Trafic aérien en France : -0,6% en aout

aj_passagers_hall embarquement-roissy_CDG

Le trafic aérien du mois dernier dans les aéroports français était en léger recul à -0,6%, par rapport à aout 2015 qui avait enregistré un record de trafic mensuel. Le trafic intérieur fait mieux que l’international.

Dans son indice mensuel TendanCiel publié le 16 septembre 2016, la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) constate que le mois d’août « ne renouvelle pas la performance observée l’an dernier (record de trafic mensuel avec près de seize millions de passagers aériens) ». Elle note en particulier un reflux d’activité à l’international (-0,8%) alors que le marché intérieur reste plutôt favorablement orienté (+0,8%). En cumul annuel, aux deux tiers de l’exercice 2016, la progression du trafic des passagers s’établit à +2,3%, avec 104,7 millions de passagers.

Le trafic intérieur demeure dans une trajectoire plutôt favorable (+0,8%) en aout malgré un repli des lignes radiales en Métropole (-2,1%). Le marché national continue de profiter du dynamisme des lignes transversales (+3,1%) et plus encore de celui des liaisons touchant l’Outre-mer (+4,6%) illustré par la très bonne tenue des lignes Bordeaux/Lyon (+13,3%) et Fort-de-France/Pointe-à-Pitre (+17,5%).

Après le rebond de juillet, le trafic international redevient atone (-0,8%) et réalise son moins bon résultat de l’année. L’Union Européenne reste la seule zone avec laquelle le trafic continue de croître (+2,4%), notamment grâce à la destination britannique (+6,5%), alors que pour le partenaire aérien espagnol, août (-0,4%) signe la fin d’une série ininterrompue de croissance mensuelle entamée en décembre 2013. Ailleurs, seule l’Amérique parvient avec peine à maintenir son niveau de trafic (-0,6%) malgré une chute assez nette observée sur le marché états-unien (-4,2%). La zone Asie-Pacifique demeure la plus fortement touchée par la désaffection des voyageurs (-9,3%) avec ce mois-ci une tendance négative qui gagne aussi le Moyen-Orient (-5,9%).

Côté pavillons, les transporteurs français reculent sur le marché intérieur (-0,8%) et plus nettement encore à l’international (-6,1%), alors que selon la DGAC leurs concurrents effectuent une nette percée sur le trafic national (+9,4%) et consolident leurs positions sur le marché international (+1,9%). Le différentiel de croissance en défaveur des acteurs hexagonaux s’établit à 6,6 points ce mois-ci et s’élève à 5,6 points sur l’année 2016. En part de marché observée en cumul annuel, l’érosion du pavillon tricolore demeure stable par rapport au mois précédent : -1,3 point en passagers (pax), -0,7 point en passagers kilomètres transportés.

Côté aéroports, la fréquentation continue d’évoluer de manière très différenciée sur les dix principales plateformes. A Paris (-1,5%), le maintien à niveau d’Orly (+0,3%) est insuffisant pour combler le repli de CDG (-2,3%) en recul pour le quatrième mois consécutif. En région, Lyon (+7,6%) et Bordeaux (+7,3%) affichent de belles performances. Beauvais (-10,2%) présente pour le quatrième mois d’affilée, une décroissance de plus de 10%.

Les indicateurs relatifs au retard se sont dégradés en août : le taux de vols retardés de plus d’un quart d’heure au départ a atteint 30,4%, en augmentation de 2,4 points. Le retard moyen s’est établi à 16,9 minutes, en hausse de 0,8 minute. Malgré tout, les valeurs atteintes ce mois-ci situent ces indicateurs dans une perspective de redressement très sensible par rapport aux mois de juin et juillet.

Le nombre de mouvements contrôlés en France métropolitaine poursuit en août une belle croissance (+4,1%) avec une poussée particulièrement remarquable des survols (+7,0%) alors que les vols touchant la Métropole progressent de manière beaucoup plus modérée (+1,0%).

http://www.air-journal.fr/2016-09-19-trafic-aerien-en-france-06-en-aout-5169666.html

Commentaire(s)

  1. Chamallow

    En France, trop d’avions, trop de lignes, trop de compagnies et trop d’aéroports. A qui profite donc le crime ?

    • Pébéraux

      La bonne gestion de nos aéroports passe, bien sûr, par la réduction des aéroports déficitaires (certains de plus d’1 million d’euros annuels) avec la suppression des départements et de toutes ces collectivités locales inutiles.

  2. Donc, après un mois de juillet positif, l’aéroport de Nice réalise une meilleure performance que la moyenne nationale. Il a l’air malin le commentateur se croyant éclairé qui affirmait ici le 26 juillet que « les asiatiques et les américains ne sont pas prêts de remettre les pieds à Nice » (sic).

    • Oui tant mieux, enfin il faut être prudent quand on fait parler les chiffres, surtout les stats… les ouvertures de lignes ont pu booster le trafic et les réservations étaient en partie faites au moment des attentats, ça ne veut pas dire que la fréquentation globale ne souffre pas ou ne va pas subir un contrecoup. On marche sur des œufs, j’espère que ça ira bien sûr

  3. Jacques

    Belle performance de Lyon malgré le vampirisme d’ADP associé à notre compagnie aérienne nationale (gréviste) financée par le contribuable et la DGAC complice qui bloque l’expansion du 3em aéroport français
    Rappel : Rhône/Alpes/Auvergne, 6em région économique en Europe….St Exupéry, 40em aéroport !!!!cherchez l’erreur…

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter