Airbus : 1er A321 américain pour Spirit Airlines, restructuration en vue

air-journal_Spirit_Airlines_A321-Mobile

La compagnie aérienne ultra low cost Spirit Airlines a pris livraison hier de son premier Airbus assemblé aux Etats-Unis, un A321. Mais le groupe européen doit annoncer une restructuration afin de compenser les pertes du programme A380.

Une cérémonie le 19 septembre 2016 à la FAL d’Airbus à Mobile, en Alabama, a marqué la réception par Spirit Airlines de son premier monocouloir « made in USA ». L’A321, configuré pour accueillir 8 passagers en Premium « Big Front Seat » et 220 en Economie, fait partie des vingt commandés en 2013 par la low cost, en même temps que la conversion vers ce modèle de dix options sur des A320. Elle opère quinze A321 ainsi que 45 A320 et 29 A319, son carnet de commandes comprenant 81 Airbus supplémentaires dont 55 A320neo. 140 employés de Spirit Airlines étaient présents, leur PDG Bob Fornaro rappelant que sa flotte Fit Fleet est « l’une des plus jeunes et des plus économes en carburant de l’industrie ».

air-journal_spirit-airlines-a321adam-moreiraCet A321 est le dixième monocouloir assemblé par Airbus à Mobile, où la construction de la ligne d’assemblage final avait débuté en 2013 pour une ouverture en septembre 2015 ; le premier appareil à y être assemblé, un A321, avait été livré à JetBlue Airways en avril dernier.  L’objectif est toujours d’arriver à un rythme de production de quatre avions par mois d’ici la fin de l’année prochaine, quand la FAL passera à l’assemblage des monocouloirs en version neo.

Mais si le soleil ne se couche plus sur Airbus, dont les centres à Hambourg en Allemagne, Toulouse en France et Tianjin en Chine assemblent des avions « 24 heures sur 24 », le groupe pourrait selon le Financial Times du 19 septembre 2016 annoncer le mois prochain un nouveau plan de restructuration. Il s’agirait selon le quotidien de trouver de nouvelles économies pour compenser les coûts du programme A380, notamment via la suppression de « fonctions en doublon » des différentes filiales à l’intérieur du groupe. Des suppressions de postes seraient également envisagées, les négociations avec les syndicats devant « bientôt » débuter. Le PDG du groupe Tom Enders a confirmé à Bloomberg que la restructuration touchera d’abord la structure et le management, visant à faire des économies structurelles entre la maison-mère et les filiales, mais « pas seulement » : « nous devons être aussi agile et efficace que possible », a-t-il déclaré, sans préciser de date pour le début de cette restructuration ni son impact sur l’emploi. Le groupe annoncera ses prochains résultats financiers le 26 octobre.

http://www.air-journal.fr/2016-09-20-airbus-1er-a321-americain-pour-spirit-airlines-restructuration-en-vue-5169713.html

Commentaire(s)

  1. LSO

    ce qui confirme que la rentabilité du programme est soumise à une vingtaine de livraisons / an.
    la baisse de cadence compromet définitivement cette rentabilité.

  2. j’adore cette livré jaune pétard ! c’est toujours mieux que tout blanc !

    • Bételgeuse

      l’A380 est dans la tourmente ..
      indécision totale quand à son avenir , ce sera une énorme responsabilité à qui prendra une décision , quelle qu’elle soit ..
      Si Airbus abandonne le programme , qu’elle va etre la réaction d’Emirates ?

      • Un éventuel abandon de programme signifie ne pas étudier de nouvelles versions, et ne plus commercialiser de nouveaux exemplaires de l’actuelle version, mais cela signifie aussi construire et livrer les appareils DEJA vendus…
        Donc Emirates prendra livraison de ces exemplaires commandés, puis se tournera vers un nouvel appareil pour son futur…évidemment plus petit que les A 380, donc ses besoins en nombre grandiront….mais ses couts de revient aussi…Emirates ne peut pas créer à elle seule des appareils qui n’existeront pas sur le marché..Emirates ne sera pas contente dans l’absolu mais devra bien en passer par là de gré ou de force…

  3. Malheureusement, ça sent la fin du programme a380😞…enfin, j’espère pas

  4. Airbus est dans une logique d’ajustement au marché.
    Cela ne veut pas (encore) dire que l’A380 est enterré, seulement que le rythme du programme est durablement réduit. Il s’agit maintenant pour Airbus de baisser le seuil de rentabilité du programme pour pouvoir éventuellement réduire les prix et soutenir des ventes faméliques. Airbus attend également la fin officielle du 747-8 pour se positionner sur l’évolution de l’appareil (remotorisation, version fret, densification..).
    En tout état de cause, on n’est pas prêt de revoir des cadences de production élevées sur l’A380.
    Quant à l’A400M, sa date de rentabilisation n’est même pas annoncée!!

    • @ Bencello
      .
      « …Airbus est dans une logique d’ajustement au marché…. »
      .
      Effectivement, le programme n’est pas mort. Les a380 commandés vont êtres livrés avec une cadence ralentie, dans l’attente d’une éventuelle reprise des commandes.
      .
      Toutefois il est à penser que la poursuite de ce programme va dépendre essentiellement de 2 paramètres :
      .
      1) la stratégie de renouvellement de flotte d’Emirates qui veut, et peut, travailler avec une flotte « jeune ».
      2)Le « comportement » du marché de l’occasion pour l’a380.
      .
      Si la compagnie Emirates « reprend de l’a380 », car elle réussit à bien revendre ses « anciens » avions, le programme est « sauvé » à moyen terme…

      • Cet avion n’aura pas de seconde vie et encore moins de troisième pour des compagnies Charter…

        Nbre d’Airports pouvant l’accueillir trop limité,
        Coûts d’exploitation en rapport avec la taille de l’avion…
        Manque de flexibilité, coûts de touchée…

        On parle ici d’un avion unique aux contraintes d’exploitation incroyables, seules les Majors peuvent faire face…
        Même le 747-800 ne connaît pas ses contraintes et est plus flexible et exploitable…

        Bref achat trop risqué financièrement pour une Cie de deuxième niveau… On appelle ça tous les œufs dans le même panier… Mieux vaut acheter 3 A330 ou 2 B777 !

  5. Airbus dément se matain tout plan de restructuratin .

  6. airbid

    Monter en épingle des problèmes partiels quand il y a plusieurs milliers d’appareils à produire , il y a vraiment de quoi pleurer. Le risque industriel fait partie de la vie de l’entreprise un point c’est tout. Un peu moins de distribution de profits ….et alors?

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum