COMAC : 56 commandes pour le C919, le C929 long-courrier dévoilé

aj_comac c919

Le nouveau monocouloir C919 de l’avionneur chinois COMAC a enregistré hier deux commandes de sociétés de leasing pour 56 exemplaires, China Eastern Airlines devant être compagnie de lancement de l’appareil. Une maquette du  futur C929 long-courrier a également été dévoilée.

Le C919 de COMAC (Commercial Aircraft Corp. of China) a enregistré le 1er novembre 2016 lors du Salon de Zhuhai une commande de CITIC Financial Leasing Co. pour 18 exemplaires fermes et 18 en options, tandis que Shanghai Pudong Development Bank Financial Leasing Co. optait pour 5 fermes et 15 options. Le nouveau monocouloir, deuxième avion commercial produit en Chine, a désormais accumulé 570 commandes fermes de la part de 23 clients chinois et étrangers ; ces clients sont principalement des sociétés de leasing chinoises, mais comprennent également GECAS – filiale de GE qui est impliqué dans les moteurs CFM International LEAP-1C qui équiperont le C919. L’entrée en service du monocouloir est prévue en 2018 – quatre ans plus tard qu’initialement espéré.

Le C919 avait fait son rollout en novembre 2015, le vol inaugural étant alors prévu au troisième trimestre de cette année ; mais ce vol ne devrait pas avoir lieu avant les premiers mois de 2017. Un troisième report qui a conduit China Eastern Airlines, pressentie pour être la compagnie de lancement du C919, à mettre dans l’accord de coopération signé hier une clause spéciale : la commande ferme de vingt appareils placée en 2010 ne sera finalisée que dans l’année suivant ce vol inaugural. Cet accord inclut également un support technique de COMAC pour les avions en service.

L’avionneur chinois a également annoncé le 1er novembre 2016 qu’il travaillait à une version de 168 places du C919, mieux placée pour concurrencer les familles A320 et 737 d’Airbus et Boeing, ainsi que le Bombardier CS300 dont l’entrée en service approche. Le nouvel avion est initialement prévu pour accueillir transporter en version standard 158 passagers sur 4075 km (et jusqu’à 174 en haute densité, une version à rayon d’action allongé à 5555 km étant également prévue). Rappelons que COMAC a déjà lancé dans le segment des avions de 78 à 90 sièges l’ARJ21, entré en service en juin dernier chez Chengdu Airlines. Il a reçu 413 commandes fermes et engagements d’achat.

COMAC a d’autre part présenté ce matin une maquette au 1/10 de son futur avion long-courrier, le C929. Annoncé dès 2014, le biréacteur devrait transporter 280 passagers en configuration standard tri-classe sur 12.000 km, en concurrence frontale avec les Airbus A350 et 787 Dreamliner. Comme les deux derniers modèles d’Airbus et Boeing, le C929 utilisera selon COMAC une part importante de matériaux composites, et des moteurs « de dernière génération ». Plusieurs versions sont prévues pour couvrir les différents marchés, et COMAC annonce un vol inaugural vers 2022, l’entrée en service étant espérée « dans dix ans ». Comme pressenti il y a bientôt trois ans, le développement et la production du C929 se feront au sein d’une coentreprise avec l’avionneur russe United Aircraft Corp. (propriétaire d’Irkut) qui devrait être finalisée d’ici la fin 2016. Un C939 de 390 places est également envisagé.

Airbus vient de revoir à la hausse ses prévisions de besoins d’avions en Chine : entre 2016 et 2035, l’avionneur européen estime la demande à 5970 avions (un marché de 945 milliards de dollars), dont 4230 monocouloirs tels que la famille A320 – ou le C919. COMAC estime de son côté ce besoin à 6865 appareils d’une valeur de 930 milliards de dollars.

air-journal_Comac C919 rollout2

http://www.air-journal.fr/2016-11-02-comac-c919-56-commandes-china-eastern-airlines-compagnie-de-lancement-5172006.html

Commentaire(s)

  1. Skol

    Ah ben voila, j’aurais du attendre avant de poster mon com sur la news précédente…
    Bon au moins c’est officiel dans 15 ans on aura droit à du airbus vs boeing vs Comac/Irkut, ça fait longtemps qu’on a pas eu un trio de constructeurs qui s’affronte!

  2. A330-200

    Airbus a mis plus de 20 ans a arriver a concurrencer Boeing et avait une culture et un passe aéronautique autre que les chinois.
    Les russes n ont jamais réussis à concurrencer l occident ,pourtant ils avaient une connaissance dans la matière.

    Les chinois savent très bien copier, pour innover s est plus compliqué..

    • La question n’est pas tant de savoir faire de bons avions, mais aussi, et c’est beaucoup difficile, d’en sortir des quantités industrielles en maintenant la qualité de fabrication.
      Quand on voit les difficultés qu’ont connu (et connaissent encore) Airbus et Boeing dans leur industrialisation, malgré leur remarquable savoir-faire, on peut se dire que ce n’est pas demain que la Chine pourra « arroser » le marché aéronautique d’une production massive.
      Il reste que les chinois de COMAC ont pour eux plusieurs atouts: des financements quasi-illimité, un temps tout aussi important, et des « clients » très partisans, je ne parle même pas d’exigences de rentabilité, car là on est dans la science-fiction. Si on ajoute un choix très prudent dans la structure du 919 (taux de composite), on trouve donc un avion qui aura beaucoup de mal à venir chatouiller le duopole Boeing Airbus avant de nombreuses années.

  3. Et voila le C qui complètera peut être le ABC de l’aérien civile..
    Peut importe les soupçons de possibles inexpérience de leur groupe avec un marcher intérieur aussi fourni ils auront a coup sur leur part du gâteau on a vu ce qui s’est passé dans le transport a grande vitesse ferroviaire chez eux alors qu’on spéculait sur l’impossibilité des chinois a construire des TGV.

  4. Lechavenois

    La Chine aura besoin de près de 6.000 avions d’une valeur globale de 945 milliards de dollars (860 milliards d’euros) sur les 20 prochaines années, a estimé mardi Airbus lors d’un salon aéronautique chinois.
    .
    Le géant asiatique devrait alors être le premier marché mondial pour la vente d’avions et la principale source de trafic aérien, selon les prévisions 2016-2035 de l’avionneur européen.
    .
    «Le trafic passager en Chine continentale a quadruplé lors des 10 dernières années, et le pays devrait devenir le marché leader du transport aérien», a déclaré John Leahy, le directeur commercial ….
    .
    A défaut de jouer les « trouble-fête » dans le duopole Airbus/Boeing, Comac va tout de même pouvoir compter sur son marché intérieur qui semble suffisant pour développer une industrie aéronautique locale sérieuse.

    • Bimbo

      6000 ?
      Même pas la moitié de ce que péroraient il y a encore quelques semaines les « Deux Géants »..

      C’est fantastique de prévoir à vingt ans quand on ne sait pas ce que l’on fait dans les deux ans qui viennent.,

  5. Avec le MRJ de Mitsubishi on se retrouve avec 2 constructeurs asiatiques, 2 constructeurs européens avec Airbus et le Sukhoi, 3 constructeurs américains : Boeing + Bombardier + Embraer
    Euh.. Il ne manque au tableau qu’un constructeur africain 😉

  6. Ha ha ha

    Mais oui, la Chine s’éveillera et nous dépassera tous dans tous les domaines et nous écrasera avec ses copies de tgv qu’on enterre qd ils déraillent.
    Et leurs avions seront les plus beaux etc..et tout ça pour bientôt, puisque ds vingt ans ils pensent faire voler un zinc qui concourra avec les actuels 787 et A350. Ils s’engagent à essayer de copier en vingt ans un truc qui ne sera même plus côté à la casse qd la copie sortira du hangar.
    Belle vision, l’essentiel c’est d’y croire.
    @Lechavenois: changez de radio, ou de piles.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum