Eurowings : la grève de PNC suspendue pour deux jours

air-journal_eurowings-pnc-cabine

Le syndicat UFO d’hôtesses de l’air et de stewards de la compagnie aérienne low cost Eurowings a suspendu son appel à la grève, des négociations avec la direction devant débuter ce lundi. De leur résultat dépendra le début des arrêts de travail « possibles à tout moment » à partir de mercredi.

La filiale du groupe Lufthansa spécialisée dans le vol pas cher a annoncé la nuit dernière la suspension « pour l’instant » de la grève de PNC, qui devait débuter ce 24 octobre 2016 et durer jusqu’à deux semaines dans les aéroports de Düsseldorf et Hambourg. Le syndicat UFO, « toujours intéressé par une solution pacifique », a proposé à Eurowings de discuter ce lundi, le résultat devant être présenté demain aux PNC ; il n’y aura donc pas de grève durant ces deux jours, a promis le dirigeant d’UFO Nicoley Beaublies dans sa lettre diffusée par la presse allemande – laissant entendre qu’en cas d’échec, les arrêts de travail commenceront mercredi. Le conflit impliquant quelque 400 PNC basés en Allemagne porte sur les salaires, Eurowings expliquant qu’elle avait fait une « offre améliorée » en octobre, avec une augmentation moyenne de 7% des salaires, la création d’un « fond de soutien »

A l’aéroport de Düsseldorf où elle est basée, Eurowings souligne que l’évolution en cours de la flotte va en outre augmenter le nombre de PNC nécessaires : les dix derniers Bombardier CRJ900 de 86 sièges sont en cours de transfert vers CityLine, filiale régionale de Lufthansa, seront remplacés par des Airbus A320 de 174 ou 180 places. Au total, la low cost opère 35 avions (y compris les A330 de SunExpress Deutschland sur le long-courrier), plus les 61 A319 et A320 de Germanwings dont elle récupère le réseau, avec environ 2500 hôtesses de l’air et stewards.

Eurowings a précisé hier que des négociations sur les rémunérations des PNC vont également se tenir cette semaine avec le syndicat minoritaire Verdi ; ce dernier avait lancé une première grève d’alerte en septembre, entrainant l’annulation de huit vols.

La low cost dessert en France les aéroports de Paris-CDG, Bâle-Mulhouse, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice et Toulouse.

http://www.air-journal.fr/2016-10-24-eurowings-la-greve-de-pnc-suspendue-pour-deux-jours-5171479.html

Commentaire(s)

  1. MindYou

    Il est très difficile de mettre en place une compagnie low-cost liée à une high-cost. On l’a vu aux Etats-Unis (Ted, Song, etc) et aussi en Europe, où on persiste à vouloir le faire néanmoins (Eurowings, Transavia, Vueling…). Le personnel de la low-cost est jaloux du salaire et des conditions de travail de leurs collègues plus favorisés, revendiquent les mêmes avantages, ce qui est impossible dans un budget de low-cost, et c’est parti pour les rancoeurs et les grèves.

  2. TED......

    Ted?…. Ah oui, la low cost que voulait lancer United…
    Comme disaient les employés de United entre eux,en voyant venir ce projet, et en imaginant bien que si ça marchait on les laisserait sur le bord du chemin:  » Au fond, Ted, c’est United without U’n’I… »

Laisser un commentaire

Connexion avec Twitter