport Newark à New Jersey aux Etats-unis avec 141 passagers à bord. Des doutes sont apparus sur leur état et, après un test d’alcoolémie, ils ont été arrêtés par la police de l’aéroport. United Airlines a fait savoir qu’elle a suspendu sur le champs les deux pilotes ivres, l’un âgé de 35 ans et l’autre de 45 ans.

Déjà, toujours à l’aéroport de Glasgow le 18 juillet, deux autres pilotes de la compagnie canadienne Air Transat avaient été interpellés peu avant de décoller. Ils devaient s’envoler avec 250 passagers pour Toronto au Canada. Dans leur cas, c’était des membres de leur équipage qui avaient constaté leur état d’ivresse et prévenu les autorités aéroportuaires.  Les pilotes concernés sont âgés de 37 et 39 ans au moment des faits.

Tout récemment, le 19 août à Francfort en Allemagne, un commandant de bord de la compagnie SriLankan Airlines a été aussi suspendu par sa compagnie après avoir été intercepté par les autorités pour état d’ivresse. Il s’apprêtait à prendre les commandes d’un A330-300 avec 274 personnes à bord à destination de Colombo au Sri Lanka.

http://www.air-journal.fr/2016-08-28-united-airlines-deux-pilotes-ivres-arretes-a-glasgow-5168590.html

Commentaire(s)

  1. SYJ-XKARAT
    Publié le 28 août 2016

    Il manque plus que la chicha et on assistera a une boom dans le cockpit de pilotage.
    Encore des idiots qui méritent d’être suspendu a vie de leurs fonctions.!

  2. juju
    Publié le 28 août 2016

    Et oui , 2 moteurs pour traverser les océans , ils ont peurs les pilotes ! je les comprends , alors ils picolent …lol

    • Justin Fair
      Publié le 29 août 2016

      Ben dis donc, avec la généralisation des bimoteurs et la quasi disparition des tri et quadri, ça va picoler dur! Ou autres béquilles… À par ça, il y a eu beaucoup de problèmes en vol Etops? J’entends problèmes sur les deux moteurs…Comme ça, à priori, je n’en connais pas, mais je ne sais pas tout…

  3. un plus de 3000 h de vol - 28 août 2016 à 14 h 50 min
    un plus de 3000 h de vol
    Publié le 28 août 2016

    « Boire ou piloter »..il faut choisir ….Si c’est pour oublier que le métier de pilote a perdu de son prestige …autant changer de métier tout de suite pour la sécurité et le respect des passagers …

  4. Vu la récurrence des incidents de ce type, va-t-il falloir (comme les autocars) installer des éthylotests dans les cockpits pour démarrer les moteurs? 😃
    En tous cas une seule sentence possible pour ce genre d’infraction criminelle: ouste!

  5. O tempora, o mores….

  6. ejets
    Publié le 28 août 2016

    Il faut mieux un pilote plein qu un réservoir vide.

  7. Vincent 69
    Publié le 28 août 2016

    Ce qui, hélas, a toujours existé, devient désormais rapidement médiatisé, par le biais des ordiphones branchés en permanence sur Facebook ou Twitter. Le plus souvent, c’est l’autre pilote ou un membre du PNC, qui ne sont pas kamikazes, qui refusent le décollage dans ces conditions.

    Evidemment, la carrière aéronautique de ces 2 irresponsables va très certainement s’arrêter là.

    Quant à installer un éthylotest dans le cockpit, pourquoi pas non plus un analyseur de salive et un autre d’urine pour détecter du cannabis, de l’héroïne ou je ne sais quoi d’autres ? C’est aux compagnies d’être plus vigilantes dans leur recrutement et le suivi de leurs pilotes, et là, il y a du boulot !

    • A330-200
      Publié le 28 août 2016

      chez air tahiti nui c etait avec de la cocaine , chacun ses gout.
      Le chef d ‘escale chargé de faire souffler dans un ethylotest lors de l’embarquement les PNTs serait un dispositif interessant et qui ne demanderait pas plus de 5 minutes.
      Ethylotest aussi pour les passagers

  8. « C’est aux compagnies d’être plus vigilantes dans leur recrutement et le suivi de leurs pilotes »
    Ah oui ? Et comment?
    « Le chef d ‘escale chargé de faire souffler dans un ethylotest lors de l’embarquement les PNTs  »
    J’imagine les réactions… Après la fouille, l’éthylotest, et quoi encore?

    Mieux vaut faire confiance au professionnalisme des équipages et sanctionner très sévèrement tout manquement avéré…

  9. tonio
    Publié le 29 août 2016

    Dans la compagnie où je travaille, on souffle tous les jours dans l’éthylotest, ça a le mérite d’éviter ce genre de mésaventure.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum