CDG Express : pas de taxe passager avant 2024

air-journal_CDG_Express

Le gouvernement a finalement remis à 2024, après l’ouverture de la ligne CDG Express, la mise en place d’une taxe d’environ un euro par passager pour financer la ligne ferroviaire qui reliera la Gare de l’Est à l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle.

Devant le tollé suscité par l’annonce de cette nouvelle taxe qui toucherait en premier lieu la compagnie aérienne Air France, le secrétaire d’État aux Transports Alain Vidalies a annoncé une modification du calendrier lors de l’examen au Sénat du projet de loi portant sur le CDG Express. « La taxe sur les billets d’avion ne sera perçue qu’à compter de la mise en service du CDG Express au début de l’année 2024 », a-t-il déclaré, « le mode de financement alternatif qui viendra se substituer à la taxe initialement prévue pour la période entre 2017 et 2023. Le gouvernement fera connaître dans les prochains jours le mode de financement alternatif qui viendra se substituer à la taxe initialement prévue pour la période entre 2017 et 2023 ». Ces dispositions seront intégrées dans le projet de loi de finances rectificative. Le secrétaire d’Etat a ajouté avoir été « attentif notamment aux observations qui sont faites sur la situation d’Air France », surtout dans la période où elle ne bénéficiera pas de l’infrastructure. Le gouvernement va rechercher « une solution qui permettra à toutes les parties d’être satisfaites ».

La taxe dévoilée en aout dernier, qui ne concerne pas les passagers en transit et rapporterait chaque année entre 35 et 40 millions d’euros, devait permettre de boucler le financement du CDG Express, dont l’inauguration est annoncée pour 2023. Le but de sa mise en place dès 2017 était de convaincre les banques de financer le chantier afin qu’il ne souffre d’aucun retard – surtout si les Jeux Olympiques 2024 sont attribués à Paris. Mais elle avait provoqué une levée de boucliers chez les compagnies aériennes comme chez les syndicats, en particulier à Air France qui estimait son impact annuel à 17 millions d’euros par an. S’il se disait favorable au projet en lui-même, le PDG d’Air France-KLM Jean-Marc Janaillac déclarait alors que ce nouveau prélèvement intolérable « alourdirait encore plus les charges déjà élevées qui pèsent sur la compétitivité du transport aérien français » ; et il ne voyait pas pourquoi il fallait garantir via une taxe sur les billets d’avion « la rentabilité financière d’un projet porté par d’autres opérateurs ».

Devant le tollé soulevé, y compris à la FNAM, au SCARA comme chez le SNPL ou la CFDT côté syndicats, le PDG du groupe Aéroport de Paris Augustin de Romanet évoquait déjà en septembre « un financement provisoire donc réversible » : la taxe n’est « pas du tout destinée à permettre de faire des profits à quiconque », précisait le dirigeant du groupe ADP, s’engageant à l’abandonner si « par hasard, le projet était sur-rentable ». Sans préciser quel niveau de rentabilité sera considéré comme normal, ni au bout de combien de temps après l’instauration de la taxe sa rentabilité sera étudiée. Le gouvernement français indiquait de son côté vouloir réfléchir à « une compensation pour faire en sorte que l’opération soit blanche pour Air France et pour toutes les compagnies présentes sur l’aéroport de Roissy » ; la compensation aurait pu se présenter sous la forme d’une réduction d’autres taxes.

En plus du ticket à 24 euros, l’idée d’une contribution des passagers au financement de la ligne CDG Express, qui reliera la Gare de l’Est à Roissy avec un budget approchant 1,7 milliards d’euros, avait été évoquée dès 2013. Rappelons que la ligne de 32 kilomètres devrait rejoindre l’actuelle ligne du RER B entre Aulnay et Mitry-Claye, puis irait directement vers la gare RER de Roissy, le tout en quinze à vingt minutes – avec un train toutes les 15 minutes entre 5 heures du matin et minuit. La construction à elle seule coûtera 1,4 milliard d’euros, le reste allant au matériel roulant. ADP et SNCF Réseaux estiment qu’il manque 400 millions d’euros pour financer le projet.

http://www.air-journal.fr/2016-11-08-pas-de-taxe-passager-pour-le-cdg-express-avant-2024-5172325.html

Commentaire(s)

  1. Ou comment refiler la patate chaude à ses successeurs !

  2. Déjà au départ de la Gare de l’Est c’est une grande erreur qu’on va en plus faire payer aux utilisateurs et qu’aucun projet concret de modernisation des axes reliant cette gare n’est prévu à moyen terme ça commence à bien faire.

    • @Zion
      Absoluement mais le projet initial consistait a le faire passer par Pantin-Noisy le Sec par le debut du tracer des trainsiliens de Paris Est.

      D’ailleurs j’ai failli avertir la redaction sur le schema ci-dessus je croyais qu’ils s’etaient tremper je n’ai pas suivi a quel moment ils ont modifier le tracer.

      Je ne sais pas si ce tracer sera definitif mais a mon sens il fait doublon et il souffrira des retards intempestifs de l’RER D car ce n’est pas la derniere partie apres Aulnay qui pose probleme. A mon avis une simple nouvelle rame a la couleur distincte et qui ne s’arretera nullepart jusqu’a CDG fera l’affaire ou alors creer une nouvelle ligne comme dans le projet initial et faire decoller le CDG express de Magenta.

  3. La solution??
    Éviter CDG bien sûr..

    • Le problème de CDG est qu’il est trop étiré avec un terminal 1 d’un autre temps, ce qui nuit particulièrement au connexion alors que c’est son but. Pour le reste il est plutôt bien achalandé.
      L’autre problème c’est que depuis 20 ans plutôt que de vraiment rénover l’existant, on a construit et encore construit des terminaux et des halls supplémentaire qui ont rendu le reste obsolète.

  4. En ce qui concerne AF... - 8 novembre 2016 à 12 h 23 min
    En ce qui concerne AF...

    En ce qui concerne AF, c’est un vrai soulagement: au moins n’aura t elle pas à payer cette taxe la pendant les quelques dernières années qu’il lui reste à vivre…Ensuite, Apres 2024, cela ne la concernera sans doute plus…..

  5. Icare

    Petits arrangements pathétiques:
    – « Mon cher Jean-Marc, nous comptons vivement sur vous pour nous élaborer un projet qui rétablisse un relatif calme d’ici les élections. N’oubliez pas que vous êtes notre candidat, nous vous avons choisi et nous savons que nous pouvons compter sur vous mon cher Jean-Marc » ;
    – « Merci pour votre confiance, Mr Le Président, cher François »;
    – « Mon cher Jean-Marc, il conviendrait de caresser le SNPL dans le sens du poil, vous savez on ne peut rien faire sans eux. Mr Spinetta faisait cela très bien, vous devriez vous en inspirer Jean-Marc »;
    – « Vous avez raison Mr le Président, je me suis déjà mis au travail. Nous avons eu avec le bureau du SNPL Alpa des réunions très constructives et profitables »
    – « Cher Jean-Marc, vous m’en voyez ravi. De notre côté, afin de vous faciliter la tache, je vais prévenir le Premier Ministre que nous stoppons cette taxe. Cela devrait calmer les pilotes et vous permettre de vous affirmer en bon défenseur des intérêts de la compagnie ».

  6. JoJo

    Je ne sais pas pourquoi ils construisent cette ligne car elle fera doublon avec le metro automatique ligne 17.

  7. Un nouveau scandale en perspective…
    On est tellement excédentaire en France question budget qu’on peut tout faire 🙂
    De toute façon le troupeau n’y comprend absolument rien !

  8. 0 taxe, point final! Plutôt qu’un coûteux et inutile projet de construction depuis la gare de l’Est, utilisons les infrastructures existantes et réaménageons-les : CDG dispose d’une gare TGV, pourquoi ne pas faire une liaison TGV directe CDG-Gare du Nord? Cela serait une meilleure vitrine commerciale pour le TGV, et un gage de modernisme plutôt qu’un train de banlieue, dont il faudra supporter les coûts d’entretien à long terme.

  9. Pet

    Il est préoccupant que le pdt d’ADP-qui-vous-aime assène des énormités comme: ‘sur-rentabilité’ ou ‘financement provisoire, donc réversible’.
    je ne suis pas un as en finances, mais ne connais de réversible que des parkas ou manteaux, plus rarement des financements.
    Préoccupant également, le coût estimé au doigt mouillé de cette ligne pourtant nécessaire entre Paris et CDG, montre que la faisabilité n’a jamais été faite sérieusement.
    Le calendrier est fantaisiste, le montage financier totalement bancal.

    La France continue d’être un pays très très riche, et les entreprises comme ADP-qui-vous-aime demeurent gérées par des gens hors sol.

Les commentaires sont fermés. Continuez la discussion sur le forum