Smartphones en vol: danger en classe Affaires ?

air-journal_Qantas A330-Business-Suite-Fully-Flat

La majorité des compagnies aériennes interdisent désormais l’utilisation en vol du Samsung Galaxy Note 7, en raison du risque d’incendie de sa batterie au lithium-ion. Mais des incidents ont déjà été répertoriés avec d’autres smartphones en classe Affaires, où les sièges peuvent endommager le mobile avec un résultat similaire.

Le New York Times du 11 septembre 2016 rappelle que la compagnie australienne Qantas a connu deux incidents de ce type en mai et juin dernier, sur des vols non précisés vers les Etats-Unis : des passagers de classe Affaires ont fait tomber leur téléphone dans le mécanisme du siège et l’ont endommagé en modifiant l’assise pour le récupérer, entrainant une surchauffe de la batterie. Les PNC ont réussi à récupérer les deux smartphones et les ont aspergé d’eau, un étant déjà en feu tandis que l’autre ne faisait « que » dégager de la fumée. Les deux vols se sont terminés sans encombre. La porte-parole de Qantas Sharma Rhys-Jones souligne dans le quotidien qu’il s’agit d’un « nombre limité de cas, en regard des nombreux vols opérés », mais ajoute que les PNC demandent aux passagers de faire attention à l’endroit où ils posent leurs smartphones. Air France aurait connu trois cas similaires depuis le début de l’année selon le New York Times, et les deux compagnies (et probablement d’autres) ont modifié les annonces de sécurité en indiquant aux passagers de ne pas modifier la position de leur siège en cas de chute de smartphone.

La classe Affaires et on imagine la Première classe sont particulièrement vulnérables à ce type d’incident en raison de la sophistication toujours plus grande des sièges, dont le nombre de positions possibles augmente sans cesse avec en outre un déplacement de certaines parties du fauteuil sur des rails. Interrogé dans le quotidien, un responsable de société de sécurité incendie explique que selon la façon dont le smartphone est écrasé, il peut « dégager de la chaleur beaucoup plus vite », sous-entendant qu’Air France et Qantas auraient eu de la chance. La plupart des sièges des classes supérieures sont équipés de protections empêchant l’intrusion d’objets dans leurs mécanismes, rappelle le New York Times tout en précisant que ce n’est pas obligatoire : selon la FAA, les fabricants de sièges doivent s’assurer que des parties du corps humain ne peuvent être coincées dans leurs produits, mais cette obligation ne s’applique pas aux objets. En revanche la chute de smartphone en classe Economie présente peu de risques, les mécanismes des sièges y étant beaucoup plus simples.

Les deux compagnies comme tant d’autres ont suivi les recommandations des autorités de l’aviation civile américaines et européennes, interdisant à bord de leurs avions l’utilisation ou la charge des Note 7.

 

http://www.air-journal.fr/2016-09-13-smartphones-en-vol-danger-en-classe-affaires-5169327.html

Commentaire(s)

  1. Comme quoi , c’est pas si mal la classe éco !!!!

  2. Nom

    Le danger apparait en F et C.
    En Y ils n’ont pas encore de smarts?

    Sièges sophistiqués.. Vendus comme tels.
    Ceux qui ont un téléphone greffé à leur main( gauche ou droite) doivent cliquer sur OFF/ETEINDRE, et ne plus y toucher jusqu’à l’atterrissage.

  3. FlySSC

    C’est pas nouveau… Ce problème est connu depuis déjà longtemps. D’ailleurs, bon nombre de compagnies dont Air France, on inclu un « paragraphe » sur ce sujet dans les annonces de sécurité à bord ou dans les videos de démonstration ( » En cas de perte de téléphone portable, ne manipulez pas votre siège et prévenez l’équipage »).

  4. un plus de 3000 h de vol - 13 septembre 2016 à 8 h 48 min
    un plus de 3000 h de vol

    La course à l’innovation pour contrer la concurrence (un excellent moteur de progrès par ailleurs!) conduit malheureusement certaines sociétés à mettre sur le marché des produits non matures et non suffisamment testés ….Du Boeing Dreamliner au téléphone Samsung Note 7 en passant par l’automobile , ces compagnies n’auraient jamais dû intégrer ces nouvelles batteries aussi rapidement …Dans l’aérien comme ailleurs , il ne faut pas confondre vitesse et précipitation ..
    Il faut reconnaître que les batteries Lithium-ion , quel que soient leurs tailles devraient être tout simplement interdites , tant que la technologie conduit à ces surchauffes et à des incendies …A côté de çà , les blocages de sièges « Business » de Qantas et Air France ne sont que des anecdotes supplémentaires …
    A la première catastrophe aérienne , il sera malheureusement trop tard ..

    • « uel que soient leurs tailles devraient être tout simplement interdites »
      Faut quand même pas aller jusque là. En effet le ratio nombre d’incident / nombre de batterie Li-ion en service est quand même très très faible. Par contre je suis tout à fait d’accord qu’il faut faire en sorte d’éviter ses incidents, via des procédures ou de la sensibilisation voire interdiction quand il y a des pb pour lesquels on n’a pas encore de reculs ni de solutions.

    • Sphinctair Ways

      …Si elle n’a pas déjà eu lieu d’ailleurs…..

  5. Pushbike

    Les derniers sièges business (best and beyond AF) sont bien mieux conçus. On ramasse beaucoup moins d’objets coincés. Ils tombent plutôt au sol maintenant.

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter